Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Braquage à l'italienne.

C'est ici que se trouvent les plus belles histoires du forum

Modérateur : Staff FM

TC19
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 49
Enregistré le : ven. 24 avr. 2009 11:00
Localisation : Ardeche/Belgrade

Message par TC19 » jeu. 30 avr. 2009 17:29

J'ai vraiment été content de voir que la story reprenait. Franchement cette histoire de comète...

Toujours un plaisir de te lire, j'attend la suite.


Publicité

Avatar du membre
Platini42
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 319
Enregistré le : ven. 02 nov. 2007 0:00
Localisation : Paris

Message par Platini42 » ven. 01 mai 2009 10:23

J'ai donc fait la connaissance d'Eduardo. Chanteur reconnu en Espagne et en Amérique du Sud, il traversait une période sombre suite à son divorce avec Natalia Oreiro, une actrice et chanteuse uruguayenne.
Image
Ils ont eu une petite fille et c'est surtout pour elle qu'il s'est plongé dans une grosse dépression.
Son ex est repartie vivre définitivement dans son pays natal et une décision de justice a donné la garde de leur enfant à la mère.
Nous avons pas mal causé de ça, même s'il m'était difficile d'avoir une solution à ses problèmes. On a parlé de tout et de rien et on en est venu au football.
Il était fan de l'Atletico Madrid, comme toute la famille Cruz et surtout de son équipe nationale. Il a joué plus jeune, à un niveau régional.
Je pense que je lui ai fait une bonne impression. Son séjour aura été bénéfique pour lui.
Monica avait été présente pour le réconforter pendant son séjour et ils avaient trouvé une solution.
Image
Eduardo a décidé de quitter Madrid et de s'installer à Punta Del Este, une ville cotière de l'Uruguay, à une centaine de kilomètres à l'est de la capitale Montevideo.
Image
Il a décidé de se rapprocher de sa petite fille, sa principale préoccupation de sa vie. Au risque de flinguer sa carrière, il avait pris un choix courageux.

Lors de son départ d'Italie, avant qu'il ne retourne en Espagne pour préparer son déménagement en Amérique du Sud, j'eus la confirmation que j'étais bien adopté par cette branche de la famille à Monica :
"T'es un mec bien Esteban. Prends soin de ma soeur. Elle a besoin de toi et tu es la bonne personne pour elle."


Le mois de mars n'était pas le plus dur au niveau intensité, vu les trois seuls matchs de championat programmé.
Image
La réception de Parme nous a permis de faire le meilleur match de la saison, le match référence en quelque sorte. Certes, l'équipe de Parme a pris le chemin de la relégation mais mes joueurs ont réalisé une superbe prestation, tant défensivement qu'offensivement : Matias Cahais à la baguette derrière et Diego Buonanotte devant.
Image
Mes deux argentins ont démontré lors de toute la saison, et en particulier sur ce match, que l'investissement fait a été judicieux. Diego a réalisé un triplé et apparement il ne m'a pas tenu rigueur de ne pas l'avoir laissé partir au Real.

Le nul heureux à Empoli nous amenait à une série de trois matchs à domicile. C'est à la fin de cette période que nous y verrons plus clair sur notre avenir sportif.

La première étape était la réception de Naples, qui nous avait infligé notre première défaire de la saison.
Le match fut serré et tendu et Cristian Daminuta nous offrit la victoire sur une frappe de 35 mètres.
Image

Nous finissions le mois à la 7ème place à égalité de points, avec Udinese, actuel 6ème. Les cinq premiers sont loin devant et le 8ème, la Lazio est à 3 points.
Outre ce constat chiffré, cette victoire a officialisé mathématiquement notre maintien. L'objectif principal est donc rempli ce qui ne faisait pas grand doute lors des bilans en décembre.
Il nous reste désormais 9 matchs pour accrocher la cerise sur le gâteau. Le moral remonte, les festivités ont été courtes à l'initiative de mon groupe qui est motivé à ce que tout le monde n'ose pas trop dire : se qualifier pour l'Europa League.


Michela m'avait convoqué dans son bureau à l'issue de la réception des napolitains.
Image

"Bon, comment tu vois la fin de la saison?"
"Ben si on gagne nos deux prochains matchs, on sera officiellement candidat à la course à l'Europe, sinon on pourra partir en vacances plus tôt que prévu."
"Ok, je te fais confiance pour la première solution. Ne me déçois pas."
"En fait, on pourrait y croire depuis longtemps, si Alessandro avait pas tout foutu en l'air. Je dois faire avec les moyens du bord."
"Arrête, soit tu es compétent, soit tu ne l'es pas : voilà comment je vois les choses."
"Bien sur, c'est évident comme raisonnement, c'est pas vous qui galèrait à pondre une défense la moins merdique possible."
"Tu m'énerves."
"Ben, c'est vrai, si on avait...."
"Mais, non pas ça, je m'en fous du foot, là tout de suite. J'en ai marre que tu me vouvoies."
"???"
"Et attention, si tu te trompes, tu auras encore une punition."
"Bien, alors ne t'inquiète pas, je vais pas me tromper."
"Pourquoi, tu ne voudrais pas la même que ton ami?"
"Un : ce n'est plus mon ami et j'aimerai qu'on évite d'y revenir sans cesse et deux : tu sais que je suis amoureux et ce n'est pas près de changer."
"Oula, je rigolais. On a gagné et Monsieur fait sa forte tête. Sinon, tu veux des nouvelles de Marina?"
"Non, pourquoi?"
"Parce qu'elle me parle que de toi. Elle aimerait renouveler l'expérience. Tu lui as tapé dans l'oeil, comme à sa mère."
"Ah bon!"
"Apparement, c'est pas ton cas, tu as quelque chose à lui reprocher?"
"Non, elle, ça va, je n'ai rien contre elle."
"Et bien, toute la froideur dans sa splendeur ce soir. Tu m'ennuies."
"Je suis comme d'habitude."
"Non, je sais ce qui te tracasse. Tu n'as toujours pas digéré mon petit séjour avec Alessandro."
"Non..."
"Menteur!"
"Ben disons que ça me met dans une position où je ne sais pas trop ce qui peut m'arriver chaque jour quand je me lève. Je me dis que c'est peut être mon dernier jour à la tête du club et..."
"T'es lourd. Tu devrais me connaitre depuis. Je ne mélange pas le travail et le plaisir. Je ferai une exception, peut être avec toi, quand tu te seras décidé."
"Là, c'est toi que je trouve lourde."
"Sur un autre ton, vu ton comportement, il y a une pointe de jalousie. J'aime bien ça; ça veut dire que je te fais de l'effet."
"Je peux pas être jaloux, j'aime Monica et c'est tout."
"Aujourd'hui oui, mais demain..."
"J'ai des projets avec elle."
"La vie change vite, tout va vite; un jour tu te réveilles, tu aimes quelqu'un et le lendemain, tout a changé."
"Chacun sa life, je ne raisonne pas comme ça."
"Tu es insupportable ce soir; mais toujours aussi mignon."
"..."
"Bon Alessandro était un très bon amant, mais je pense que tu seras mon plus beau trophée."
"Tu es un peu trop sur de toi sur ce coup."
"Tu crois vraiment?"
"Si tu me poses la question, c'est que tu n'en ai même pas sure toi-même, alors..."
"Tu m'énerves, dégage et va te coucher. Demain, si t'as une seconde de retard, je te vire."


J'ai rencontré Francisco Falconetto, le commissaire de la ville, lors d'un déjeuner, en centre-ville, le mercredi 23 mars. Je lui ai expliqué un peu tout ce qui se tramait autour du club.
Image
Après une rapide enquête, il m'a appelé la semaine suivante pour me confirmer que les trois hommes étaient en "bisbilles".
Onofrio Greco, Stefano Paolucci et Alessandro Bartoli sont en contact et apparamment ils font tout pour que ça ne se sache pas. Mais le plus important, c'est qu'ils ne seraient que des pions dans cette histoire.
Francisco a décidé dans un premier temps de mettre tout ce beau monde sur écoute, histoire d'en savoir plus. Il ne pouvait pas ouvertement ouvrir une enquête car les motifs étaientt encore flous mais au vu de sa fonction et de ses relations, il pouvait se permettre pas mal de choses.


A la fin du mois de mars, j'ai fait connaissance avec Pénélope, la soeur de Monica.
Image
Elle venait passer quelques jours à Milan. Décidement, c'est de famille : elle s'est séparée de son compagnon, Javier Barden, un acteur espagnol.
Image
Bon, elle n'était pas mariée, n'avait pas d'enfant et donc la rupture a été moins cahotique que celle de son frère.
Je ne l'avait rencontré que deux fois lors de son séjour et elle aussi avait l'air de m'appécier.
C'était un autre pas dans notre relation : de faire bonne figure aux gens pour qui Monica tenait énormément.


Avril : on a réussi notre pari. Nous avons remporté les trois matchs successifs au Bentegodi.
Image
Si Mantova n'avait pas trop posé de problèmes, Udinese nous a fait douter jusqu'à la 85ème minute. Suite à un débordement d'Andreas Laudrup sur le côté gauche, le centre déclenché trouva la tête de Jefferson.
Image
Mon attaquant brésilien venait d'ouvrir le score, qui restait inchangé et nous apportait donc cette troisième victoire d'affilée.
Mon jeune gardien Signorini fut déterminant en arrêtant un pénalty, à la fin de la première mi-temps.

Le déplacement à l'Artemio Franchi, une semaine plus tard, a accouché d'un match très contrasté. Les florentins, à la lutte pour le "scudetto", le score vierge à la mi-temps était plutôt flatteur vu les tentatives de nos adversaires à vouloir ouvrir la marque.
Mais les choix tactiques de Cesare Prandelli, pendant la mi-temps, ont complètement désorganisé mon équipe.
Image
4-0. Le score était sévère mais la réalité était là. Cesare était venu me féliciter à la fin du match, appréciant mon regard et mes bons débuts dans le football.
Cela m'a fait plaisir mais n'a pas atténué les maux de cette claque prise alors que l'on avait prévu de ramener quelque chose de notre déplacement en Toscane.

Le pâle 0-0 ramené de Cagliairi était du au contre-coup de notre défaite précédente mais n'avait pas eu grande incidence au classement.
Image
Nous avons gagné une place, pour nous retrouver sixième, grâce à notre bonne série à domicile et surtout grâce à un coup de moins bien de Udinese, qui n'a pas profité de nos faiblesses sur la fin du mois.
Il restait 5 matchs et tout était possible. Mais un autre concurrent s'était invité à la lutte pour les places europpéennes : la Sampdoria.
Si les cinq premiers seraient les mêmes à la fin de saison, cela allait devenir un match à trois pour les deux dernières places.

En effet, la finale de la coupe nationale va opposer la Fiorentina à la Roma. Les deux équipes étant dans le haut du classement, cela libèrera une place, ainsi le septième du championnat sera qualifié pour les joutes européennes.
La Lazio et Naples ne sont pas hors course mais la lutte va s'acheminer principalement entre la Samp, Udinese et nous.
Nous avons notre destion entre nos mains, le classement nous le démontre.

Le 29 avril 2011, j'étais passé chez Christian Vieri et Melissa Satta.
Image
Le week-end suivant faisait relache, bizarrement et je rentrais de Milan où je laissais partir Monica qui avait un week-end sur Paris, pour le boulot.
Christian m'avait donc invité à diner.
On parlait un peu de tout, de la vie en générale, de ce qu'on espèrait pour la saison de Vérone et sur son avenir, des diverses agitements de ces derniers mois; quand la voisine a débarqué.
Giorgia!
Image
Elle était complètement défoncée et je me demandais si elle savait vraiment où elle était.
Melissa était un peu désarçonné et Christian ne savait pas que faire. J'ai écourté mon diner et je l'ai ramené chez elle.
Elle était dans un état plus inquiètant qu'à l'accoutumée et je pensais qu'à force de vivre sur ce rythme, elle ne finirait pas bien.
Elle était toute seule. Alessandro n'était pas chez lui et elle ne savait pas où il était. Elle m'a parlé qu'elle voulait le quitter, qu'elle savait pour lui et Michela mais qu'elle s'en foutait.
Elle m'a fait une déclaration très directe. Elle ne supportait pas ma relation avec Monica et depuis le début, elle avait bien vu qu'elle m'avait tapé dans l'oeil.
Elle s'est excusée de son comportement envers Monica lors de l'émission et que c'était juste à cause de moi.
Elle voulait que je lui donne une chance, qu'elle m'aimait et que je serais plus utile qu'Alessandro pour sa carrière qui commençait à battre de l'aile.
Son attitude pendant tout son dicours était provocateur. C'était "l'ile de la tentation" et j'étais en train de concourir. Elle s'accrochait à moi, essayait de m'embrasser, me caressait et allait parfois plus loin en tentant de déposer sa main sur diverses parties de mon corps très intime.
J'ai tant bien que mal repoussé ces gestes. Plus rien ne me choquait chez cette fille mais je trouvais qu'elle mettait fortement le paquet cette fois-ci.
C'est là où je mes suis rendu compte que j'étais vraiment amoureux et c'est dans ces moments pareils que l'on a de vraies réponses. Je n'avais pas du tout succombé à la tentation!
J'aimais Monica et même si Giorgia avait des atouts indéniables, je n'étais pas du tout attiré.
Ayant enfin réussi à la déposer sur son divan, la fatigue l'avait rattrapée. Elle a tenté une dernière fois de me faire tomber sur elle pour entamer des ébats qu'elle désirait.
C'est à ce moment, où mon taux de "supportabilité" était atteint que je lui ai avoué que j'avais l'intention de me marier avec Monica, qu'elle était la femme de ma vie et qu'il n'y aurait aucune issue entre nous.
Sa violente réaction a été atténué par son état physique. Elle s'était difficiliement relevée dans l'idée de me frapper mais sa vitesse de déplacement était trop faible. Ses yeux révulsés et ce regard noir qu'elle me porta m'on fait prendre conscience que je venais de l'humilier après sa déclaration. Cette déclaration était faussée par son état de drogué mais elle était sincère à sa réaction.
Elle a essayé de me jeter un vase à travers la figure mais celui-ci termina sa course à ses pieds.
Je n'ai pas trainé, j'ai pas voulu calmer les choses, ni débattre pendant des heures. Il n'y avait pas grand chose à faire à ce moement là. Je suis parti de chez Giorgia et j'ai repris ma voiture garée devant chez Christian.
Je ne suis pas passé par chez lui, cette soirée m'avait soulé et je n'avais qu'une envie : rentrer à Vérone au plus vite pour retrouver mon chez moi.


C'était les feux de l'amour à Vérone.
J'avais donc décidé de demander la main de Monica. Courant mai, je vais organiser un petit séjour à Venise.
Image
Le lieu sera "bâteau" mais j'étais plus que persuadé que c'était la femme de ma vie.
Il n'y avait pas que moi pour qui le bonheur avait frappé.
Claudio Caniggia avait entamé une relation avec Elena.
Image
Où s'était-il rencontré? Je n'en savais rien...Les journaux de presse à scandales en avait fait un encardé en première page d'un magazine.
Ludo avait entrepris une séduction avec Maria.
Image
La chargée de communication du club avait rencontré mon pote, représentant des supporters, pour une réunion de travail, qui a apparemment déviée.
Enfin, mon capitaine Damiano Tommasi m'annonçait que sa famille allait s'agrandir.
Image
Sa femme attendait un heureux évènement courant septembre...


Tout allait s'éclaircir en mai. Le championnat allait rendre son verdict. J'espèrais également que Falconetto pourrait m'apporter des informations plus concrètes sur ce qui se passe dans le dos du club et surtout je voulais savoir si Monica et moi étions sur la même longueur d'onde avec une demande en mariage programmée.


Avatar du membre
dgmen01
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 141
Enregistré le : mer. 16 juil. 2008 18:56
Localisation : Bourg 01000

Message par dgmen01 » ven. 01 mai 2009 11:39

Toujours aussi bien, et j'espere que tu vas te qualifié pour l'europe.
Fume, fume , avant que la vie te fume...


Avatar du membre
Benito Hidalgo
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 27
Enregistré le : ven. 17 avr. 2009 16:03

Message par Benito Hidalgo » ven. 01 mai 2009 12:32

Super boulot, vivement la suite!
In Chamakh we trust


Avatar du membre
Medzo00
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1091
Enregistré le : lun. 29 déc. 2008 23:13
Localisation : Montpellier

Message par Medzo00 » ven. 01 mai 2009 16:46

Putain c'est dingue Cristiano m'avait prévenu mais je suis quand même sur le cul du travail abattu. On à vraiment l'impresion d'y être et les événements se succédant sont si réalistes que ca nous aide un peu aussi. Par contre va falloir que tu avoue en publique que tu utilise un professionel pour tes dialogues, avoue le ou je te coupe la main :mrgreen: .
Image


Avatar du membre
Marmotte
Modérateur
Modérateur
Messages : 11795
Enregistré le : ven. 14 nov. 2008 20:25
Club préféré : SM Caen
Localisation : Lyon/Caen
Contact :

Message par Marmotte » ven. 01 mai 2009 19:36

J'ADORE!!!

Je peux pas dire plus... :wink:
Image


Avatar du membre
elvis
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1134
Enregistré le : mer. 25 avr. 2007 17:10

Message par elvis » sam. 02 mai 2009 11:27

J'adore moi aussi !

Les autres ont déja dit les raisons :wink:


Avatar du membre
Platini42
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 319
Enregistré le : ven. 02 nov. 2007 0:00
Localisation : Paris

Message par Platini42 » mar. 05 mai 2009 22:22

Cela allait faire bientôt trois ans que j'avais quitté la France en tant que parfait inconnu. Aucun journal spécialisé ou aucune émission de football n'avait fait référence à mon parcours depuis ma nouvelle vie en Vénitie.
Et cela avait changé un certain jeudi 28 avril 2011, dans l'émission de Canal Plus Sport : Les Spécialistes Europe.
Image

Je n'avais pas été devant ma télé, pour l'émission en directe; mais le coup de téléphone de Michela, m'annonçant qu'il fallait que je rappelle une certaine Alessandra Bianchi pour un interview pour mon pays, m'obligea à regarder le différé en ce vendredi matin.

L'émission en était dans sa troisième et dernière partie, entièrement consacrée au championnat italien.

Image
Stéphane Guy - Bon alors, Daniel, la serie A, l'Inter devrait récupérer son titre cette saison?
Image
Daniel Bravo - La lutte est sévère entre les intéristes et la Fiorentina de Sébastien Frey, mais je pense que les milanais ont les ressources nécessaires pour s'imposer.
Image
Marcel Desailly - Effectivement, Mourinho a un effectif armé et plus important pour ne pas rater l'occasion cette fois-ci de s'imposer une nouvelle fois.
Image
Jacques Crevoisier - Qu'ils en profitent, apparement, le "Special One" est annoncé à Barcelone.
Image
Raynald Denoueix - Oui, oui. Guardiola est sur la sélette. Les socios sont à cran et mettent la pression à Laporta pour que ça bouge en Catalogne.
S.G. - Très bien messieurs, revenons au Calcio. Daniel, un français fait des miracles à la tête du Hellas Vérone et ça c'est la sensation et l'étonnement pour nous.
D.B. - Oui, Esteban Faure. Il a fait monter le club de Vérone, deux montées successives. Et là, il se paie le luxe de lutter pour une place européenne à cinq journées de la fin du championnat.
M.D. - Effectivement, j'ai entendu parler de cette petite équipe et je dois avouer que leur jeu est tactiquement au point pour bien figurer dans le "Calcio". Je les ai vu contre Udine sur la Rai Due, au début du mois et j'ai été surpris aussi.
S.G. - Alors, que vous inspire cet inconnu français dans le championnat transalpin?
R.D. - C'est de la chance. Il n'a aucune expérience.
Image
Jean-Charles Sabattier - Evidemment, quand on débute, on peut pas avoir dix ans d'expérience derrière soi.
J.C. - Ce que veut dire Raynald, c'est qu'il n'a aucun passé; je sais pas mais c'est surprenant.
D.B. - Tout ce que je sais, c'est qu'il fait du bon boulot. Il a su faire un bon recrutement pour lutter en serie A cette année et même si des doutes avaient germé en début de saison, ces choix lui donnent raison.
M.D. - Effectivement, quand on voit le jeune Buonanotte, on ne sait pas comment les recruteurs des grands clubs ne l'ont pas attiré de River Plate avant. Bon, je mettrai un ola sur les diffcultés qu'a l'équipe contre les gros, notamment le grand Milan de mon ami Silvio, Silvio Berlusconi.
D.B. - C'est vrai, Vérone a pris des taules contre les grosses écuries. Mais, l'objectif du maintien s'est vite résolu car la maitrise tactique de Faure face à des clubs de forces égales ou inférieures lui a permis de réussir son pari de maintenir son club.
Image
Lilian Gatounes - Pour en revenir à Buonanotte, il faut savoir que le Real avait fait une offre de 31 millions cet hiver. Ce serait l'entraineur de Vérone qui aurait mis son veto.
JC.S. - Il est fou, avec cet argent, il aurait pu s'acheter Metzelder, Kehl et Podolski.
S.G. - Jean-Charles, il n'y a pas que la Bundesliga sur la planète Foot.
M.D. - Effectivement, ce choix est discutable. Milan doit le faire plus rêver. Je ne doute pas que si il était si fort, Adriano Galliani, mon ami, n'aurait pas connu de souci pour le faire venir.
D.B. - Détrompe toi, Faure est reconnu à Vérone; c'est une idole et sa présidente, La Brambilla, lui laisse tout passer. Il a bien compris que c'était pas opportun de laisser filer la star de l'équipe. Je pense qu'il a eu raison pour ne pas déstabiliser son groupe et asseoir un peu plus sa notoriété.
JC.S. - Ah! J'ai compris, c'est promotion canapé à Vérone, l'entraineur couche avec la patronne et tout roule. Je me suis pas encore demandé qui voudrait coucher avec le Kaiser?
S.G. - Bon, Jean-Charles, tu as craqué. Faut arrêter la Guiness avec Darren Tullet.
(fou rire général)
S.G. - Bon, plus sérieusement, quel peut être l'avenir de ce frenchy en Italie? Peut-il rebondir encore plus haut? Peut être en France?
R.D. - Pour l'Espagne, c'est sur : il n'a aucune chance, même avec un club promu.
J.C. - Les anglais ne le connaissent pas et tant qu'il n'aura pas gagner des titres et enrichit son passeport footballistique notamment sur la scène européenne, je ne vois pas comment il pourrait franchir la Manche.
D.B. - Moi, je crois qu'il fait du bon boulot, que c'est un bon tacticien, avec ses méthodes. Je crois que s'il s'applique au prochain mercato, il pourrait franchir un autre palier. Je le vois rester à Vérone pour tenter de confirmer et pourquoi pas plus.
M.D. - Effectivement, il devra réussir son mercato car il n'aura plus l'effet de surprise l'an prochain. Je pense effectivement que c'est la saison prochaine que l'on pourra le juger définitivement.
R.D. - Arrêtez de vous emballer, si ça se trouve, il va partir aux oubliettes dans pas longtemps. Pour moi, il va rester à Vérone, faire une moins bonne saison comme tous ces promus qui flambent et se retrouvent à leur place la saison d'après et il se fera lourder pour manque de résultats.
JC.S. - Il devrait venir à Munich l'an prochain. Pas au Bayern mais au 1860 qui devrait être relégué de la D2 allemande.
S.G. - Vous êtes donc septiques pour ce garçon?
JC.S. - Non, moi je rigolais. Je lui souhaite bonne chance. J'aime bien ces destins un peu sorti des sentiers battus.
D.B. - Je crois qu'il peut réussir. Je crois que Raynald est un peu dur. Attendons la fin de saison. S'il accroche l'Europe sans se laisser rattraper par les affaires internes au club et qu'il gère bien l'intersaison, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas réussir.
M.D. - Oui, effectivement, d'ailleurs ce serait bien pour le Milan de prêter des jeunes à Vérone. A ce niveau, ils pourraient s'aguerrir. Oui, pourquoi pas.
R.D. - Mais faut arrêter là, vous en faites le nouveau Wenger, le nouvel Aimé Jacquet???...S'il réussit à emboiter la même trajectoire que Philippe Troussier, il aura de la chance déjà. Mais pas plus.
S.G. - Vous êtes vraiment dur Raynald.
J.C. - Raynald aime la tradition et là il la baffoue un peu ce Faure a débarquer dans le foot un peu par hasard.
R.D. - Oui faut comprendre, si Coco était mort, il se retournerait dans sa tombe.
S.G. - Messieurs, je vous interromps pour un petit message à Mr Faure, Mr Troussier et Mr Suaudeau.... Messieurs....désolé.
J.C. - Déjà s'il avait commencé en France, nous aurions pu avoir un autre avis. Là, d'après ce que nous dit Daniel, l'argent de sa patronne lui a facilité les choses pour cette saison.
JC.S. - Vous vous êtes bien acharnés. Il devrait avoir droit à un droit de réponse. On va demander ça à Alessandra (Bianchi), notre célibataire du service.
S.G. - Je comprends pas tout Jean-Charles.
JC.S. - Apparement, il plait bien puisqu'il aurait une relation avec Monica Cruz.
L.G. - Oui, Oui.
S.G. - Ah, Lilian se réveille.
L.G. - OUi pour faire enrager Raynald. Pour lui prouver qu'Esteban Faure est connu en Espagne mais dans la rubrique people pour son amourette avec la soeur de Pénélope.
JC.S. - Bon ben Alessandra, l'interview ne sera que purement professionnel.
(four rire général)
S.G. - Bon l'émission se termine, encore une fois nous n'avons pas le temps de parler du championnat d'Allemagne.
JC.S. - J'en ai marre, c'est toujours la même chose. Je sers à rien.
L.G. - Mais si, tu nous faiS rire.
S.G. - Messieurs, à la semaine prochaine pour les présents, à bientôt pour les autres; salut à tous.

Bon, ben voilà, je venais de faire mon premier pas médiatique en France. Il s'avèrait que malgré mon beau parcours je n'avais rien prouvé et que j'étais même une sorte d'erreur de la nature football pour certains.
Mon pessimisme leur donnait raison; mon optimisme me boostait à les faire taire.


La dernière ligne droite était devant nous avec ces cinq derniers matchs.
Image
La réception de la Lazio nous a transcendé. Le match fut un des plus aboutis de la saison. Les romains ont pris l'eau dans tous les compartiments du jeu.
L'évènement le plus important est l'intervention à la télévision de ma présidente, qui n'a pas pour habitude de faire des commentaires.
Image
Elle a juste déclaré que j'étais intouchable. Tactique pour me séduire? Emballage d'une femme qui découvre le monde du ballon rond? Je m'en foutais, elle m'avait fait des honneurs en public mais je n'avais pas besoin de ça tant la standing ovation pour mon équipe et moi-même fut grandiose au coup de sifflet final.
Cette journée envoyait Sienne en Serie B et il y avait toujours deux points d'avance pour l'Inter en tête du championnat.

Trop sur de nous, le Genoa nous a tendu un piège quatre jours plus tard. Incapable d'ouvrir le score en première mi-temps, nous avons subi le réalisme de nos adversaires en seconde. Malgré la réduction du score de Jefferson, rien n'y a fait.
Ce revers est atténué par les contre-performances de nos adversaires directs. L'inter conservait son avance et Cagliairi était le deuxième club à officiellement descendre à l'échelon inférieur.


La Roma a remporté la coupe d'Italie à domicile.
Image
Julio Baptista a scellé les espoirs florentins qui n'ont plus désormais que le championnat pour espérer gagner quelque chose cette année.
Image


Le 15 du mois, nous avons réalisé enfin un gros match, complet face à un poids lourd. 1-1. Le public nous a honoré autant que lors de la victoire face à la Lazio. L'annonce des matchs nuls de la Samp et d'Udinese par le speaker du stade a rajouté de la force à cette ferveur. On s'accrochait à notre graal.
Un seul homme a pété un câble dans les loges du Bentegodi : Silvio Berlusconi.
Image
Irrité par le sort qui s'acharnait contre son équipe, perdre le titre en faveur de l'ennemi juré et la peur de finir que quatrième et donc de disputer les qualifications pour la prochaine Ligue des Champions, il a eu la bassesse de s'attaquer à mon équipe et au peuple véronais :
"Va fen culo, ces cutéreux viennent nous faire chier, qu'ils restent dans leurs fermes."

Il aura tout de même repris ses esprits lors de son entrevue d'après match avec sa ministre : ma patronne.


18 mai 2011, Lansdowne Road, Dublin, temple du rugby irlandais.
Image
Finale de l'Europa League.
Image
Barcelone a remporté ce duel 100% espagnol face à Getafe.
Les buts des trois stars : Xavi, Iniesta et Messi ont peut être sauvé la tête à Guardiola.


Trois jours plus tard, Wembley accueillait la finale de la Champion's League.
Image
Le match ne fut pas d'une grande qualité mais la fin intense en suspens rattrapa la chose.
Une séance de tirs aux buts interminable a offert enfin à Wenger son premier trophée européen.
Son gardien y était pour quelque chose : Lukasz Fabianski.
Image
Le polonais arrêta le tir de Lassana Diarra pour offrir aux "anglais" : la coupe aux grandes oreilles.


La victoire à Sienne a été primordiale, même si acquise dans la douleur face à un relégué.
Le titre ne pouvait que se jouer entre la Fiorentina et l'Inter, toujours en avance de deux points.
Milan devait gagner pour garder sa troisième place.
Nous avions 61 points, Udinese 60 et la Samp 58. Nous étionss trois pour deux places puisque la Juventus était assurée de la cinquième place.
Même topo pour la descente avec un match à trois entre Pescara, l'Atalanta et Parme.

29 mai 2011, ultime journée du Calcio.
Image
C'était la "der" aussi pour Damiano Tommasi, mon capitaine et mon ami. Il raccrochait les crampons aux termes de cette partie.
Ce ne fut pas la fête pour lui; gâchée par je ne sais quelle motivation de la Juventus.
Le match fut trop stressant du fait d'un enjeu difficile à oublier.
Le résultat était anecdotique tant les fins de matchs de nos adversaires se faisaient attendre.
La Samp ne faisait qu'un nul à domicile et l'annonce du même résultat dans le Frioule souleva le stade. C'était de l'hystérie.
Nous finissions sixième du championnat, place européenne en poche, que du bonheur!
Image
L'Inter n'avait pas craqué. Elle aurait pu, vu le nul de la Fiorentina.
Les hommes de Mourinho remportait le scudetto, après deux ans de disette.
C'était la soupe à la grimâce pour Parme, qui malgré la victoire, redescendais en serie B, seulement deux saissons après son retour parmi l'élite.

Les récompenses pleuvaient. Mourinho était sacré meilleur entraineur.... Pour nous, Diego Buonanotte remportait le trophée du meilleur espoir en Italie, devançant Hamsik et succèdant à Pato.
Image


Les autres championnats ont rendu également leurs verdicts en cette fin du mois de mai.
Le Bayern Munich de Bastian Schweinsteiger conservait sont titre en Allemagne.
Image

Manchester United arrêtait le règne de Chelsea en Angleterre. Il devançait Arsenal et Liverpool.
En Espagne, le Real alignait son cinquième titre devant Barcelone et Saragosse.

En France, l'Olympique Lyonnais remportait son dixième titre de champion d'affilé et pouvait désormais coudre une étoile tricolore sur son maillot. Monaco et Marseille complètaient le podium.
Le capitaine Benzema devait être fier de ses troupes.
Image


La France nous a également apporté son lot de fantaisie en nouvelles.
Sylvain Wiltord, qui s'était accordé un an de réflexion, après sa retraite, sera le futur préparateur de l'équipe une de Geugnon!!!
Image
Pour information, les forgerons viennent de remporter la Ligue 2 en cette année 2011.


Le lundi 30 mai, les vacances étaient annoncées. La reprise était officiellement prévue pour le 11 juillet prochain.


J'avais pris contact avec Alessandra Bianchi.
Image
Nous avions convenu d'un rendez-vous le samedi 11 juin au matin, à Rome : la journaliste ne pouvant pas faire autrement.
Apparement, cet interview entrerait dans le cadre d'une restropective européenne de fin d'année que la chaine a programmée, fin juin.


Le même jour, enfin plutôt dans la soirée, je dinais dans un restaurant de Vérone en compagnie de Damiano Tommasi, Ludovico Pariso et ... Francesco Falconetto.
Après avoir passé la saison au crible avant même la fin de l'apéro, Francesco nous annonça le résultat de ses premières investigations.
Et autant dire qu'il a mis le doigt ou plutôt les mains dans du sérieux.
La mafia italienne est bien impliquée dans les remous du club. La première preuve était le financement de cette dernière en faveur des Brigate, des groupes de supporters plutôt extrêmistes. Stefano Paolucci était le contact principal. Greco et Bartoli étaient aussi dans le coup.
L'affaire venait donc de prendre une ampleur assez sévère.
Pour notre sécurité, il nous n'en pas dit vraiment plus, mais nous étions sous le choc, paradoxalement à notre excitation des récents résultats sportifs.
Affaire à suivre...


Avatar du membre
franceSCOpsg
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 10549
Enregistré le : jeu. 22 mai 2008 18:52
Club préféré : PSG/SCO
Localisation : Bruxelles

Message par franceSCOpsg » mar. 05 mai 2009 22:28

J'adore le passage avec les spécialistes , exelent... Par contre j'aurais vu Reynald D. un peu moins aggressif mais je le vois pas souvent. En tout encore un belle épisode par son originalité et te voilà en C.Uefa , bravo.


Avatar du membre
Medzo00
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1091
Enregistré le : lun. 29 déc. 2008 23:13
Localisation : Montpellier

Message par Medzo00 » mar. 05 mai 2009 22:56

Tant de choses , tant de choses dans ce magnifique épisodes et déjà une 3éme saison de close. Ce magnifique l'équipe du dimanche avec un Denoueix qui à pas l'air de t'apprécier outre mesure et un Dessailly parfaitement caricaturé (j'ai adoré mon ami Silvio, le milan devrait prêter des joueurs au Verone ... tout simplement lol), cette place accrochée pour l'europe, déjà que les 2 montées successives et le maintien assuré trés vite étaient un exploit alors accrocher l'europe dés la 1ére montée , moi je dis respect maestro, et enfin l'affaire avec Falconetto qui commence à trouver une issue.

De mieux en mieux ta story est un délice, bravo.
Image


Matthïas
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 21 févr. 2008 23:24
Localisation : Nantes

Message par Matthïas » mar. 05 mai 2009 23:32

Superbe story , tout simplement prenante et réaliste , qui donne vraiment envie d'en savoir plus à chaque fois .

Belle mise en page, de superbes idées , deux histoires parallèles qui colle parfaitement à l'ambiance du Calcio ^^' !

Tout pour plaire et pour ne demander qu'une seul chose : LA SUITE Maestro =D !
Pour [u]une Grimace[/u] on utilise [i]32 muscles[/i],
Et Pour [u]un Sourire[/u] seulement [i]7[/i],
[b]Alor pourquoi se fatiguer ![/b]

Le commun est maintenant une valeur alors que c'est désepérant , le commun !


TC19
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 49
Enregistré le : ven. 24 avr. 2009 11:00
Localisation : Ardeche/Belgrade

Message par TC19 » mer. 06 mai 2009 8:22

Bon épisode. Je vais répéter ce qui a été écrit précédemment mais l'épisode avec les Spécialistes est vraiment pas mal du tout.

Punaise, dix titres pour Lyon... Heureusement que la vérité est différente.


Répondre

Retourner vers « The Hall of Fame »