Rejoignez la communaut FM sur Facebook

[FM18 - Cagliari] Sauver le navire Sarde.

D'un point de vue aussi bien taquetique que tèquenique, les récits de partie sans chichi, c'est ici !

Modérateur : Staff FM

Avatar du membre
Family54
Réputation Continentale
Réputation Continentale
Messages : 582
Enregistré le : jeu. 02 juil. 2015 18:23
Partie actuelle : Nancy
Club préféré : Nancy
Version : FM 2017

Re: [FM18 - Cagliari] Sauver le navire Sarde.

Message par Family54 » ven. 10 août 2018 14:57

Jusqu'ici, j'adore ! Ce récit à cheval entre le RdP et la story le plait beaucoup, c'est fort bien narré. Et pour le moment les résultats sont là.

Si les joueurs adhèrent rapidement tu vas pouvoir poser ta patte tactique sur cette équipe et ça va devenir franchement intéressant, parce que comme tu le dis l'approche actuelle risque de ne pas être efficace indéfiniment (baisse de régime, blessures...). En tout cas te voilà bien engagé(e !). :)
Image


Publicité

Avatar du membre
BigDosUno
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 35
Enregistré le : ven. 03 août 2018 10:59

Re: [FM18 - Sans emploi] Marquer l'histoire. Introduction.

Message par BigDosUno » mar. 14 août 2018 15:40

Le 23 décembre 2017.

Il était assez tard quand l'avion en provenance de Marseille arriva à l'aéroport de Cagliari. La jeune femme était particulièrement impatiente de revoir la petite Marie qu'elle allait revoir pour la première fois depuis sa prise de fonction dans le club sarde. Yekaterina faisait les cents pas dans la salle d'attente quand le vol fut annoncé. Malgré l'excitation, elle se dirigea avec calme vers l'accueil des voyageur pour attendre sa fille qui était accompagnée de l'oncle Alex.

- Marie: Mamaaaaaaaaaaaaaaaan !

- Yekaterina: Ma puce ! Ça me fait tellement plaisir de te voir.

La gamine couru se jeter dans les bras de sa mère qui la couvrit de baiser en retour. Resté un peu en retrait, Alex les regarda avec un petit sourire malicieux et le regard embué par l'émotion. La joie des retrouvailles étaient puissantes au point que l'enfant ne voulait plus lâcher sa mère.

- Alex: Salut Sœurette ! Ça va bien ?

- Yekaterina: Bien et toi ?

- Alex: Tranquille !

Il jeta un œil par les fenêtre et fit la moue.

- Alex: J'pensais pas que l'on s'cognerait la pluie ici. Pffffffffffffff ! ! !

Kat' et ses invités récupérèrent les bagages avant de se diriger vers le parking afin de rejoindre son véhicule de fonction. Une fois tout rangé, l'enfant prit place à l'arrière tandis qu'Alex s'asseyait côté passager. Yekaterina prit le volant de la Fiat Argo, le SUV de la marque. A son arrivée, la jeune femme avait logée dans le plus luxueux hôtel de la ville, mais elle avait très vite quitté cet endroit froid et impersonnel pour une petite maison dans la campagne sarde pas très loin de la mer. Le SUV était particulièrement pratique quand on voyait certaines routes pour se rendre à son domicile. D'ailleurs, la petite Marie fut stupéfaite par la maison et surtout le grand jardin malgré l'obscurité ambiante.

- Yekaterina: Allez ma puce ! On se dépêche de rentrer.

La pluie et le vent avaient le don de vite vous frigorifier, mais l'intérieur de la maison était agréable. La gamine ne put se retenir de sautiller de joie quand elle entra dans la salon.

- Marie: Waouw ! Un sapin de noël ! Il est trop beau.

La douce lumière que diffusaient les guirlandes électrique donnait une ambiance feutrée et festive à la pièce. Même Alex alla de sa petite remarque.

- Alex: Sympa la déco !

Kat' montra les chambres à Alex puis à Marie avant de leur proposer un petit truc à manger. Comme il était tard, les retrouvailles furent un peu écourtées. De toute façon, ils auraient toute le journée du lendemain pour se parler pendant les préparatifs du repas de noël.
_________________________
Le 24 décembre 2017.

La petite Marie fut la première à se lever et dès huit heure, elle déboula dans la chambre de sa mère pour sauter sur le lit afin de la réveiller. Mère et fille prirent ensemble un petit-déjeuner à l'anglaise, laissant Alex se reposer. Puis, ensemble, elle commencèrent à préparer plein de choses pour le grand repas du soir. Quand Alex se leva, il prit son café en compagnie de sa sœur et de sa nièce avec le journal sous le nez. Bien que ne comprenant pas l'italien, il pouvait constater que Kat' faisait la une du journal avec en gros titre la victoire de Cagliari à domicile.

- Alex: Tu commences fort Kat'. Si ça continue, ils vont finir par t'adopter.

- Marie: Normal ! Ma maman, c'est la meilleure.

La gamine se plaça devant son oncle les poings sur les hanches en disant cela. Il posa sa grosse main sur la tête de la petite Marie et l'ébouriffa en ajoutant un petit sourire aux lèvres.

- Alex: Ouais, ça a toujours été la meilleure.

Il fixa Kat' quelques instants avant de rajouter.

- Alex: Ça reste quand même impressionnant.

La jeune femme se contenta de continuer ce qu'elle faisait en haussant simplement les épaules. Le reste de la journée s'écoula doucement dans un esprit de fête. Le soir venu, Ils dînèrent en famille devant un repas traditionnel provençal. Puis, il était temps d'aller se coucher.

- Marie: Maman, je veux dormir avec toi. S'il te plait ! S'il te plaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit !

Avec un grand sourire, Kat' répondit par l'affirmative à sa fille. Elle dû expliquer à son frère où se trouvaient les cadeaux afin qu'ils soient placés au pied du sapin pour que la petite Marie les trouve demain matin au réveil. Tout le monde alla se coucher tranquillement. Yekaterina dû se fendre d'une longue histoire pour endormir la petite fille trop excitée pour trouver le sommeil et le répit fut de courte durée, car la gamine se leva aux aurores et réveilla tout le monde quand elle constata que les cadeaux étaient arrivés.
_________________________
Le 28 décembre 2017.

Il était déjà temps pour Alex et Marie de retourner à Marseille. La gamine resta collée à sa mère le plus longtemps possible, ne voulant pas partir. Ce fut particulièrement déchirant, mais Kat' fit une promesse à l'enfant.

- Yekaterina: Tu vas bientôt pouvoir revenir habiter ici avec moi. Je te le promets.

- Marie: Promis ?

- Yekaterina: Promis ma puce.

La jeune femme gratifia sa petite fille d'un tendre baiser sur le front. A contre cœur, la gamine suivit son oncle dans l'avion en retenant ses larmes pour éviter de rendre sa mère plus triste encore. Sa mère lui avait fait un promesse et elle les tenait toujours. TOUJOURS.
_________________________
Le 22 février 2018.

Yekaterina se rendit à l'aéroport de Cagliari afin d'accueillir la petit Marie qui revenait la voir, mais de manière définitive. Elle avait trouvé une école et même une gouvernante pour l'aider à s'occuper de la fillette. La gamine déboula comme à son habitude pour sauter dans les bras de sa mère. Derrière elle, suivait un vieux bonhomme un peu essoufflé, mais ravi d'assister aux retrouvailles.

- Papy César: Bonjour Kat' ! Ça va bien ?

- Yekaterina: Très bien papa !

César et Kat' se firent une longue accolade. Malgré l'intensité de l'émotion, le vieux bonhomme remarqua le regard des gens. Tous fixait avec un certain respect Yekaterina. Quand ils se mirent en route vers la voiture avec les bagages, ils furent interpellés plus d'une fois par différentes personnes souhaitant prendre des photos avec Kat' ou bien avoir des autographes.

- Papy César: Eh béh ! On peut pas dire que tu ne sois pas appréciée ici. Faut dire que tu fais du bon boulot.

La jeune femme se contenta de faire un petit sourire à son père.
_________________________
Le 25 février 2018.

L'équipe de Cagliari avait un déplacement à Gênes pour affronter le Genoa qui lui était particulièrement en difficulté. Après avoir marchandé un peu avec le club, Yekatérina avait obtenu le droit de faire venir son père et sa fille avec elle. Ils assisteraient à la rencontre dans les loges VIP du stade réservées pour les invités de Cagliari. Après une longue bataille de plus d'une heure et demie, les deux clubs se quittèrent sur un score de parité malgré une domination par Cagliari. Encore une fois, c'était la défense qui avait joué un sale tour aux sardes et cela malgré leur esprit de guerriers allant toujours de l'avant. 2-2 score final plutôt chanceux pour les génois, mais ce n'était pas pour cela que kat' avait fait des pieds et des mains pour que sa petite famille la suive. Non, elle voulait vivre avec son père et sa fille l'autre grand match de la saison pour tout supporteurs de l'OM. Elle voulait vivre cela en famille, avec des gens qui vibraient comme elle pour ce club. Alors, ils se retrouvèrent à l'hôtel pour regarder le match du club phocéen en déplacement dans la capitale. Une fois le plateau repas apporté, tout ce petite monde s'installa tranquillement dans le canapé afin d'assister au coup d'envoie.
Image
Malgré la tension, le match se conclue par une magnifique victoire et la petite famille était aux anges.

- Papy César: Ça fait plaisir de les battre. En plus aller et retour.

- Yekaterina: Oui, ces résultats sont importants pour le projet du club, pour la qualification à la Champions League.

- Papy César: Aussi ... Mais c'est surtout de montrer aux Qataris que l'argent ne fait pas tout.

Le vieux bonhomme éclata de rire, comme si cette victoire était une redit de l'histoire de Robin des Bois version football. Kat' secoua la tête avec un léger sourire. La petite Marie sautait sur le lit toute à sa joie. Un petit moment agréable dans la vie d'une famille de supporteur.
Modifié en dernier par BigDosUno le ven. 17 août 2018 22:53, modifié 4 fois.


Avatar du membre
BigDosUno
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 35
Enregistré le : ven. 03 août 2018 10:59

Re: [FM18 - Cagliari] Sauver le navire Sarde.

Message par BigDosUno » mar. 14 août 2018 15:47

Bonjour !
Family54 a écrit :
ven. 10 août 2018 14:57
Si les joueurs adhèrent rapidement tu vas pouvoir poser ta patte tactique sur cette équipe et ça va devenir franchement intéressant, parce que comme tu le dis l'approche actuelle risque de ne pas être efficace indéfiniment (baisse de régime, blessures...). En tout cas te voilà bien engagé(e !). :)
Je ne pense pas changer de style tactique avant la fin de la saison. Peut-être m'adapter par rapport à l'adversaire, mais je travaille deux autres tactiques aux entraînement pour la saison prochaine. Les clubs italiens ont des réservoirs de joueurs ... Tu n'imagines même pas, donc les blessures et les joueurs fatigués ne sont pas ce qui me préoccupent pour l'instant. Cette tactique là fonctionne bien, mais la défense est totalement aux fraises ... :75:

Bonne journée.


Avatar du membre
BigDosUno
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 35
Enregistré le : ven. 03 août 2018 10:59

Re: [FM18 - Sans emploi] Marquer l'histoire. Introduction.

Message par BigDosUno » ven. 17 août 2018 14:25

Image

Le 3 mars 2018.

C'était effervescence dans la ville. La Sardaigne allait accueillir la "Vieille Dame" pour un match que tout le monde attendait avec une impatience non feinte. La Juve et sa myriade de stars venaient pour faire l spectacle face à une équipe sarde revigorée depuis l'arrivé à la barre du navire du coach Hernandez. Une opposition de style, de mentalité et de culture entre la Juve représentant la riche et industrielle Italie du nord contre la petit club de campagne représentant de l'Italie du sud marquée par le chômage et la Cosa Nostra, l'Italie des gens simples contre l'Italie des nantis. L'espoir fou de voir Cagliari tenir tête au rouleau compresseur turinois alimentait les conversations sur le port, sur les marchés, aux terrasses des cafés, à table en famille, entre amis, partout.

Le coup d'envoi fut donné avec un peu de retard à 20h50. L'arbitre, Mr Banti était réputé pour être une personne particulièrement strict, mais aussi aimant le beau jeu. Dans la fraîcheur printanière, les sardes commencèrent le match sur les chapeaux de roues. Sur la mise en jeu, Pavoletti remet le ballon à Rony Lopes qui part dans une série de dribbles dans le camp adverse. Personne ne semblait pouvoir l'empêcher d'avancer. En arrivant aux trente mètres, il décocha une puissante frappe qui cueillit à froid le grand Buffon. A peine une minutes de jeu et Cagliari menait déjà 1-0 pour le plus grand plaisir de ses tifosi. En hardi par cette folle cavalcade, les sardes continuèrent à mettre la pression aux turinois qui avaient du mal à se dépêtrer de la tenaille des insulaires. Cependant, Matuidi parvint à intercepter une balle au milieu de terrain et lancer Douglas Costa qui réalisa un changement d'aile audacieux pour Mandzukic qui pouvait prendre le temps de centrer parfaitement dans la course d'Higuain qui ne loupa pas l'occasion de fusiller Cragno qui ne put que légèrement dévier la frappe de l'argentin. La remise en jeu fut rapide, car les sardes ne voulaient pas rester sur cette mauvaise impression, mais leur relance fut coupée nette quand le turinois Di Sciglio faucha Diego Farias qui avait réussit à faire la différence. Sans hésitation, l'homme en noir siffla faute et sorti le jaune. Le reste de la mi temps fut un combat de tous les instants avec une légère domination de Cagliari. Malgré des spectateurs poussant les locaux, ils avaient du mal à percer la défense de la Vieille Dame. Il fallut attendre les dernière secondes des arrêts de jeu pour voir un corner sarde donner quelque chose. Rony Lopes le joua fort mal et il fut dégagé par Marchisio. La balla arriva dans les pieds du défenseur central sarde, Romagna (un ancien de la Juve) qui frappa sans se poser de question. Pour la deuxième fois de la soirée, Buffon alla chercher le ballon au fond de ses filets. Mr Banti siffla la fin de la première mi temps sur ce but fantastique et sans prix.

Pendant la pause, Kat' prit soin de s'abstenir haranguer les joueurs qui étaient particulièrement concentrés sur leur match. Pas besoin de parler quand la flamme de la victoire brûle au fond des yeux. Quinze minutes plus tard, il était temps de retourner sur la pelouse pour continuer les débats avec les joueurs adverses. Dès le coup de sifflet d'engagement, les sardes se ruèrent à l'assaut de la Vieille Dame. De nouveau, les turinois furent étouffés par un pressing haut. Le jeu se fit un peu plus dur de part et d'autre et le tournant du match arriva à la 69e minute avec le deuxième carton jaune de Di Sciglio pour un énième geste d'anti-jeu sur son vis-à-vis Diego Farias. Réduit à dix, les turinois avaient pour objectifs de défendre au maximum et tentaient de prendre les espaces quand une contre attaque était possible. Cependant, les joueurs de Cagliari ne laissèrent aucune chance à leur adversaire du jour. Ce fut même Dessena qui réussit à alourdir la marque avec une frappe limpide sur une remise en retrait de Rony Lopes. Puis, dans les arrêts de jeu, Rony Lopes marqua un doublé sur une magnifique reprise de volé au point de penalty sur un centre parfait de Diego Farias.
Image
A la conférence de presse d'après match, Yekaterina fut assaillie de question par les journalistes locaux, mais aussi par les journaliste nationaux qui commençaient doucement à s'intéresser au phénomène sarde. La question le plus récurrente fut probablement celle de savoir jusqu'à quand "l'effet Hernandez" allait durer. Cette victoire sur la Juve représentait quand même le 11e match sans défaite des sardes. Ce qui représentait un exploit pour de nombreux observateurs du Calcio. Cagliari était en train de renverser la vapeur en cette deuxième partie de saison en s'accrochant au ventre mou du classement.
_________________________
Le 11 mars 2018.

Une semaine après la magnifique victoire sur le leader turinois, Cagliari se déplaçait chez l'actuel nouveau leader du Calcio, la Lazio de Rome. Un match compliqué, mais que les sardes étaient bien décidés à jouer comme ils en avaient l'habitude.
Image
La défaite fut lourde et difficile à accepter pour l'équipe, mais Yekaterina encouragea ces derniers à ne pas se relâcher, à conserver leur esprit combatif pour les matchs à venir. Il était temps d'affronter la presse pour le coach Hernandez et à n'en pas douter, certains journalistes allaient s'en donner à cœur joie pour démolir la jeune femme.

- Journaliste romain: Vous voici confrontée à votre première défaite et ce n'est pas une petite défaite. Comment pensez-vous que cela va affecter votre équipe ?

- Yekaterina: Cela n'affectera pas l'équipe. Nous allons étudier attentivement les raisons de cette défaite afin qu'elle nous soit utile pour corriger nos défauts. Nous reviendrons plus fort.

- Journaliste romain: Comme c'est optimiste. Ne serait-ce pas plutôt enfin un retour à la normal ? Cagliari est en surrégime depuis votre prise de fonction et l'équipe commence à montrer ses limites ...

- Yekaterina: Foutaise. Il arrive à toutes les équipes de perdre. La preuve, la semaine dernière nous avons battu la grande Juve. Cela reste une défaite. A moi et au staff d'analyser cela pour mieux nous préparer la prochaine fois. Et puis, je préfère perdre une fois 3-0 plutôt que trois fois 1-0.

- Un journaliste: Alors que le pressing, le combat physique sont deux de vos attouts, sur ce match il nous a semblé que vous avez beaucoup souffert face aux joueurs de la Lazio. Qu'en pensez-vous ?

- Yekaterina: Que nous n'avons pas le monopole de ce style de jeu et qu'en plus de cela, la Lazio possède un sacré joueur en la personne de Milinkovic-Savic

- Un journaliste sarde: Effectivement. Ce joueur fut monstrueux ... Mais, pensez-vous sincèrement que ce coup d'arrêt ne va pas nuire au moral de l'équipe ?

- Yekaterina: Sincèrement ? Je vais vous dire. Cagliari est une équipe. J'ai bien dit une équipe. Ce n'est pas une amoncellement d'individualité qui joue difficilement ensemble. Non, c'est une équipe. Et c'est en équipe qu'ils vous répondront la semaine prochaine.

Ce fut sur ce message que la jeune femme quitta la salle de conférence de presse afin de rejoindre les joueurs.


Répondre

Retourner vers « Récits de Partie »