Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Destin bouleversé ---> SURPRISE

Retrouvez ici toutes les stories ter-mi-nées !

Modérateur :Staff FM

Répondre
Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :6053
Enregistré le :lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation :Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Message par Misaki » dim. 19 avr. 2009 18:33

L'intrigue avec Edu et sa famille semble se préciser et comme Atom, l'embrouille avec le joueur, j'aime bien.
Un bon épisode en tout cas depuis le temps que j'attendais la suite.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


Publicité

Avatar du membre
Cali
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :7192
Enregistré le :lun. 01 oct. 2007 20:32
Partie actuelle :La Mienne
Club préféré :Olympique Lyonnais
Localisation :Saint Jean de thurigneux

Message par Cali » lun. 20 avr. 2009 0:17

Un moment que je n'étais plus passé ici (pour commenter), ta petite histoire se continue tranquillement, ton scénario semble sur de bon rails, je pense que ton aventure brésillienne ne dura qu'un temps et que notre amis s'envolera vers l'europe...ou pas....


Avatar du membre
Jérémibl
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :4606
Enregistré le :mar. 13 janv. 2009 9:34
Localisation :Rennes

Message par Jérémibl » lun. 20 avr. 2009 8:50

Il a la banane ton joueur là ! Et semble bien prometteur. Edu qui veut le vendre ? Les joueurs ravis après les traductions d'Edu ? Oui, c'est certain, Edu est louche. Au lecteur d'attendre ce que tu vas lui balancer dans les dents.

J'ai été choqué par ton début. Un brin de déprim' Lylah tout ça, et tu enchaînes sur des allusions plus que suggestives lorsque débarque ta secrétaire...


Avatar du membre
batigol75
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages :449
Enregistré le :mar. 24 févr. 2009 12:48

Message par batigol75 » lun. 20 avr. 2009 8:55

Boum ?

Coup de massue ? de poing ? de fusil ?

Ou alors juste ton personnage qui se ramasse comme une merde en trébuchant sur la table. :mrgreen:

21/6/2008 : il me semblait pourtant que le championnat brésilien commençait en janvier. Intéressant... :wink:
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15433.php][img]http://img14.imageshack.us/img14/3757/bannirec.jpg[/img][/url]


Avatar du membre
Medzo00
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :1091
Enregistré le :lun. 29 déc. 2008 23:13
Localisation :Montpellier

Message par Medzo00 » mer. 29 avr. 2009 2:26

Chapitre 13 : PAYS PARADISIAQUE ? MON C*L OUI ...

Le choc brutal que j’avais ressenti à la tête m’avais fait perdre connaissance. C’est la première fois de ma vie que je tombe dans les pommes. Je me rappelle que j’avais lu quelque part que la perte de conscience résulte d'une mise au repos réflexe du cerveau, après un traumatisme minime.

J’essayais d’ouvrir les yeux mais mes paupières étaient lourdes et je n’arrivait pas à les soulever, j’arrivais quand même à apercevoir une silhouette flou qui se tenait devant moi.

Image
J'vois plus rien

Je ressentais des sortes de bouffée de chaleur et une barre implantée en plein milieu de mon crâne m’empêcher d’avoir la moindre pensée concrète, je ne savais pas ce qui venait de se passer mais je savais juste que j’avais très mal. J’essayais de bouger mes membres mais une obstruction imperceptible m’en empêchais. M’étais je cassé quelque chose ? Etais je tombé ?

Une vague d’eau froide violemment envoyé dans la gueule aura suffit à me faire reprendre mes esprits et à ouvrir les yeux encore un peu groggy. Une voix rauque et nasillarde me fit soulever la tête et j’aperçu un personnage aussi impressionnant , qu’effrayant , de gros yeux et un sourire béat qui pourrait faire penser qu’il est débile s’il n’avait pas un énorme 9mm à la main droite qu’il brandissait d’un air menaçant mais toujours le sourire collé au lèvres hurlant dans un dialecte qui m’est toujours inconnu.

Image
Espèce de taré libère moi

Une sorte de geek à lunette apparu derrière lui avec sa toufasse blonde et son air de petit enfant, il était le contraste parfait de l’autre psychopathe qui brandissait son flingue en face de moi. Il s’avança vers moi et s’adressa avec moi dans un français calamiteux mais correct, je sentais qu’il avait fait des études.

Image
Enlève moi ces nœuds espèce de ********

- Bonjour, je te conseille d’arrêter d’essayer d’enlever tes nœuds tu va te faire encore plus mal. Mon ami ici présent te fait savoir qu’il n’est pas content.

- GRUMPHH

- Ha pardon, enlevez lui le bâillon imbibé de moutarde. Donc je disais mon ami ici te fait savoir que nous avons un ami en commun qui n’est pas très content et lui non plus n’est pas joyeux pour tout dire.

- Je ne vois pas de quoi vous voulez parler mais sachez que la police aura écho de cette séquestration.

Et là comme si ce que je venais de dire était complètement incrédule il éclata d’un rire tonitruant en même temps que son compère le psychopathe et toute la bande de trou du c** qui étaient derrière eux.

- Cher Mr Ndoye la police n’en à rien de foutre de toi et si tu va leur parler tu sera mort avant même d’avoir eu le temps de passer la porte du commissariat.

- Vous me voulez quoi ? Comment vous connaissez mon nom ?

- C’est simple, demain tu iras dans ton bureau comme à l’accoutumée, tu iras voir ton président et tu l’informeras que tu souhaite mettre Marcio Richardes sur la liste des transferts, ensuite tu demandera à ta ravissante secrétaire de faxer une proposition de transfert aux clubs intéressés, tu oubliera toute trace de notre passage et ta vie reprendras son court normal.

- Et si je refuse ...

En disant cela j’avais l’impression d’avoir vexé l’homme à la toufasse qui s’empressa je suppose de traduire à l’autre taré de service qui perdait son sourire au fur et à mesure que Mr touffe lui parlait et qui baragouina quelques mots en portugais en brandissant son arme.

Image
filho de uma cadela vou matar

- Si tu fais cela tu nous fâchera terriblement, nous , Marcio et notre ami commun et nous serions obligés de te faire extrêmement mal si tu vois ce que je veux dire. Et si ça ne suffit pas nous pouvons faire mal aussi à tes proches, tes amis , ton .... amoureuse ...

En prononçant ses mots il sortit une photo de Lylah de sa poche et me la mit sous le nez avec un gros sourire. Mon sang ne fît qu’un tour mais je savais que j’étais impuissant face à ces brigands.

- C’est d’accord. Dis je résigné.

- Bieennn , tu êtes un homme raisonnable, ça te servira dans ta carrière.

Il fit signe à ses sbires qui commencèrent à me détacher.

- N’oublie pas mon ami, ne pense même pas à la police, tu signerais ton arrêt de mort, et la prochaine qu’un joueur insistera pour partir, ne le retiens pas. Tu ne contrôle rien ici, et ça tes dirigeants le savent et ils auraient d’ailleurs pût te conseiller si ils t’aimaient bien. Bref bonne nuit à toi et oublie pas , tu ne contrôle rien .

En me lâchant un petit clin d’œil ils disparurent et me laissèrent seul avec l’énorme point d’interrogation qui trottait en plein milieu de ma tête, mon cœur qui battait la chamade, et mes jambes qui s’amusaient à s’entrechoquer, vive la tremblote.

Encore sous le choc je fonçais vers la douche histoire de me rafraîchir les idées et de nettoyer mon pantalon que mes émotions avaient copieusement arrosé. Je ne peux appeler personne parce que je ne savais pas à qui j’avais affaire et surtout de quoi ils sont capables, La scène n’arrêtait pas de défiler dans ma tête et je me revoyais encore attaché sur cette foutue chaises. Comment ils sont rentrés ? Pourquoi ont ils parlé de mes dirigeants ? Merde , Edu, .....

Je sautais dans les premières fringues sur lesquelles je tombais fonçais vers ma voiture et prenais la direction de la maison d’Eduardo.

Arrivé devant la porte je me suis mis à tambouriner comme un malade dessus, au bout de quelques secondes j’ai entendu quelqu’un dévaler les escaliers.

- Qu’est ce qui t’arrive bordel, tu débarque chez moi en frappant à ma porte comme un dingue ?

Aprés avoir hurlé pendant 30 bonnes minutes j’ai finis par me calmer et lui expliquer cette histoire de fou qui venait de m’arriver quelques minutes plus tôt.

- Ha ils sont venus te voir ...

- Mais putain de merde c’est qui ils ? Tu le savais espéce d'enfoiré.

- Je n’en sais rien calme toi, je sais juste qu’ils contrôlent à peu prés toute la ville et sont pas loin de contrôler tout le pays. Ils controlent aussi le football et je pense que ceux que t'as vu ne sont que des émissaires, on ne peut rien faire contre eux et quand ils ont quelques choses en tête vaut mieux s'éxécuter selon leurs désirs sous peine de fortes réprimandes. On les appelle "les enfants de dieu".

- Et c’est qui l’ami commun ?

- Je n’en sais rien ..... Dit il en rougissant.

Une bonne heure de discussion plus tard je n’étais pas plus avancé, mais je savais qu'edu me cachais quelque chose. Je décidais donc de rentrer chez moi et d’essayer d’oublier cette histoire vu qu'il n'y avait pas grand chose à faire.

Le lendemain je me suis levé trés tôt et arrivé au bureau, la première chose que je fis c’était de mettre ce fouteur de merde de Richardes sur la liste des transferts. Et j’eus pas à attendre très longtemps puisque dans l’après midi même une offre d’1 million provenant de Vit. Guimaraes un club de Liga Sagres portugaise arrivat sur mon bureau, j’acceptais immédiatement l’offre et laissais le club s’occuper du destin de ce trouble fête.

Ca en mettait peut être un coup à ma fierté mais cette somme n’était pas négligeable et allait me permettre de rentrer pleins pieds dans le marché des transferts en me débarrassant par la même occasion d'un boulet appelons une chatte une chatte.

Après l’entraînement matinal habituel constitué majoritairement de foncier, je suis rentré chez moi histoire de profiter un peu du soleil pour piquer une tête dans ma piscine. Couché tranquillement sur mon fauteuil gonflable j’avais décidé de perdre volontairement tout souvenir de l’événement d’hier et me remis à penser à ma carrière. J’avais fort mal débuté dans ce championnat avec une vibrante défaite mais si y’a une chose dont j’étais sûr c’est que j’avais la soif de vaincre. Ce n’était que le début après tout et il fallait juste que je me batte un petit peu, mon effectif est peut être diminué moralement avec l’arrivée d’un entraîneur étranger et tout les chamboulements que ça entraîne mais j’arriverais à imposer mon putain de 4-4-2 et ça quoique qu’Edu puisse en penser.

Une semaine plus tard nous rentrions dans le mois de Juillet, les transferts s’ouvraient dans les différents championnats internationaux et moi je jouais mon 2éme match de championnat. Un match tout ce qu’il y’a de plus fade à vrai dire, j’avais conservé le fameux 3-5-2 tout pourri Eduardo et son cher père ne me laissant pas vraiment le choix et le match avait assez bien débuté pour nous . Apodi ouvrait le score pour nous à la 5éme minute sur une formidable reprise de volée après un corner renvoyé par la défense adverse. Après, plus rien à part la blessure de notre meilleur défenseur jusqu’a la 71éme minute où un joueur de Criciùma était gracieusement convié à quitter le terrain après fautes à répétitions. A cet instant du match je croyais vraiment que tout était dans la poche mais à la dernière minute de temps additionnel, qui ceci dit en passant était extrêmement longue, un attaquant adverse récupérait une mauvaise passe de Vinicius et allumait notre gardien à bout portant. Match nul.

Image
Putain de 3-5-2 à la con

A la sortie du match elle était là. Telle une princesse se pavanant devant ses sujets elle défilait devant les paparazzis brésiliens qui en avaient littéralement rien à foutre de moi et de mes joueurs, qui d’ailleurs étaient eux aussi obnubilés par cette femme, comme une sorcière elle enivrait de désir tout ce qui l’approchait à moins de 5 m. J'en oubliais même le match minable qui était censé être ma principale préoccupation.

Image
Ma qué bella

Après le départ des joueurs, elle s’approcha de moi feignant me faire la bise et me glissa doucement à l’oreille.

- Tu m’invite à dîner chez toi ?

Elle disparu dans la foule, me laissant planté là comme une marionnette qui aurait perdu son marionnettiste. Elle me donnait l’impression d’avoir conscience du désir qu’elle créait et elle en usait ... fortement ....

Troublé je sautais dans ma voiture et rentrais chez moi avec la ferme intention de me faire une grosse nuit blanche vidéo histoire de chercher quelques recrues pouvant venir renforcer mon effectif. Il fallait que j'oublie cette femme, c'est la propriété du patron et m'y aventurer serait dangereux pour moi.

En mode survêt/calcif j’allumais mon ordinateur et entamas ma recherche de petit génie pouvant accepter de venir se perdre en 2éme division brésilienne.

Image
Pépére comme dirait l'autre.

La sonnette vint troubler ma concentration. Qui c’est qui pourrait bien venir me faire chier à cette heure si ? J’espère sincèrement que ce n’est pas la mafia de Sao Paulo qui vient encore me casser les miches.

Quelle surprise en ouvrant la porte...

Image
J’accepte ton invitation à dîner ... :)
Image


Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :6053
Enregistré le :lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation :Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Message par Misaki » mer. 29 avr. 2009 8:30

Ton perso a l'air d'être dans un sacré merdier. Tout lui est imposé.
Espérons qu'il s'en sortira.
Enfin, un point positif, la jolie femme du président qui s'intéresse à lui.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


Avatar du membre
batigol75
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages :449
Enregistré le :mar. 24 févr. 2009 12:48

Message par batigol75 » mer. 29 avr. 2009 10:03

90+7 ? L'abus... Le genre de truc qui fait qu'on éclate son écran avec son clavier. Je compatis... Sinon, à part ça, j'aime bien la manière de mettre en scène le transfert. Un chieur de moins, un million d'euros en plus, voilà qui devrait te permettre de bien renforcer le groupe.
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15433.php][img]http://img14.imageshack.us/img14/3757/bannirec.jpg[/img][/url]


Avatar du membre
Medzo00
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :1091
Enregistré le :lun. 29 déc. 2008 23:13
Localisation :Montpellier

Message par Medzo00 » mer. 29 avr. 2009 13:44

Pire que de l'abus, j'avais vraiment envie de péter l'ordi moi qui croyait que ma premiére victoire m'était acquise. Et encore c'est rien ca faut croire que le championnat brésilien et coutumier des choses bizarres. Vous verrez bien.


Sinon je ne l'ai jamais dit mais un grand merci à tout ceux qui me lisent depuis le début , ca fait réellement plaisir, merci bien encore une fois.
Image


Avatar du membre
Medzo00
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :1091
Enregistré le :lun. 29 déc. 2008 23:13
Localisation :Montpellier

Message par Medzo00 » dim. 03 mai 2009 4:35

Chapitre 14 : L’ENFER SUD AMERICAIN

A peine lui avais je ouvert la porte qu’elle m’emboîta le pas et s’installa sur le canapé confortablement après avoir jeté son manteau sur le fauteuil à côté. Africain mais pas goujat je lui ai quand même proposé à boire, dans ma tête elle souhaitait juste faire connaissance.

Elle portait une jupe extrêmement moulante qui collait parfaitement ses formes appétissantes, sa jupe était assez courte pour laisser une grande place à toute imagination débordante de mâle en pleine possession de ses moyens. Son décolleté profondément plongeant me faisait penser qu’elle arborait là minimum un bonnet C voir même D.

Donc elle s’appelait Kim et était la fille d’un aristocrate indien déchu qui avait perdu toute sa fortune et elle se retrouvait ‘’ obligée ‘’ de passer de mariages en mariages avec des vieux richards , bourré de fric et souvent proches du cercueil, De Souza était son 5éme déjà. Si jeune , je me laissait imaginer qu’elle dépouillait ses pauvres sexagénaires et disparaissait ensuite dans la nature à moins que ce ne soit eux qui disparaissent.

C’est bien la seul chose que je pus savoir d’elle car à peine son 2éme verre vidé qu’elle commençait à se rapprocher de moi de manière assez suggestives. J’essayais de résister passivement lui rappelant qu’elle était la femme de mon boss et qu’une aventure avec elle serait dangereuse pour tout les deux mais la jeune femme avait l’air bien déterminée.

Elle se rapprocha de plus en plus de moi posant sa main sur mon intimité et frottant ses énormes seins contre mon visage. Presque 2 mois que je n’avais pas ressenti la chaleur d’une femme, depuis ma séparation d’avec Lylah, aucune femme ne m’avait touchée de cette manière.

De plus en plus entreprenante elle commença à baisser ma fermeture en même temps que je baissais ma garde me laissant aller à ses mains expertes qui malaxaient mon sexe de haut en bas. Je lâchais prise et elle en profita pour me débarrasser sauvagement de mon débardeur elle commença à embrasser le bout de mes tétons et plus elle pressait, plus je frissonnais. Complètement à sa merci, elle enleva le petit draps qui me servait de dernier rempart et baissa frénétiquement mon caleçon, j’étais maintenant nu et elle m’observait avec malice. Elle enleva sa robe dans un mouvement doux pouvant faire penser à un strip-tease et je découvrais avec stupeur qu’elle n’avait rien en dessous. Mon désir augmentait au fur et à mesure qu’elle descendait le long de ma poitrine jusqu’a atteindre le point de rupture .... mon sexe était devant sa bouche et moi j’étais sienne.
Nous avons passés une nuit torride et jusqu’a l’aube nous nous somme laissés aller à la tentation et à l’exploration de nos fantasmes les plus profonds.

Image
Je ne me rappelle pas avoir passé une telle nuit de toute ma vie ...

Le lendemain à mon réveil elle était déjà partit. L’odeur de son parfum enivrant mélangé à cette folle nuit flottait encore dans cette maison qui dégageait passion et bestialité. Je pris un petit déjeuner simple et c’est parti pour le travail.

Arrivé au bureau le sourire magnifique d’Adriana n’était plus là. Je ne sait diable pourquoi ma charmante secrétaire avait décidé de ne pas sourire aujourd’hui. Je l’avais bien questionné pour savoir ce qui la tracassait mais elle n’avait pas l’air d’avoir l’intention de m’en dire plus. Je n’ai donc pas plus insisté et ai réclamé mon courrier.

Rien d’important sauf 2 fax, un de mon avocat qui m’apprenait à ma plus grande joie qu’il avait gagné l’appel qu’il avait réclamé au tribunal de paris et que mon interdiction de territoire était levé, je pourrais enfin retourner à ma terre d’adoption comme il se doit. Et un autre qui m’annonçais que les caisses du club avaient enregistrés un profit d’1 millions suite au départ de Marcio Richardes pour Vit. Guimaraes. Bon débarras enfoiré de pourriture de merde, il m’a bien pourri la vie.

J’appelais donc Edu pour savoir qu’est ce qu’il était possible de faire côté transfert mais ce bougre m’annonça à mon désarroi qu’il avait déjà entamé les tractations nécessaires pour faire signer un un contrat jeune attaquant brésilien de 20 ans libre de tout contrat : Dalvan. J’avais pas mon mot à dire et le contrat était déjà signé.

Je commençais à avoir la forte impression d’être un gros pion dans un échiquier géant avec De Souza père & fils dans le rôle des joueurs, mon équipe et moi dans le rôle des pions. Je pensais vraiment en m’engageant ici que j’allais vraiment jouer le rôle d’un vrai entraîneur, mais les tactiques imposées , l’entraînement auquel j’ai pas mon mot à dire, et maintenant les transferts sans mon consentement commençaient à m’ouvrir les yeux. J’étais le fou du roi et mon rôle était de fermer ma gueule.

Kim n’avait pas donné signe de vie de la journée et je pense que c’est peut être mieux comme ça.

Le lendemain Dalvan était là pour la présentation à la presse et c’est à partir du moment où il posa ses fesses sur cette foutue chaise , qu’il ouvrit sa foutue bouche et commença à répondre à ces foutues questions que cette journée allait virer au règlement de comptes entre supporters et gros arrogant avec moi en plein milieu accusé d’avoir recruté un mauvais joueur et dieu seul sait que je ne connais même pas ce foutu Dalvan.

Image
Merci d’avoir baisser le peu de côte qu’il me restait auprès des supporters enfoiré.

3 jours avant le match il fallait qu’il dise ça. 3 jours qui se transformeront en lynchage groupé de l’entraîneur étranger et incompétent qui n’a rien foutre ici, les journaux et l’unique club de supporters que comptait le club s’y sont donnés à cœur joie et m’ont mis sur le dos tout les maux de la terre, j’en serais presque coupable de la faim dans le monde et de la guerre entre irakiens et palestiniens. Les traductions d’Adriana me blessaient au plus au point et j’avais envie de montrer à toutes ces mauvaises langues que je n’était pas ici par hasard. Mon orgueil en avait pris un coup et il fallait que je réagisse. Je ne suis pas du genre à abandonner un bateau qui coule mais plutôt à le réparer pour le faire repartir de plus belle.

Ces 3 jours sont passés péniblement, toujours sans nouvelle de ma tigresse nymphomane et malgré quelques têtes brûlées qui se sont amusés à tagger ma maison, y jeter des oeufs et inonder ma maison d’une substance dont je ne préfère pas connaître l’origine, je me suis présenté au stade Anacletto Campanella avec la hargne, la gniac, une envie de gagner incommensurable que j’espérais bien transmettre à mes joueurs.

Malgré la crise de colère extrême d’Edu j’ai imposé mon 4-4-2 offensif pour ce match à domicile face à la Juventude, une des équipes en course pour la montée. Malheureusement il faut croire que les mauvaises habitudes sont comme une queue et elles suivent son propriétaire jusqu’a la fin de ses jours. L’équipe adverse à ouvert le score vers la fin de la 1ére mi – temps et le score n’a plus bougé jusqu’a la fin du match malgré tout mes replacements techniques et tactiques à la pause. Le seul événement qui vint perturber cette 2éme mi temps c’est la rentrée en jeu de Dalvan que j’avais quand même décidé de lancer sous la bronca du peu de supporters qui n’avaient pas désertés le stade. Peine perdue mais le jeune homme ne contrôle pas mieux le ballon qu’un gardien de but et à une frappe aussi puissante qu’un escargot en état de grâce. Encore une défaite et mon équipe plongeait à la 8éme place du championnat.

Image
De pire en pire.

En 3 match j’avais fait dégringolé l’équipe de la 1ére place au ventre mou du championnat et cette situation m’exaspérais au plus haut point. En ce genres de situations n’importe qui aurait abandonné le navire mais ma fierté m’en empêchait, je voulais absolument prouver ma valeur. Abandonner signifierais que j’aurais fait tout ces efforts pour rien, j’aurais déçu ma famille pour rien et j’aurais abandonné un hypothétique brillant avenir de chef d’entreprise au bled pour rien. Hors de question que j’abandonne et dés le lendemain je suis allé voir le 2nd capitaine Glaydson qui bafouillait quelques mots d’anglais histoire qu’il essaie d’organiser une entrevue avec tout les joueurs pour savoir ce qui se passe. J’espère beaucoup de cette rencontre et je pense que Glaydson est l’homme de la situation , il à la poigne d’un meneur et il est impératif de remotiver et de rassembler les joueurs autour d’un objectif commun au plus vite.

Du côté de ma vie personnelle Kim n’avait toujours pas donné de nouvelle et ne s’était pas présentée au match précédent. Il valait mieux pour moi ne pas me poser de questions, ce n’était un coup d’une nuit ... ou pas ....

Une semaine plus tard nous allions défier Grêmio Barueri avec mon fameux 4-4-2 que j’avais maintenu espérant plus de rendement de mes joueurs. Edu en profita pour me prévenir que ce match était la dernière chance de mon 4-4-2 et que si je ramenais autre chose qu’une victoire, la formation à 5 milieux reprendrais sa place au sein du Sao Caetano. Il faut croire que les instances divines ne m’ont pas à la bonne en ce moment.

Sous une pluie torrentielle dont seul les pays sud américains connaissent le secret , l’adversaire ouvrait le score à la 8éme minute et rata un penalty quelques secondes plus tard. Sous mes yeux ébahis l’adversaire se replia dans son camp bien décidé à défendre ce score. Avaient ils visionné le match face à la Juventude peut importe mais je n’allais pas me laisser faire cette fois ci. J’ordonnais donc à mes joueurs et plus particulièrement à mes défenseurs centraux et aux latéraux de monter plus haut pour apporter le surnombre . Et ça payait, l’adversaire pliait sous le poids de la pression et 5 mn avant la mi temps l’arbitre nous accordait un penalty qu’Hernani transformait sous la pluie battante. La pause arriva à points nommé pour me permettre de donner mes consignes à mes joueurs, il fallait jouer long vu qu’avec cette flotte il était impossible de mettre le ballon à terre sans qu’il ralentisse. C’est reparti et quelques minutes après le retour sur le champ de bataille l’arbitre expulsait un joueur adverse pour une faute grossière sur Luan. C’était là notre chance de prendre le match à notre avantage mais que nenni , 50éme nos filets tremblaient encore et dans un dernier acte de désespoir je faisais monter mes 2 milieux latéraux offensifs en attaquants. Hernani nous sauvera de la défaite à la 71éme et le score en restera là. Nous rentrions donc à la maison avec ce piteux match nul qui nous propulsait à la 9éme place du championnat et remettait également ce foutu 3-5-2 à l’ordre du jour.

Image
On y arrivera donc jamais ....

A la fin du match ce n’est pas Kim mais Adriana qui est venue me voir souhaitant que je la raccompagne chez elle sous prétexte que sa voiture était tombée en panne. En bon gentleman et surtout espérant profiter de la situation je l’invitais à monter avec moi, fallait bien que je déstresse. Complètement paniquée la jeune fille n’arrêtait pas de regarder derrière nous et me demandait toutes les 2 minutes si nous étions suivis. Je commençais à me demander qu’est ce qui lui arrivait et surtout qu’est ce qui allait m’arriver au fur et à mesure qu’on rentrait dans des quartiers sombres et inquiétants. Arrivé à côté d’un terrain vague elle me demanda de m’arrêter, dubitatif je m’arrêtais quand même gardant la main sur le frein à main et le pied sur l’accélérateur, prêt à démarrer au quart de tour.

- Je voulais vous parler de quelque chose, mais c’est assez délicat.

- Tu aurais peut être pu m’en parler au bureau non ?

- Non, je vais vous faire des révélations qui peuvent me coûter beaucoup mais je ne peux plus garder ça pour moi...


- Ben je t’écoute Adriana.

- Vous vous rappelez sûrement des enfants de dieu qui vous avez rendu une petite visite loin d’être de courtoisie il y’a quelques jours ?

- Bordel de merde comment t’es au courant de cette histoire toi ?

- (Elle hausse le ton) Ecoutez moi s’il vous plait. Ces hommes là travaillent en fait avec Edu, son père n’était pas au courant mais Edu est à la tête dun pactole faramineux qu’il à gagné avec l’aide des paris, l’extorsion, la corruption et les magouilles dans le milieu du football.

- Putain mais c’est quoi cette merde ?

- Ecoutez, (elle panique et regarde autour) ces gens là sont surpuissant, ils contrôlent presque toute la ville et ont beaucoup de politiciens à leurs pieds. Ceux que vous avez vu n’étaient que des soldats. Le père d’Edu comme je vous disais n'était pas au courant mais il y’a quelques années il à découvert le pot au rose mais il était pas le seul , des agents secrets commençaient à s’intéresser au club et à son fils donc il l’a envoyé en France passer son diplôme d’entraîneur histoire de se faire oublier un peu.

- Mais .... mais ..... mais .....

- Il est revenu et à recommencé de plus belle , c’est devenu encore pire le club est devenu une façade et participe même à tout ses paris se laissant perdre des matchs ou autres.

- Qu’est ce que je viens foutre dans cette connerie moi.

- Vous vous ne parlez pas portugais donc vous êtes un entraîneur qui accepte de coacher ou du moins qui croit coacher et qui ne fais pas chier son monde. Voilà pourquoi aucun entraîneur n’a jamais fait plus de 6 mois dans ce club. Je risque gros en vous racontant tout ça mais je ne pouvais plus garder tout ça pour moi. Je vais juste vous demander de ne pas en parler à Edu je vous en supplie parce que ....

- Un peu que je vais lui en parler , il va m’entendre cet enfoiré ....

- S’il vous plait ne faites pas ça , je n’aurais jamais dû vous raconter toute cette histoire (elle baisse la tête).

- Descends de ma putain de voiture.

- S’il vous plait non (en larmes) ....

- DESCENDS

Fou de rage je fonçais maintenant pieds au plancher en direction de la maison d' Edu, vu que son portable ne répondait pas j’allais encore une fois de plus tambouriner chez lui comme un cinglé . Cette fois ci personne n’est venu ouvrir même si je me suis acharné sur la porte une bonne vingtaine de minutes. Et là un flash, et si cette meuf me racontait des conneries ? Je connaissais quand même Edu depuis un moment ou du moins depuis plus longtemps que je ne la connaissais, il avait rien d’un mafieux, bien au contraire je me rappelle que lors de notre rencontre j’ai faillit lui éclater les dents.

Il fallait que je rentre chez moi que je me pose et que je réfléchisse. Décidément cette aventure brésilienne ne m’aura apporté que des merdes et rien ne s’arrange depuis mon arrivée ici, surtout que mon épopée d’entraîneur n’est pas un brillant succès.

Arrivé devant chez moi je me rendis compte que j’avais de la visite , j’hésitais à descendre de la mini craignant que ce soit encore les gangsters du dimanche qui viennent encore me casser les burnes. Mais j’aperçus une silhouette féminine ce qui me mis en confiance et je m’avançais maintenant vers cette ombre qui se dissipa en même temps que la lumière s’allumait . C’était Kim , loin du sourire séducteur de la première fois elle arborait cette fois ci un regard dédaigneux et hautain assise sur sa voiture.

- Justement c’est toi que j’attendais beau gosse.

Image
Ca sent la couille cette histoire.
Image


Avatar du membre
Cali
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :7192
Enregistré le :lun. 01 oct. 2007 20:32
Partie actuelle :La Mienne
Club préféré :Olympique Lyonnais
Localisation :Saint Jean de thurigneux

Message par Cali » dim. 03 mai 2009 17:55

Waouhhh le forum toi être mort aujourd"hui, car aucune réaction depuis que tu as posté cet épisode.

D'ailleurs il faudrait voir a te coucher plus tôt ou te lever plus tard un dimanche, mais passons...J'ai bien l'impression que ton bail au Brésil va être vite résilié, entre baisage de la femme du boss, et futur cassage de gueule du fiston tu va retourner en zonzon ????

Sinon attention petit coquinou, il y a un passage un peu olé olé pour certaines âmes sensibles dont je ne fait bien sur pas partie.

Gob Job, and next épisode please !!!!


Avatar du membre
Medzo00
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages :1091
Enregistré le :lun. 29 déc. 2008 23:13
Localisation :Montpellier

Message par Medzo00 » dim. 03 mai 2009 18:16

Les lecteurs font la gréve des commentaires, plus personne commente. On va dire que c'est les révisions :wahoo: .

Sinon le passage olé olé c'était un peu fait exprés sans en faire trop non plus mais je pense que si un des justiciers en robe noire du forum trouvent ce passage un peu trop "hot", ils m'enverront un MP pour que je corrige celà.

Ben le dodo c'est pas vraiment de ma faute j'ai écris beaucoup de conneries entre minuit et 3heures du mat' donc j'ai du beaucoups beaucoups beaucoups supprimé aprés relecture. Ce qui fait qu'on se couche à 6H du mat et non 3H comme prévu et que le lendemain on rate télefoot :mrgreen:

Merci pour ton com Cali
Image


Avatar du membre
batigol75
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages :449
Enregistré le :mar. 24 févr. 2009 12:48

Message par batigol75 » dim. 03 mai 2009 18:48

Voilà un épisode qui se lit en 2 temps. D'abord la première partie puis une pause de 5mn sous la couette ou aux toilettes et enfin le reste.

Comment se sortir de ce nid de guêpes ? Telle est la question...
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15433.php][img]http://img14.imageshack.us/img14/3757/bannirec.jpg[/img][/url]


Répondre

Retourner vers « Stories Terminées »