Chane Youtube Football Manager

[C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une prison.

Répondre
1, 2
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

[C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une prison.

Image


Chapitre 1 : l’argent ne fait pas le bonheur.


On dit souvent que la richesse fait un heureux pour beaucoup d’envieux, je ne serais dire si cette affirmation est vrai ou pas, mais je peux vous assurer que celle-ci engendre pour certain le malheur. Cela fait maintenant plus d’un an que mon père a hérité de ce qu’il appelait une chance incroyable et auquel il attachais le nom de nouvelle vie. Cette « nouvelle vie » comme il l’appelait n’était en fait qu’une dizaine de puits de pétrole auxquels on ajoutait une centaine de milliards d’euros. Il y a aux premiers abords de quoi rêver, et je dois dire qu’au début tout m’apparaissait somptueux et magnifique ! Malheureusement tous ce qui me fascinait autrefois n’était désormais plus que trop grand et surtout trop vide. Je croix que ce qui nous manque le plus au début ce sont nos amies, puis la famille qui à préférait rester là-bas, car comme vous devez vous en douter la richesse est accompagné de nombreux désagréments et parfois même il vous arrive de regretter votre vie passé, si pauvre soit-elle comparée à votre présent. Il a fallut s’acclimater au pays, apprendre le Russe tout en étant performant en cours et pour un mauvais élève en langue ce défis était de taille. Je me suis vite surpris à parler couramment le Russe après seulement cinq mois passés là-bas.

Il y avait tout fois eut un petit avantage à cette installation en Russie, et je ne parle pas là des petites blondes aux mini-jupes, non, mais de la ville dans laquelle j’avais posé mes bagages. En effet, c’était dans la grande et belle ville de Moscou et pour un fan de foot comme moi que rêver de mieux ! De plus le nouveau statut de mon père nous avait ouvert les portes des tribunes présidentielles et des loges VIP de tous les clubs, mais bien sûr ces petites attentions n’avaient qu’un seul but, d’essayer de profiter de l’argent que possédait mon père en le poussant à investir dans un club. Mon père, loin d’être fan de foot avait vraiment eut du mal à se décider et s’en était remis à mes conseils pour choisir ou plutôt savoir si être fidèle à un club m’intéressait et si approbation de ma part lequel allait-on choisir. Il ne m’avait pas fallu bien longtemps pour trouver l’heureuse élut, le CSK Moscou ! En effet depuis quelques années ce club faisait un parcoure européens très intéressant et leur tendance à jouer l’Europe régulièrement ne pouvait qu’être bénéfique pour mon CV, ou du moins mon future CV. En effet je m’étais lancé dans un parcours d’étude qui avait pour objectif de décrocher un diplôme qui me permettrait de devenir un entraineur de football. On peut dire que ma vie de milliardaire ou plutôt de fils de milliardaire avait vraiment bien commencée, mais ça c’était au début.

Ma première année en Russie bien que prolifique sur le plan sportif a était une vraie catastrophe niveau scolaire, mes notes habituellement bonnes n'avaient cessées de chuter et ma moyenne de onze me paraissait vraiment médiocre. Cette décadence n'était pas dût au changement linguistique, mais c'est pourtant ce que je faisais croire à mes profs et à mon entourage. Le niveau scolaire était quand à lui tout à fait abordable et j'aurais largement pût me distinguer dans différentes matières, notamment les maths ou j'excellais dans ma terre natale. Cette France qui rimait désormais avec nostalgie. La véritable raison de ma décadence scolaire c'était ma vie social, en effet il est dure d'arriver en cour d'année dans une classe où trois pauvres types ce prennent pour des caïds. Je les sentais pas ses enflures, puis à peine un mois de cour plus tard un premiers rapport d'incidence sur mon bulletin. Depuis ce rapport à la con j'ai eut le droit à la leçon de moral parental et tout le bordel, du coup j'ai du me calmer, mais pas eux apparemment. Seul fasse à eux j'était une victime idéal et avec les revenus de mon père ils avaient pas mal d'argument pour faire de moi leur bouc émissaire du cout l'année fût longue et chiante, encore des fils de riches pourris gâtés.

.........1an plus tard........


«  Vagner Love qui s'avance balle aux pieds... Il passe le ballon à Dzagoev qui joue avec Doumbia...Il s'avance avec le ballon, il entre dans la surface.... Il est bien pris par deux défenseurs, il essaye de trouver une solution en dribblant mais rien à faire... Vagner Love lui la demande, Doumbia qui lobe les défenseurs et la balle retombe dans les pieds du prodige brésilien qui est désormais seul, il fixe le gardien, arme sa frape... Le boulet de canon qui heurte la barre transversal et BUT!! C'est un doublé pour lui aujourd'hui! »

Je le savais encore une victoire pour le CSK, il faut dire que l'adversaire du soir n'avait pas l'ombre d'une chance. En effet malgré le fait qu'ils jouaient à domicile, l'équipe perdante avait un jeu terne, axé sur la défense et avec des attaquants lents et dénués de tous talents offensifs. Je jeta un petit coup d'oeil à la pendule qui m'indiquait vingt heure trente, bordel, je n'allais jamais être prêt pour mon cadeau d'obtention! A oui en fait je suis titulaire du diplôme que je convoitais tant, et donc prêt à travailler dans le domaine de football! Ma deuxième année avait était une année salvatrice, en effet les trois terreurs de ma classe s'étaient fait virer suite à leurs divers actes de violences. Ca m'avait libéré et mes résultats aussi d'ailleurs! Je n'avait pas tardé à envoyer des CV un peu partout dans le pays et même dans toute l'Europe pour trouver un club qui serait prêt à me laisser ma chance. J'avais d'ailleurs eut quelques réponses avant la fin de mes études et un club bien précis avait retenu mon attention et celle de mon père qui tout comme moi avait décidé de ce consacrer un peu au foot. En effet il souhaitait me suivre dans mon aventure footballistique, d'abords comme actionnaire au club, puis pourquoi pas faire de ce club qui nous avait séduit un club familliale, mais ça c'était encore qu'une divagation. Le dîner de ce soir en plus de me féliciter pour l'obtention de mon diplôme allait aussi être un repas d'affaire lors du quel j'allais rencontrer le président du club et les autres principaux actionnaires, un japonais et un bulgare je crois.
Dernière édition par Romanito le Mer 29 Fév 2012 12:16, édité 1 fois.
Publicité
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

J'espère que le début vous plaira, je débute et j'espère vraiment avoir beaucoup de critiques et des conseils pour essayer de m'améliorer.
Avatar de l’utilisateur
besto Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
10
Inscription :
24 Déc 2008

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

  • de besto
  • Lun 27 Fév 2012 20:13
Très sympa. Peu de fautes, une histoire qui semble se construire petit à petit, un championnat que l'on connait assez mal ...
Je suivrai !
Avatar de l’utilisateur
xanxus60 Réputation Continentale Réputation Continentale
Messages :
595
Inscription :
10 Sep 2010

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Un début intéressant et plutôt cohérent, je suis :wink: .
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Merci à vous deux, si vous avez des suggestions pour améliorer mon récit n'hésitez pas. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Image


Chapitre 2: Un dîner presque parfait


Une fois le match fini je m'étais précipité dans ma douche, avec une seul chose en tête, le repas de ce soir et surtout ma première rencontre en personne avec mon future président. Lors de mes précèdent entretiens téléphoniques, l'homme à la voie rauque semblait être un vrai passionné, non seulement de son championnat, mais surtout de son club et de son histoire. En effet ce dirigent à la personnalité bien affirmé ne cessait de faire des louanges sur son équipe et étonnamment pas sur celle mise en place en ce moment. En effet je ne serais dire s'il le faisait consciemment ou pas mais il adulait l'équipe que son club avait dans les années 1950. Dans nos entretiens interminables, pour mon plus grand plaisir je dois bien l'avouer, il narrait chaque match avec une intense passion et je dois bien admettre que ses talents d'orateur ne me laissaient pas de marbre. Pour moi ce présidant ne vendait pas seulement son club et son palmarès comme beaucoup d'autre le faisaient, non, lui ce qu'il me donnait comme impression c'était de me donner un héritage, non, plutôt de me transmettre! C'est comme ça qu'il m'avait séduit et j'avais vraiment hâte de prendre les commandes du club, un club apparemment en conflit avec ses supporters. En effet même si j'arrivais à conquérir la confiance de mon président, il me fallait rebâtir une équipe compétitive et la faire réconcilier avec son publique, tout cela s'annonçait très compliqué! Bien que difficile ce défi s'annonçait exaltant et passionnant et on attendait de moi une certaine prestance et un charisme important pour relever le défi et cela demandait un mental d'acier.

Une fois sorti de ma douche j'enfila mon plus beau costume et mes chaussures de cuire cirées la veille exprès pour l'événement. J'étais maintenant fin prêt, mais avant de quitter les lieux je jeta une dernière fois un coup d'oeil au site de l'Extraclasa (championnat Polonais) où un dossier était consacré à Ebi Smolarek, joueur d'expérience, mais aussi et surtout renard des surface dangereux pour n'importe quelle défense. Après quelques minutes de divagation sur cet article je me décida enfin à quitter mon logis. Un bon quart-d'heure plus tard j'arrivais devant le chic restaurant au volant de mon Audi TT, un portier s'empressa de venir au prêt de moi pour m'ouvrir la porte, puis je lui confia les clés de mon bolide pour qu'il puisse la garer au parking. Moi, pour qui cet établissement était inconnue fût enchanté de constater que mon père n'avait pas prit cette affaire à la légère et qu'il avait vraiment dût sortir le porte monnaie pour cette rencontre qui allait être je l'espérais un tournant pour ma carrière. J'arrivais maintenant à la réception où une charmante jeune fille se tenait prête à accueillir les clients, après un court entretien avec celle-ci je rejoignît la table où mon père m'attendait. Après une accolade chaleureuse avec mon père qui venait de revenir d'un long et fastidieux voyage d'affaire, je m'assis à sa table, heureux de le revoir, mais aussi stressé en pensant à la rencontre qui allait suivre avec mes futures dirigeants.

Père: Alors pas tu as pas trop d'appréhension pour ce soir?
Moi: Un peut ouai, mais le contraire serait inquiétant, non? Sinon tes négociations ont bien avancées, la dernière fois que l'on s'est vue tu venais juste de prendre contact avec les dirigeants du club.
P: Plutôt bien oui, je suis l'actionnaire majoritaire du club avec 49% de parts, il faut dire que j'y es mis le prix, 15 millions d'euros, mais bon il faut dire que pour un homme de mon calibre ce n'est pas grand-chose. D'après le rapport que j'ai reçus les infrastructures du club vont devoir être améliorées, parce que là c'est plutôt médiocre, mais bon c'est à toi de voire.
M: Bien sûre c'est un objectif prioritaire pour moi, mais ne t'inquiète pas tu seras tout cela dans quelques bonnes minutes car je crois que ce sont eux qui arrivent.

Le regard de mon père se tourna en direction de la réception dans laquelle un jeune homme qui s'entretenait avec trois autres personnes s'amblais indiquer notre direction. Nous nous levèrent pour accueillir nos invités, la soirée semblait tenir toutes ses promesse et il me tardait vraiment d'exposer à nos invités mes plans d'avenir pour le club, espérons qu'ils soient emballés par ceux-ci!
Avatar de l’utilisateur
EnzoZidane Réputation Nationale Réputation Nationale
Messages :
289
Inscription :
25 Oct 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Plutôt bien, mais fais gaffe aux fautes, j'en comptes plein ... Tout comme les mauvais verbes, les mauvais temps de conjugaison ... Bonne chance pour la suite :)
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

EnzoZidane a écrit:Plutôt bien, mais fais gaffe aux fautes, j'en comptes plein ... Tout comme les mauvais verbes, les mauvais temps de conjugaison ... Bonne chance pour la suite :)


Merci, mais c'est vrai que l'orthographe et moi on fait pas bon ménage :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
EnzoZidane Réputation Nationale Réputation Nationale
Messages :
289
Inscription :
25 Oct 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Ahaaha :mrgreen:
En tout cas, j'attends la suite, c'est pas mal comparé à d'autres que j'ai pu lire, et ça donne envie de suivre l'histoire :)
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Merci, je poste la suite une fois de retour de vacance :)
Avatar de l’utilisateur
Andyone Réputation Nationale Réputation Nationale
Messages :
256
Inscription :
23 Jan 2010

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Un bon début certes facilité par l'artifice du père qui achète le club mais pourquoi pas! Ne pourrais-tu pas changer la police car je trouve qu'elle fait mal aux yeux. Enfin simple avis perso!
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Romanito Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
43
Inscription :
01 Nov 2011

Re: [C]Quand l’argent devient un prétexte et le foot une pri

Image



Chapitre 3: tout feu tout flamme


Après les traditionnelles formules de politesse et une fois les présentations faites nous nous installons autour de la table. J'avais agréablement aperçu un sourire sur le visage du président lors de notre poignée de main alors que ses deux associés semblaient surpris, sans doute de mon jeune âge. C'est alors que mon père demanda qu'on nous serve l'apéritif, alors qu'encore aucun mot n'avait été prononcé au sujet du club je me décidais enfin à pendre la parole.

Moi: Avez-vous fait bon voyage?
Président: Pas vraiment, les sièges de cet avion étaient vraiment durs comme pierre, mais heureusement pour nous, les hôtesses de l'air étaient vraiment mignonnes!

Le rire spontané du vieil homme déclencha l'hilarité générale à notre table, mettant tout le monde à l'aise. Et c'est dans cette gaieté générale que nous primes les consommations commandées précédemment, après avoir écouté le toast porté par le président en l'honneur de mon obtention de diplôme et de notre future collaboration. Dans la première partie du repas j'évoquais avec lui mon parcours et je sentis que nous nous comprenions, ce qui était de bonne augure pour l'avenir. C'est seulement au dessert qu'il me fit un petit briefing sur la situation actuelle du club puis ses deux assistants dressèrent à moi, mais surtout à mon père le bilan financier du club. Celui-ci était court et très précis à la fois, il n'y avait en aucun cas besoin d'avoir un BAC +6 en comptabilité pour comprendre que celui-ci était médiocre, entre des résultats sportif précaires et des infrastructures qui devenaient dangereusement les prestiges d 'une gloire passé, la reprise du club par mon père semblait tomber à point nommé. Cette nouvelle qui en aurait découragé plus d'un me réjouissait, car en plus de l'exaltant challenge qui m'attendait dans ce club, je constatais que ma carrière était comme ce club, au point zéro et que cette situation me permettait de profiter de la faiblesse sportive du club pour m'imposer petit à petit dans le cœurs des différents supporters désespérés. C'est entre deux bouchées d'un de ces délicieux gâteaux à la crème qui avaient fais le prestige de cet établissement qu'Artur Jankowski, en bon passionné de football qu'il était, me posa une question, qui à mon avis lui tenait beaucoup à cœur:

Artur: Mais dite moi, comment comptez-vous redresser notre club sur le plan sportif?
Moi: Je dois avouer que j'attendais cette question monsieur Jankowski, pour moi le redressement de ce club doit se faire par étapes, nous commencerons d'abords par recruter des joueurs d'expérience, comme par exemple Ebi Smolarek et ce à plusieurs postes. Il faudra pour que cette première étape marche, nous concentrer sur les postes stratégiques. Je m'explique, le choix de ces joueurs, de préférence âgés, ne devra en aucun cas freiner l'intégration des jeunes joueurs dans l'équipe A, ainsi nous garderons un roulement constant qui participera à long terme au rajeunissement de l'effectif. Dans une seconde étape nous veillerons à retrouver des infrastructures dignes de ce nom, ce qui à court terme devrait faire de nous le meilleur club formateur de Pologne. L'ultime étape n'est que la suite logique de la première et seconde . Elle consiste à intégrer nos meilleurs joueurs espoirs à l'équipe première.
Artur: Je dois avouer que votre projet me laisse perplexe, car comment faire dans le cas où, notre centre de formation nous sorte trop peu, voire même aucuns cracks?
Moi: Alors nous recruterons nous même ces cracks grâce à l'important soutient financier de nos actionnaires.
Artur: Hum.. Je croix cerner un peu plus votre façon de procéder, néanmoins j'aimerais avoir votre point de vue sur ce que nous apporterons concrètement au championnat et même à la Pologne?
Moi: En plus de rendre le championnat plus compétitif nous participerons au future de l'équipe de Pologne en lui assurant un centre de formation efficace et avec un peu de chance notre onze de départ deviendra dans quelques années un onze made in Pologne.
Artur: Pour votre jeune âge je trouve que vous savez où vous allez et cela me plait beaucoup, même si je trouve votre projet quelque peu ambitieux, je suis prêt à vous soutenir et compte sur vous pour conquérir mon entière conviction.

Sur ces mots l'homme jeta un vif coups d'œil à sa montre, avant de se lever, il fit comprendre à ses deux accolites qu'il était temps pour eux de nous quitter. Suite à une poignée de main qui semblait conclure ma prise des commandes du club, les trois hommes s'éclipsèrent dans la nuit de moscovite.
Répondre
  • 13 messages
  • Page 1 sur 2
1, 2
articles en relation rép. vus dernier message

L'argent fait-il le bonheur ?

  • de Samuel
  • Mer 13 Jan 2010 18:29
57 4476 de Samuel

Jeu 21 Oct 2010 20:48

Quand l'instinct prend le contrôle !

4 414 de xanxus60

Jeu 28 Avr 2011 20:10

[Terminée]Quand la foule t'acclame ! Chapter 27 - The End

161 9760 de WhiteShark

Ven 21 Oct 2011 14:49

Quand une femme change votre vie. (Chapitre 2)

3 501 de messin57

Ven 27 Avr 2012 22:58

[FM12/12.2] Bien plus que du foot...

2 758 de Andyone

Dim 29 Avr 2012 18:07

Qui est en ligne

  • Au total il y a 0 utilisateur en ligne :: 0 enregistré, 0 invisible et 0 invité

(basées sur les utilisateurs actifs des 5 dernières minutes)

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités