Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Cet art de vivre.

Libérez l'écrivain à crampons qui sommeille en vous.

Modérateur : Staff FM

Répondre
Toztoz
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 2
Enregistré le : sam. 22 avr. 2017 11:39

Cet art de vivre.

Message par Toztoz » ven. 05 mai 2017 17:54

"Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder." (Oscar Wilde)




Aujourd'hui est un jour particulier. En cette fin de samedi après midi, ma petite amie et moi, nous fiançons. C'est sous un soleil brillant de mille feux et un ciel bleu océan que nos invités finissent d'arriver. Ma dulcinée, elle, n'est pas encore là. Malgré ce retard de plus de trois quarts d'heure, l'ambiance générale est à la convivialité et à la rigolade. Les deux familles font connaissance en s'échangeant bon nombres de formules de courtoisie. Deux familles d'origine et de cultures bien différentes. Une famille européenne, l'autre africaine... Une portugaise, l'autre algérienne. C'est donc un véritable choc de culture et un étrange mélange de style vestimentaire auquel les badauds peuvent assister de leurs yeux curieux. De mon côté costumes trois-pièces, robes, jeans et blazer avec talons dans des nuances de blanc, noir et gris. Du côté de ma futur épouse, des tenues plus traditionnelles contrastent dans des couleurs plus festives. De longues robes dans des couleurs qui attirent l'œil, du violet, du rouge, du vert, du bleu le tout surmonté de diamants, strass et paillettes. Quelques dames sont même couvertes d'un léger voile assorti à leur robe. Quant à moi, je suis tiré à quatre épingles, tous les regards seront tournés vers moi, je me dois d'être élégant. Ce soir nous serons, ma petite amie et moi, l'attraction de la soirée. Chemise et veste slim, moulant parfaitement ma silhouette en V et ma poitrine puissante, pantalon noir assorti au haut de costard et à mon nœud papillon et chaussures à talonnette reluisante, me donne un côté athlétique et séducteur, à la Bradley Cooper, sûre de lui. Sûre de moi, comme très souvent.

Au loin j'aperçois enfin la 508 sombre censée déposer ma fiancée. Elle est suivie de sept autres voitures décorées de rubans, de nœuds, de flots. Les voitures entrent sur le parking de la salle communale dans un concert de klaxons. Derrière moi les deux familles se sont rapprochées dans un raffut impressionnant d'applaudissements, de chants et de youyou, ce fameux cris arabes aigües que les femmes émettent à la vue de la mariée.

Etant plutôt calme et serein jusqu' à maintenant, mon cœur se met soudainement à s'accélérer. L'adrénaline gagne mes organes, mon rythme cardiaque s'accélère et l'anxiété se manifeste, elle, par quelques petits tics nerveux qui se mélangent maintenant à mon impatience de la journée. L'ambivalence de cet instant me donne l'envie d'avancer mais également de m'enfuir. Cela fait maintenant quelques minutes, deux, trois, peut-être plus, ou moins je n'en sais absolument rien, que cet état psychologique perdure... Dans ma tête tout se chamboule, je prends conscience qu'après cette soirée je ne serai plus ce jeune homme célibataire... MOI ! Moi qui aime tant les femmes, la fête... C'est une voix masculine qui va me sortir de ma léthargie :

- Miguel, approche-toi de la voiture et va accueillir Onisa !

C'est mon beau-père qui me fait prendre conscience que tout le monde attend désormais sur moi. Je reprends tant bien que mal le dessus sur mon subconscient et je me dirige vers la berline noire. A travers la vitre arrière j'entrevois ma promise, elle est resplendissante, couronnée de son chignon et maquillée aux traits fins elle ressemble à ces jeunes femmes qui se présente à Miss France. Mais c'est une voix féminine cette fois qui détourne mon attention et c'est sur cette femme, bien malgré moi, que mon attention se porte soudainement.


Publicité

Répondre

Retourner vers « Vos Stories »