Chane Youtube Football Manager

Toulouse and 2 losers | S01E06 - Heurts & bonheurs... Part 2

Répondre
1, 2, 3, 4, 5 ... 12
Avatar de l’utilisateur
Charles Le Téféciste Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
1530
Inscription :
20 Juin 2007
Localisation :
Montpellier (hou putain les violettes me manquent...)

Toulouse and 2 losers | S01E06 - Heurts & bonheurs... Part 2

Épisode pilote - Et que la vasque immonde poursuive sa course molle

Mickaël Debève, vous connaissez ?

Un physique pas facile, un talent pas évident. Une idée du football diamétralement opposée au canon actuel, un anti-CR7 en Somme (80). Mais un mec qui impose quand même le respect. Notamment parce que "Mika", un certain soir de novembre 1998, a marqué un but historique. Sur la pelouse britonne de l'ancien Wembley, il a permis à son club chti de devenir le seul et unique représentant français à venir s'y imposer. Depuis, Arsenal s'en est remis. "Mika", non.

Malgré son physique et son talent limités, "Mika" possède un parcours honorable. Devenu pro à Toulouse, il y est retourné aujourd'hui, après avoir roulé sa bosse parmi l'élite française (Lens, Le Havre, Amiens) et traîné sa bedasse quelques mois dans le nord de l'Angleterre. Après une petite parenthèse chez lui, à Abbeville (où il avait foulé ses premiers brins de pré vert, c'était en 1984), le Picard est donc de nouveau toulousain. Depuis l'été 2008, Mickaël Debève dirige l'équipe réserve du TFC. Pas en CFA comme de nombreuses équipes de L1, non, en CFA 2. C'est mieux que l'OM, mais c'est moins bien que Paris, Lille ou Bordeaux.

Coach de la réserve. Vous parlez d'un boulot... Tous les week-end, obligé de se taper les branleurs de la Première, ceux qui reviennent de blessure ou qui n'ont tout simplement plus le niveau. Alors oui, il y a la fierté de faire vivre le club de l'intérieur, sortir des "pépites", promouvoir les jeunes de la région... Bla, bla bla. Mickaël Debève s'emmerde en CFA 2. Il me l'a dit. Il me le dit tous les jours. Lui ce qu'il veut, c'est "remonter à la surface."

Image
"C'est gratifiant de sortir des jeunes, d'aider Casa à renouveler son équipe !"

D'accord, les résultats ne plaident pas en sa faveur. Mais il peut y croire. A Toulouse, il y a Dieu*, Claude Nougaro et Olivier Sadran. Et ce dernier, plutôt que de rêver conquérir des titres et un palmarès grand comme le déficit de l'équipe qu'il a sauvé de la faillite il y a plus de 10 ans maintenant, veut "pérenniser Toulouse en L1". Toulouse, oui, 4e ville de France, seulement dans le ventre mou du classement des budgets de première division. Parlez à quelqu'un d'autre d'ambition, mais pas à Sadran. Bref. Sadran aime jouer à domicile. Et à domicile, il y a eu Mombaerts, il y a Casanova, et il y aura Debève. Forcément.

Avec ses jogging taillés sur mesure et sa gueule de vigneron aviné, Alain Casanova a quitté le navire toulousain. Pas à la dérive, non, presque en pleine euphorie. Européen pour sa première saison, médiocre pour la deuxième et enfin arrivé héroïquement 8e l'an dernier, malgré de grosses carences, l'adjoint-que-n'a-jamais-désiré-Elie-Baup dit au revoir à la maison violette. Il quitte l'île du Ramier, direction la FFF. La Fédé l'a présélectionné pour remplacer Erick Mombaerts pour diriger les Espoirs, puis s'est rétracté en le voyant débarquer en survet' gris-violet Airness, et Mizuno aux pieds.

Trop tard, "Casa" avait donné sa démission. Et sitôt l'info dévoilée, personne ne semble vouloir pleurer sur son sort. Même avec son physique de paysan, Casanova avait plus de détracteurs que de tracteurs. Il paie sans doute un gros problème de communication.

A l'été 2011, nous en sommes là : Casanova, finalement repêché pour entraîner les gardiens des 19 ans nationaux, ne sera pas là pour la reprise de la L1. Thierry Uvenard, son adjoint, préfère retourner au Havre plutôt que rester dans le club Haut-garonnais. Sadran a alors plusieurs options. Comme à chaque fois, il choisit la moins onéreuse : il intronise dans la foulée Mickaël Debève comme entraîneur du TéFéCé. Une nouvelle page se tourne pour l'ancien milieu de terrain, caresseur de chevilles, aboyeur des lignes de touche. Il sabre le champagne, décroche son 3210 pour annoncer la nouvelle à tonton Gervais. De l'eau salée coule sur son visage buriné, massacré par rois ans de terreur dans l'antichambre de l'élite amateur du football français. Avec sa coupe hybride, croisement des œuvres capillaires de Chris Waddle avant le titre européen de 93 et de Bernard Thibault pendant la grève du CPE dix ans plus tard, "Mika" peut exulter devant son écran plat 58cm.

TLT titre en filet : "l'entraîneur de la réserve reprend les rênes du TFC".

La Dépêche, le lendemain, plus poétique : "Debève à la réalité".

* Guy Novès.

____________________________________________________________________________


:P la suite bientôt :P

PS: n'hésitez surtout pas à laisser vos commentaires... 8)
Dernière édition par Charles Le Téféciste le Dim 04 Mar 2012 19:40, édité 11 fois.
Image
Publicité
Avatar de l’utilisateur
Cali Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
7012
Inscription :
01 Oct 2007

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

  • de Cali
  • Lun 21 Nov 2011 11:16
Pom pom pom,

Et bien je me lance, une petite intro un style qui a fait ta légende. Un entraineur anti héros par excellence. Je suis curieux de lire la suite. Avec peut être l'apparition d'une Guest ??? Pourquoi pas le pote de Mika à Lens ?? Tony La gachette de 22 ...
Avatar de l’utilisateur
Charles Le Téféciste Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
1530
Inscription :
20 Juin 2007
Localisation :
Montpellier (hou putain les violettes me manquent...)

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

Cali a écrit:Pom pom pom,

Et bien je me lance, une petite intro un style qui a fait ta légende. Un entraineur anti héros par excellence. Je suis curieux de lire la suite. Avec peut être l'apparition d'une Guest ??? Pourquoi pas le pote de Mika à Lens ?? Tony La gachette de 22 ...


Oh punaise ouais Tony... :mrgreen:

Content que tu lise, en espérant que la suite te plaise :hooo:

D'ailleurs (oui j'aime écrire en sautant des lignes entre chacune de mes phrases) j'ai vu, en divergeant par le superbe musée des Bannières, que tu avais fait une story où tu passais par Toulouse ? :hehe: C'est bon ça !
Image
Avatar de l’utilisateur
Misaki Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
5814
Inscription :
15 Déc 2008
Localisation :
Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

  • de Misaki
  • Lun 21 Nov 2011 14:16
J'ai bien aimé cet épisode pilote comme tu le nommes. Des petites touches d'humour, un personnage qu'on n'attend pas et toujours la Ville Rose au centre de tout ça.

J'attends maintenant de voir ce que va donner Debève à la tête du TFC.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.
Avatar de l’utilisateur
BzR Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
4291
Inscription :
22 Aoû 2011
Localisation :
Lyon
Partie FM actuelle :
Allemania Aachen

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

  • de BzR
  • Lun 21 Nov 2011 14:17
Je viens de lire ton intro et j'aime beaucoup ton style, ton humour et puis surtout ton héros :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
kumfu28 Réputation Locale Réputation Locale
Messages :
34
Inscription :
17 Aoû 2009

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

Salut,

Très belle intro qui ne peut que donner envie de suivre cette aventure.
Mais appréciant fortement l'OM, je me dois de réagir sur un léger detail. La réserve est en CFA 2, donc comme la réserve du TFC. Maintenant c'est très peu important.

En tout cas j'attend la suite avec impatience.
Bon courage,
A+
Avatar de l’utilisateur
Naoned17 Réputation Nationale Réputation Nationale
Messages :
291
Inscription :
15 Fév 2011
Localisation :
Aulnay , pas sous bois , de saintonge pardi dans le 17 !
Partie FM actuelle :
AS Soyaux Feminines

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

Episode pilote trés sympa , en espérant qu'il soit suivi de nombreux chapitres. Je suis !
Avatar de l’utilisateur
Charles Le Téféciste Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
1530
Inscription :
20 Juin 2007
Localisation :
Montpellier (hou putain les violettes me manquent...)

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

kumfu28 a écrit:Salut,

Très belle intro qui ne peut que donner envie de suivre cette aventure.
Mais appréciant fortement l'OM, je me dois de réagir sur un léger detail. La réserve est en CFA 2, donc comme la réserve du TFC. Maintenant c'est très peu important.

En tout cas j'attend la suite avec impatience.
Bon courage,
A+


Cela m'apprendra à vouloir m'instruire sur Wikipédia avec un an de retard :hooo: Effectivement, l'OM était en DH mais la saison précédente, et a d'ailleurs remporté ce championnat en 2011. Merci !

Pour tous les autres, merci pour vos encouragements. :oops:

La suite arrive très vite !
Image
Avatar de l’utilisateur
Sim Modérateur Modérateur
Messages :
22751
Inscription :
06 Déc 2006
Localisation :
Paris

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

  • de Sim
  • Lun 21 Nov 2011 23:32
Bon... j'avais promis que je lirais. Je mets fin à une abstinence de presque 5 ans sans lire de story et je m'y remets!

Une simple intro... on attend la suite. C'est bien écrit, mais on s'y attendait. Y a plus qu'à convaincre un public exigeant! :P

Bon et je tiens néanmoins à souligner quelques points...

Le titre du pilote: Ça a une gueule de contrepèterie ça... mais j'ai beau chercher, je trouve pas.

Sinon Dieu... c'est pas plutôt Nougaro?

Et Debève... pourquoi Debève? Ultra surpenant comme choix ça... Là on dépasse le concept de l'ant-héros. On est dans l'anti-tout!

A ce sujet... comme kumfu28 je suis supporter marseillais et je m'insurge contre la bassesse des attaques sur les goûts capillaires de notre Dieu anglais à nous (non, pas Tyron Mears)

Sinon la bannière est nikel comme ça. 2 p'tites questions.... le joueur dont la tronche est coupée à gauche, c'est qui? Capoue?
Et surtout... "mais qu'est-ce qui est écrit tout en bas en minuscule?"

Bonne suite :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Charles Le Téféciste Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
1530
Inscription :
20 Juin 2007
Localisation :
Montpellier (hou putain les violettes me manquent...)

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

:mrgreen: Merci-Sim !

Dans l'ordre...

Le titre c'est juste un délire perso, effectivement un peu contre-péteur, mais surtout en référence au très bon bouquin de Colum McCann, Et que le vaste monde poursuive sa course folle :76:

Claude Nougaro n'est pas 4 fois Champion d'Europe, que je sache :hooo:

Debève, Debève... Tiens justement dans "Debève", y a deux ! Et on dirait qu'il n'y a que Cali qui ait relevé le fait qu'il doive y avoir un second personnage... Mais pour répondre à ta question : parce que j'ai toujours été fasciné par ces joueurs, à la Dieuze, Fabinho, Sirieix... Des types de devoir. Des "middle men". Ils ont pas le talent, mais ils n'ont pas le reste non plus. On les raille, on les chambre, on les critique... mais Dieu qu'on (je) les aime !

Pour le choix capillaire, chacun ses goûts. Au moins il a aussi une coupe qui restera dans l'Histoire ! :wink:

Enfin, concernant la bannière, oui c'est bien Capoue. Avec sa coupe improbable partiellement peroxydée, en hommage au chanteur ricain Wiz Khalifa. Ce qu'il y a écrit en petit ? Une partie de l'intrigue dévoilée. Donc, sors tes lunettes ! :roll:
Image
Avatar de l’utilisateur
Charles Le Téféciste Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
1530
Inscription :
20 Juin 2007
Localisation :
Montpellier (hou putain les violettes me manquent...)

Re: Toulouse and 2 losers | Épisode pilote

S01E01 - Vivons heureux en attendant le Maure

La prise de fonction de Mickaël Debève est heureuse. Mika rit (spéciale dédicace aux Sochaliens).

Comme les joueurs le connaissent déjà (enfin, surtout les jeunes et les mauvais éléments), son intronisation est bien vécue par le groupe. Le départ d'Alain Casanova ne déclenche pas plus, pas moins d'émoi. Rien de nouveau sur la Garonne : il règne au sein du club toulousain comme une atmosphère pacifiste. On se croirait en Suisse pendant la Seconde guerre mondiale.

Presque aucune pression sur les épaules des joueurs, qui évoluent chaque week-end devant - au mieux - 20.000 spectateurs. Le Stadium, qui accueillera le futur Euro 2016, verra pourtant sa capacité maximale passer à 40.000 places. Pourquoi faire ? Dans l'enceinte de ce qu'on appelait le "petit Wembley", peu ou pas d'ambiance, hormis contre des cadors du Championnat. Et encore. Le "Tef", comme les gens d'ici le nomment, est conditionné pour espérer aller chercher les places d'honneur, sans pour autant prendre un savon si jamais l'objectif s'échappait. Sadran résume tout cela en déclarant, tous les ans, que son équipe vise un classement entre la 5e et la 15e place.

J'étais pas loin de Mika quand le Président lui a signifié les objectifs pour 2012. "Milieu de tableau, saison honorable, quelques tours en Coupe, et des coups d'éclat". Comme de par hasard...

Allez savoir pourquoi, Olivier Sadran n'aime pas les médias. Il n'a jamais remué ciel et terre pour apparaître en Une de l'un ou de l'autre quotidien sportif français. Il ne donne pas d'interviewes régulières non plus, ni ne fait de déclarations tapageuses. On le dit "petit Aulas", mais lui ne s'en prendra jamais à l'arbitrage. Sadran ne veut pas faire de vagues, l'affaire est convenue. Mickaël Debève est le nouvel entraîneur du TFC. Mais l'homme fort du club reste, même dans l'ombre, Olivier Sadran.

Image
Sadran, un autre visage du foot-business.

Et c'est tout le problème. Comment construire une équipe quand on n'a ni les moyens, ni les ambitions de ses moyens, ni les... Bref. Sadran vise le ventre mou, et ne donnera pas un kopec pour recruter cet été.

On est fin juin, du coup la meilleure solution est de tester les joueurs pour voir qui reste, et qui doit partir. Mika dirige les séances seul pour l'instant, n'ayant pas encore trouvé d'adjoint. Il décide d'organiser un affrontement contre l'équipe réserve. Ce qui, en soit, ne veut pas dire grand chose. Mais le match est néanmoins joué, sur l'annexe du Stadium, et remporté par les titulaires. L'équipe évolue en 4-5-1, sans surprise. Vidal est titulaire dans les cages, en attendant le retour en forme de Riou, et Umut Bulut est l'unique buteur du match.

Le premier gros événement de l'investiture Debève est donc l'arrivée en grandes pompes (ce mec chausse du 46) de son nouvel adjoint. Il était convenu depuis le début qu'il ne pouvait pas continuer seul, ou avec un élément du club. Première émancipation ? Toujours est-il qu'un nouveau gus viendra s'assoir sur le banc violet. Il est grand, très grand. Il n'est pas connu, pas très connu. Il est Allemand, et n'a presque pas d'expérience dans le domaine. Mais il est jeune, 35 ans, a une idée du football physique et tactique, et la soif d'apprendre. Il débarque de Bavière, mais pas de Munich : de Fürth. Son nom ne vous dira rien, et est compliqué à orthographier. Martin Meichelbeck, 1m89, ancien défenseur central, sera le bras droit (pas levé, pas levé…) de Mickaël Debève.

Image
Un mec qui sait se mettre le cul par terre, ça peut être utile.

Première décision de Martin Michel (c'est soit ça, soit je l'appelle Michelle Trachtenberg - oui, l'actrice qui joue la sœur de Buffy), organiser un match amical en Suisse. Non, pas allemande, mais dans le canton de Vaud, à Lausanne. Un match contre un club de 1re Ligue. Mais calmez-vous, en Suisse ça veut simplement dire "National"… Tant pis. Effectivement, l'opposition de l’Étoile sportive FC Malley, au stade du Bois-Gentil (c'est mignon) n'est pas farouche : les joueurs enfilent les buts, et l'emportent 7-0. Trois jours plus tard, le 7 juillet, Mika et ses troupes débarquent en Belgique. Le match face au OH Louvain, qui évolue lui en première division, est plus sérieuse, la victoire sera plus étriquée : 2-0.

Premier constat après ces trois premiers matches : la justesse du milieu de terrain. Mika et Martin se rendent compte qu'en jouant en 4-5-1, soit avec trois milieux axiaux et deux ailiers, l'effectif actuel ne suffira pas. Si, à gauche, Tabanou fait figure de taulier à même pas 23 ans, le flanc droit est plus inquiétant. Braaten, jugé moyen par l’œil avisé du Teuton, ne peut être suppléé que par deux jeunes pousses : Wissam Ben Yedder (21 ans) et Adrien Régattin (20 ans). Le staff décide alors de penser "re-cru-te-ment".

Plusieurs joueurs sont observés, mais seuls deux réunissent les qualités demandées. Problème, l'argent manque. Sadran ne veut rien entendre. Soit, Mickaël Debève fait marcher ses connaissances, et demande l'aide des recruteurs. Lièvre et Arribagé n'ont rien à proposer. Les deux nouveaux, Franco Torchia (Le Mans) et Gianni Rovereti (Cesena) non plus. Finalement, c'est Martin Michel qui conseille à Mika un jeune Serbe de 20 ans, Darko Lazovic. L’Étoile Rouge de Belgrade est contactée dans la journée, et le jeune ailier droit, qui peut également jouer dans l'axe, rejoint l'île du Ramier le 9 juillet. C'est un prêt avec option d'achat, fixée à 1 million d'euros, qui est signé. En attendant des ventes éventuelles pour pouvoir recruter d'autres éléments.

Image
"En quittant Belgrade j'abandonne aussi mon bonnet. Chouette !"

S'en suit un autre match à l'extérieur, en Normandie, sur la pelouse du Havre, pensionnaire de Ligue 2. La victoire est encore au rendez-vous. A Jules Deschaseaux, Umut Bulut inscrit son troisième but en 4 matches, et Pavle Ninkov est expulsé. Darko Lazovic entre à l'heure de jeu et dépasse sans mal le niveau passable de Braaten sur ce laps de temps.

Seulement deux jours après, premier gros test à la maison. Plus de 6.000 spectateurs se déplacent pour voir jouer l'équipe anglaise de Sunderland. C'est la première titularisation de Rémy Riou dans les buts. Les Black Cats sont étouffés par le match énorme de Moussa Sissoko, qui y va de son doublé avant de délivrer un caviar pour la (petite) tête d’Étienne Didot. La fête est sympa, c'est le premier événement sportif de l'histoire toulousaine version Mickaël Debève. Tout ça se termine sous les douches, au champagne. La route est encore longue mais le Picard sait que pour continuer à motiver ses troupes - et s'il veut remporter des matches et gagner de l'argent et donc être écouté par Sadran, Mika doit motiver ses troupes - il va devoir briser son image de joueur et d'homme chiant. Je suis là pour l'aider, et j'ai de bonnes idées.

Tout ce petit monde finit donc la semaine au Pink Palace, sur le bord du Canal. Bon, vous connaissez sûrement (au moins de nom, petits coquins) le Pink Paradise. Cet endroit parisien aux lumières roses et aux filles peu farouches, rendu célèbre par Cathy Guetta. Et bien le Pink Palace à Toulouse, c'est exactement pareil. Sauf que c'est Cathy Guetta qui fait les striptease.

Image
Le Pink Palace, une autre idée de la luxure. Une idée de l'Europe de l'Est, assurément.

Une semaine après la victoire probante contre l'équipe de Stéphane Sessegnon (on manque trop souvent l'occasion de parler de ce joueur), Martin Michel organise un petit "road trip" vers ses contrées nasillardes. Direction le Nord de l'Allemagne, Hambourg. Pour son avant-dernier match de préparation, l'équipe de Debève n'affronte pas le HSV, le "Dinosaure", mais l'autre club de la ville : le FC Sankt Pauli. L'équipe du quartier éponyme, plus connu pour son célèbre quartier rouge, autour de la rue Reeperbahn, évolue en seconde division. Le TFC l'emporte facilement, 4 buts à 1. Le Turc Umut Bulut réussit un fantastique triplé (certainement l'air allemand), et le jeune Lazovic clôt le score d'une partie qu'il a disputé de bout en bout sur le flanc droit.

Alors qu'on approche du début de la saison (Mika, Martin et les autres rejoindront la Corse d'ici deux petites semaines), deux nouvelles arrivées viennent chambouler la vie paisible du groupe. Le dernier match amical de la saison, au Stadium contre le Corinthians d'Adriano, Liedson et Emerson (oui, l'ancien Rennais), est prétexte à une belle présentation de ces deux nouveaux éléments. Le premier est un joueur de foot, jeune défenseur en devenir, qui vient à Toulouse sous la forme d'un prêt payant avec option d'achat (6 millions d'euros quand même). Le second était un joueur de foot, une légende vivante ici et ailleurs, mais surtout ici. Tous les deux sont étrangers. Le premier, Giuseppe Prestia, débarque de Palerme du haut de ses 17 ans.

Image
"Bon bah, à l'année prochaine, coach !"

Le second, Alberto "Beto" Marcico, retrouve son jardin toulousain, près de vingt ans après l'avoir quitté. Une claque. Voilà ce que prennent en pleine poire les 25.000 spectateurs du stade, un chiffre exceptionnel pour une rencontre de pré-saison. Rien ni personne n'aurait pu prédire un tel retour. Et pour quel rôle ? Directeur sportif. Entre Soucasse, le bras droit de Sadran, et Debève. Un poste "supra-sportif", qui englobera toutes les équipes toulousaines, ainsi que la supervision du recrutement et la gestion des avant et après saisons. En plus de tout ça, Beto Marcico aura le droit et le devoir d'assoir une réputation flamboyante du club en Amérique latine. Pour qu'un jour, pourquoi pas, débarquent au TFC des petits prodiges aux relents d'espagnol…

Pourtant, Dieux sait que cette transaction fut tout sauf évidente. Déjà, car "le gros Beto" comme certains commencent à l'appeler (il a toujours cherché à ressembler à Maradona, en commençant par sa technique, et en finissant aujourd'hui par son physique…) n'a pas vraiment d'expérience de banc de touche. La seule fois où il y a goûté, c'était en tant qu'adjoint de Tabarez à Boca Junior, en 2002. Ensuite, et c'est l'épine la plus importante, car Beto n'a jamais caché son désamour envers le président toulousain. En 2009, dans une interview accordée au Figaro, l'Argentin se plaignait du comportement de Sadran : "Il se croit plus important que le club alors que rien ne doit passer avant le TFC, jurait-il. Pour moi, les meilleurs présidents furent Visentin et Delsol. Eux, ils aimaient vraiment le club et n'étaient pas là pour faire uniquement du business." Pourtant, quand le journaliste l'interrogeait sur une possible reconversion, Beto Marcico était sans détour : "Si je devais prendre une équipe, ce serait le TFC uniquement. Mais tant que Sadran sera là, je n'ai aucune chance."

Image
Beto Marcico, une autre idée de la coupe de cheveux.

Comme on dit, l'erreur est humaine… Et en attendant, Olivier Sadran ne semble pas lui en avoir tenu rigueur. Le président est ravi, Canal Plus n'en a pas manqué une miette et Mickaël Debève ne se sent plus seul dans sa mission de faire de Toulouse une équipe… "to win". Justement, cela passe par une belle prestation ce soir, face à un géant de la planète du ballon rond.

L'équipe est sans surprise côté toulousain : Riou est dans les buts, Bulut en pointe et Lazovic toujours préféré au Norvégien lunatique, Daniel Braaten. Moins inspirés et respirants que contre les Anglais ou les Allemands, les hommes de Mika et Martin n'en demeurent pas moins incisifs. Un but par mi-temps, un doublé pour Bulut et deux passes décisives venues de la gauche, des pieds de M'Bengué et Tabanou, et le tour est joué. L'équipe de Sao Paulo, 6e club le plus titré du Brésil, n'était apparemment pas armée pour rivaliser avec Étienne Capoue, génial devant la défense, et les siens. Cette victoire qui vient mettre un terme à une campagne de préparation quasi-exemplaire côté toulousain. Mika rit. Encore.

Image
Voici l'équipe type des 7 matches amicaux
Les buteurs : Bulut (8 buts), Sissoko (3), Didot, Tabanou, Braaten, Congré, Machado, Capoue, Lazovic (1)

De retour au camp d'entraînement, le sourire est d'ailleurs de rigueur, et l'humeur au beau fixe. Le club est radieux, et la satisfaction de son président irradie véritablement tout l'organigramme. A tel point que l'ouverture du Championnat, dans une poignée de jours contre les promus corses d'Ajaccio, ne fait réellement peur à personne.

La confiance semble devoir régner et Mickaël Debève, qui s'apprête à vivre avec son adjoint Martin Meichelbeck et son "mentor", Beto Marcico, sa première rentrée des classes footballistiques, s'accorde une petite folie. Flânant entre la rue Saint-Rome et la place Saint-Georges, le garçon, 41 ans le 1er décembre, a décidé de s'octroyer un petit plaisir. J'étais avec lui et je ne vous mentirai pas en vous disant qu'il a longuement hésité. Mais la vendeuse d'Handy, toute poitrine dehors, aura eu raison de lui. Mika est ressorti de la boutique avec des basket Dior aux pieds. Des baskets, s'est-il dit non sans amusement, certainement quatre à cinq fois plus chères que les chaussures d'entraînement de son pauvre prédécesseur. J'ai vu son rire dans la vitrine, alors que j'étais en train de mater les seins de Valérie. Et moi, ça m'a donné la patate. Je me suis mis à rire de bon cœur également, et nous sommes rentrés accompagnés, ce soir-là, à la maison. Mika, Valérie, et moi.


____________________________________________________________________________


:P la suite bientôt :P

PS: n'hésitez surtout pas à laisser vos commentaires... 8)
Dernière édition par Charles Le Téféciste le Mar 29 Nov 2011 15:08, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
BzR Réputation Mondiale Réputation Mondiale
Messages :
4291
Inscription :
22 Aoû 2011
Localisation :
Lyon
Partie FM actuelle :
Allemania Aachen

Re: Toulouse and 2 losers | S01E01 - Vivons heureux [...]

  • de BzR
  • Mer 23 Nov 2011 17:10
J'aime l'équilibre entre sport et récit, juste ce qu'il faut.Continue comme ça :wink:
Image
Répondre
  • 135 messages
  • Page 1 sur 12
1, 2, 3, 4, 5 ... 12
articles en relation rép. vus dernier message

Perdu au nord du milieu de nulle part.

4 644 de WhiteShark

Mer 14 Sep 2011 7:46

Qui est en ligne

  • Au total il y a 0 utilisateur en ligne :: 0 enregistré, 0 invisible et 0 invité

(basées sur les utilisateurs actifs des 5 dernières minutes)

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités