Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Jeux, Tue, Ils

C'est ici que se trouvent les plus belles histoires du forum

Modérateur : Staff FM

Avatar du membre
ManuMick
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 146
Enregistré le : jeu. 14 janv. 2010 16:41
Partie actuelle : Saint Etienne
Club préféré : Saint Etienne
Localisation : Lyon

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par ManuMick » ven. 15 janv. 2010 11:02

Trop fort !!!
Je viens de tout lire d'un coup, j'ai pas pu m'arreter... C'est malin, maintenant, j'attends la suite !
En tous cas, bravo en attendant le nouveau chapitre ;-)


Publicité

Avatar du membre
Cantona
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1443
Enregistré le : ven. 15 mai 2009 16:25
Localisation : Toulouse

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Cantona » sam. 16 janv. 2010 20:49

XIX.

La mort de Aguirre n'avait pas fait trop de bruit à Santa Marta. Au moins il y avait une justice après la mort.
Pour le moment, le tourbillon dans lequel était embarqué Antoni avait causé des dommages collatéraux. Catalina et Wilmer y avaient perdu la vie, sans trop rien demander. Ce vieux stade Eduardo Santos abritait bien des mystères.

Aujourd'hui, il était en ébullition. Magdalena recevait Bucaramanga, pour ce que les médias définissaient comme une revanche. Sur le plan sportif en tout cas, pour les visiteurs. Walter, lui, prenait le match comme un autre, laissant Antero sur banc pour joueur avec deux milieux axiaux à vocation défensive. Par deux fois, les joueurs adverses vinrent inquiéter Saaverda, qui effectua deux claquettes pleines d'autorité. De l'autre côté, à part une frappe de loin tentée par Fonseca, c'était le calme plat.

Sur le terrain en tout cas, car en tribune c'était l'occasion pour Antoni de retrouver son homologue. Celui ci semblait gêné, et osa à peine serrer la main au président de l'U.D.

« Bravo pour votre qualification. »
« Ah, merci. Enfin, il nous reste la finale à jouer. »
« Ça devrait être une formalité pour votre équipe de monter. »
« Vous savez sur un match, tout peut arriver. »
« Je voulais dire une formalité administrative. Mais vous avez raison, on oublie tellement vite que le football est un sport. »
« Qu'est ce que vous voulez dire par là? »
« Oh mais rien. J'abondais dans votre sens. Sur le terrain tout est possible. »

L'homme commençait à gesticuler sur son siège et faisait désormais face à Antoni, occultant totalement le match qui se déroulait sous leurs yeux.
« Nous n'avons rien à voir avec cette histoire de règlement! »
« Je ne me souviens pas avoir dit quelque chose de tel monsieur Bolivàr. »
« Vous l'avez insinué. »

Le président de Bucaramanga était désormais écarlate, et s'accordait parfaitement avec le rouge du fauteuil V.I.P. dans lequel il avait de plus en plus de mal à tenir en place.
« Vous interprétez mes paroles. Pourtant avec la presse vous devez connaître ça, vous n'êtes pas nouveau dans le métier. »Cette fois s'en était trop. Il se leva de son siège, et dût contenir sa fureur pour ne pas réduire en bouillie le toast qu'il avait en main.
« Tu vas pas en plus commencer à m'apprendre mon métier, petit con! T'es personne dans ce milieu! Je te fais couler quand je veux! »
« Bien voilà, vous y venez. »
« Va te faire! »

Le souffle court, il fit volte-face, et marcha d'un pas décidé vers la porte de la loge prenant bien soin au passage de se réapprovisionner en petits fours. Antoni adressa un large sourire à Martin qui observait la scène quelques sièges plus loin, puis se tourna à nouveau vers le terrain.
Mis à part cet incident, rien d'autre ne se passa. Les deux équipes ne purent inscrire le moindre but. Ce match n'avait finalement pas tenu ces promesses, mais Walter semblait s'en satisfaire.
Le match suivant fut encore plus décevant. Bien que l'équipe fut en déplacement, elle s'inclina face à Soacha, pourtant loin d'être favori. Et cette fois le physique n'était pas en cause. Les joueurs avaient tout simplement pris le match à l'envers, et le score de 1-0 ne reflétait pas le non-match de l'U.D.

L'équipe avait du mal à atteindre son rythme de croisière, et la victoire la semaine suivante ne permit pas de rassurer Antoni. Il s'installa à son bureau afin de pendre un peu de temps pour faire le point sur la situation. Mais sa secrétaire en avait décidé autrement.

« Monsieur Recca, un inspecteur de police souhaiterait vous voir. »
« Faites le entrer, s'il vous plaît. »


En plus de Limon et de la fédération, voilà que la police venait mettre son nez dans les affaires du club. Et lorsqu'ils arrivaient, rien de très bon n'était à prévoir. Pourtant, Antoni ne reconnut pas l'homme qui fit son entrée.
Son costume bleu nuit était parfaitement taillé, même si la veste semblait un peu longue. Dessous une chemise blanche accompagnée d'une cravate rouge assez large, seule fantaisie dans la panoplie de l'inspecteur. Pour compléter le tout des chaussures noires récemment cirées, et des lunettes aux verres arrondies équipés d'une monture gris métal.
Un homme droit mais à l'écoute. Un homme qui avait des principes mais capable de s'adapter à la situation. Voilà ce qu'Antoni imaginait de la personne en face de lui.
Physiquement, il était élancé, le genre de personne qui s'entretenait en salle de sport, ou par un footing au moins bi-hebdomadaire. Les cheveux ondulés ramenés en arrière, et la peau mate, un bronzage naturel. Ce gars était propre sur lui, trop propre pour appartenir à la police locale. Trop droit, trop ordonné. Il restait sagement devant la porte, attendant une invitation d'Antoni.

« Enchanté, monsieur? »
« Alladaye, inspecteur de la police de la province de Magdalena. »
« J'aurais juré que vous n'étiez pas d'ici. Bon, j'imagine que vous venez à propos de Aguirre? »
« Non, l'affaire a été classée très rapidement. Les deux balles reçues dans la nuque ont vite orienté les recherches vers la mafia locale. De quoi vous innocenter. »

L'inspecteur semblait attendre une réponse d'Antoni. Il reprit finalement la parole.
« Du moins je le crois, malgré le fait que j'ai eu assez de mal à trouver quelque chose sur votre passé. Vous n'avez pas été lié à la mafia monsieur Recca? »
« Qu'est ce qui vous amène ici alors, monsieur Alladaye? »
« J'allais y venir. J'ai été chargé de l'enquête sur le meurtre des gérantes du salon de massage de la rue Juarèz. J'ai eu la chance de pouvoir récupérer leur carnet de rendez-vous. Vous voyez de quel salon, je parle? »
« Évidemment. Mon amie s'y est rendue quelque fois. »
« Elle avait d'ailleurs programmé un rendez-vous, ce jour là. Mais rien d'autre n'a été noté. Savez-vous si elle s'y est présentée? »
« Pourquoi ne me diriez-vous pas d'abord ce que vous avez derrière la tête? »

L'inspecteur désigna d'une main le bureau d'Antoni.
« Je n'ai pas vraiment le temps aujourd'hui, mais pourquoi ne viendriez vous pas courir avec moi un de ces jours? Vous m'avez l'air de tenir la forme. »
Tout en prononçant ces paroles, il se baissa et fit signe à Antoni de regarder sous son bureau. Un micro avait été installé. Comment avait-il pu le manquer? Lui qui avait fait partie de l'un des meilleurs commandos du pays s'était laissé avoir.
« Avec plaisir, ça me permettra de me changer les idées. Disons dimanche prochain. »

Antoni avait un terrain et des athlètes à portée de main, mais depuis son arrivée à la tête du club, il n'avait pas pris le temps de s'entretenir physiquement. L'inspecteur lui en offrait la possibilité. C'était aussi l'occasion d'en savoir plus sur la mort de Catalina et ce nouveau personnage qui faisait son apparition dans le paysage de Santa Marta.

D'ailleurs il ne lui tardait plus que ça. Il s'était résigné à laisser la partie sportive à Walter qui était en train de transformer l'équipe de la même façon que lui. Oublier le passé et ne pas être spectateur. Antoni n'avait pas participé au stage de mi-saison mais il semblait avoir éprouvé l'équipe.
Le lendemain suivant la visite de l'inspecteur, l'équipe connue sa seconde défaite face à une équipe qui ambitionnait une qualification pour les barrages, et pointait désormais à la 10ème place. Le match nul à domicile face à l'Expreso Rojo ne put d'ailleurs empêcher l'U.D de perdre encore une place au classement.

Le jour qu'il attendait tant était enfin arrivé. Comme un gamin attendant la venue du Père Noël, Antoni frétillait d'impatience. Il était déjà en tenue depuis deux heures lorsque la sonnette retentit. L'inspecteur était ponctuel.

« Nous allons partir vers les docks, j'aime bien courir là-bas. »
« Très bien, je vous suis. »


Après les formalités d'usage, les deux hommes économisèrent leur souffle, chacun essayant de tester l'autre sur sa résistance physique et mentale. L'inspecteur fut le premier à casser le silence, alors qu'ils sortaient de la zone résidentielle.

« Désolé pour l'autre jour, mais j'ai du mal à m'exprimer face un micro. »
« Je me demande comment j'ai pu passer à côté. Et surtout comment il a pu atterrir là. »
« Je n'écarterai aucune piste mais le mieux serait de le laisser à sa place, pour ne pas éveiller la curiosité de son propriétaire. »
« Vous me semblez bien perspicace pour un flic de Santa Marta. En plus en partant de chez moi, il y avait un meilleur chemin pour atteindre les quais. »

Un large sourire traversa le visage de l'inspecteur.
« Vous m'avez l'air perspicace également. En effet, j'ai demandé ma mutation récemment. Je travaillais auparavant à Bogotá. Je suis venu retrouver un vieil ami. »
« Vous m'en avez trop dit pour faire machine arrière. Poursuivez. »
« Je crois que nous avons une connaissance en commun. Monsieur Martinez. Lorsque nous avons réussi à faire tomber Escobar, nous pensions avoir mis un sacré coup au règne des cartels sur le pays. Sans chef à leur tête, nous pensions que chaque petit groupe allait se dissoudre tranquillement. Mais Escobar semble avoir laisser un héritage à un certain Limon, qui en plus s'est débrouillé pour sortir totalement vierge de toutes ces affaires. »
« J'imagine que je ne vous apprend rien, mais je suis au courant de tout ça. »
« Je m'en doute bien Antoni. D'ailleurs puis-je vous appelez Antoni? »
« Oui, continuez. »
« Lorsque j'ai appris que Limon semblait rencontrer des difficultés à soumettre quelqu'un à son autorité je me suis intéressé à votre club. Si Limon se retrouvait confronté à une situation à laquelle il n'était pas habitué, il y avait des chances qu'il déconne et se grille. »
« Et en voulant me menacer, il se serait grillé. »
« Oui, je le soupçonne fortement d'avoir une responsabilité dans la mort des deux masseuses. »
« Seulement la personne qui aurait pu vous aider à ce propos a été retrouvé allongée dans une rue il y a quelques jours. »


La course des deux hommes se ralentit lorsqu'ils arrivèrent sur les docks. L'inspecteur prit appui sur un container pour étirer ses mollets.

« Je sais que Limon est impliqué dans quasiment tout ce qui se passe dans la province de Magdalena. Et je sais aussi qu'il bénéficie d'une impunité totale, auprès des autorités locales. Seulement je n'ai besoin que d'un truc, un petit truc, pour le coincer et le ramener à Bogotá. »
« Si j'ai le moindre indice, je tacherai de vous en faire part. »
« Nous avons un objectif commun Antoni. Je peux vous aider à attraper Limon, ne la jouez pas personnel. »


Pour finir leur tour, Antoni proposa à l'inspecteur de courir jusqu'au stade qui vit là l'occasion de faire avancer son enquête. L'équipe était en plein entrainement comme chaque jour à cette heure-ci. Mais Walter semblait avoir changer son discours. Et également sa façon de faire. Les ateliers physiques avaient laissé place à des exercices sur le but, tandis que les défenseurs travaillaient leurs relances.

Les résultats se firent d'ailleurs ressentir très vite. Après un nouveau match nul à l'extérieur; l'équipe enchaina 3 succès d'affilée et se permit même d'étriller le Patriotas 3-0, chez eux. La machine semblait relancée et le club réintégrait le groupe des barragistes, avec un bonne 5ème place. De quoi redonner le sourire à Antoni, mais malheureusement pas pour bien longtemps.

Sur son bureau était posée un enveloppe cachetée par la fédération. Une enquête avait été diligentée afin de vérifier l'exactitude des renseignements fournis par le club au sujet de son chiffre d'affaires. L'auteur de la missive demande à Antoni de bien vouloir réserver le meilleur des accueils à l'agent envoyé par la fédération qui se rendra à Santa Marta la semaine prochaine.
Pas de problème, il serait bien reçu. Le président de Bucaramanga avait apparemment peu apprécié les soupçons qu'Antoni avait laissé planer à son sujet lors de leur entrevue.
Image


Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6053
Enregistré le : lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation : Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Misaki » lun. 18 janv. 2010 18:21

Et hop un inspecteur qui débarque et qui est du même côté qu'Antoni. Cela promet pour la suite.

Tu nous réserves toujours des surprises. C'est plaisant à lire et ce dialogue avec le président de Bucaramenga. Du très bon.

Bref, tu as peut-être perdu ta clé USB mais pas ton talent d'auteur.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


ivo
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 431
Enregistré le : ven. 09 oct. 2009 7:01

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par ivo » lun. 18 janv. 2010 19:20

Malgré le peu de commentaires que j'apporte, je suis un lecteur assidu de ton épopée.
Quand je pense que tu as failli arrêter! Merci de ne pas l'avoir fait!
A part ça, j'aime beaucoup la personnalité que tu as donné à tous tes personnages, surtout les principaux, Antoni et Walter. La venue de l'inspecteur vient apporter une aide, qui je pense sera précieuse pour Antoni et le club. Du moins, je l'espère...


Avatar du membre
Atom Tan
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 3121
Enregistré le : sam. 21 mars 2009 16:15
Localisation : Centre

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Atom Tan » lun. 18 janv. 2010 21:14

Trop beau gosse ton super flic Canto...Je me disais aussi que je suis surpris qu'Antoni soit aussi surpris que ça...avec son ancien job d'il y 2 ans il doit avoir un sacré réseau de gars bien informés et le bras long tout de même...c'est le seul truc qui m'a fait un peu tiqué sur cet épisode....mais rassure toi rien de bien méchant et je te suivrais encore !


Avatar du membre
Cantona
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1443
Enregistré le : ven. 15 mai 2009 16:25
Localisation : Toulouse

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Cantona » dim. 31 janv. 2010 18:57

XX.

Le groupe n'avait pas eu vent de cette histoire montée par le président de Bucaramanga. Walter non plus. Si les débuts avaient été difficiles, les rôles étaient maintenant clairement définis. Il était à la tête de l'équipe et Antoni à la tête du club. Chacun connaissant la capacité de l'autre à réussir dans cette entreprise.

Il ne restait plus que 3 matchs avant la fin de la phase régulière et l'équipe aurait du mal à accrocher une nouvelle première place. Mais qu'importe, elle était quasiment assuré de disputer les play-offs. D'ailleurs pour s'éviter toute frayeur inutile, les joueurs de l'U.D Magdalena s'adjugèrent la victoire lors de leur dernier match à domicile, par 3 buts d'écart. La capitaine Carlos Vilarete semblait avoir retrouvé ses jambes de vingt ans et signait son premier triplé. Grâce à ce succès, ils pointaient désormais à la 3ème place, qualification assurée.

Encore des soucis en perspective pour Limon, qui sentait bien qu'une petite visite à Antoni s'imposait. En plus d'une perte financière importante, l'incapacité à contrôler le club local serait vue comme un aveu d'impuissance par les collaborateurs de Limon. Et cela, il ne pouvait l'accepter. Dès le lendemain de l'annonce de la qualification de l'équipe, il se rendit dans les locaux du club.

Un homme d'une cinquantaine d'années était posté devant la porte vitrée, un chapeau vissé sur la tête, signe dans cette région d'une personne qui veut se donner de la contenance.

« Ah Bonjour, vous faites parti du club? Cela fait bien une dizaine de minutes que je sonne, mais personne ne daigne m'ouvrir. Je vous avez ….. »
« Votre mère ne vous a pas appris la politesse? Lorsque l'on interpelle quelqu'un, il me semblerait plus décent de se présenter en premier, vous ne croyez pas? »
« Euh … oui. Mais ne jouez pas au malin avec moi. Je suis envoyé par la fédération afin de vérifier les comptes tenus par Monsieur Recca. Et par un simple rapport, je pourrai renvoyer votre club dans l'amateurisme le plus complet. »

Limon sembla surpris par l'aplomb de son interlocuteur. Mais on ne menaçait pas ainsi Limon, même si à vrai dire, le délégué de la fédération ne savait pas encore à qui il avait à faire.

« Pourtant, j'ai l'intime conviction que votre rapport ne présentera aucune remontrance envers le club de Magdalena. »
« Nous verrons cela, une fois que j'aurai inspecté les comptes. »
« Ils sont impeccables, soyez en sûr. »
« Je veux le constater par moi-même, s'il vous plait. »
« Je viens de vous dire qu'ils étaient impeccables. Vous remettriez ma parole en doute? »
« Je ne sais pas qui vous êtes, mais sachez qu'en tentant d'entraver une enquête diligentée par la fédération vous exposez votre club à de graves sanctions. »
« Écoutez moi bien. Le jour où une instance footballistique dirigera le football en Colombie, je vous le ferez savoir. D'ici là, vous allez rentrer chez vous, et nous pondre un superbe rapport. »


L'homme ne semblait pas se démonter, et réduit même la distance entre Limon et lui à quelques dizaines de centimètres.

« J'en ai maté des plus coriaces que vous, des petits poltrons qui ont tenté de m'impressionner. Je ferai mon enquête, que ça vous plaise ou non! »
La patience de Limon avait désormais atteint ses limites. Les libertés prises par son ancien poulain l'agaçaient suffisamment pour qu'un pauvre inspecteur de la fédération vienne lui casser les oreilles de bon matin.
« Bon ça suffit, ce bouffon m'a assez amusé. Veloso, raccompagne monsieur chez lui, et explique lui pourquoi il est dans son intérêt de faire un joli rapport. »
« Oui, m'sieur Limon. »

Les yeux du pauvre homme avaient soudain changé. Son cerveau n'avait mis que peu de temps à donner du sens à ce qu'il venait d'entendre.
« Li...Limon? Mais, enfin. Que...Qu'est ce que.. »
Plus aucun son ne sortit de sa bouche. Si personne n'osait l'avouer, tout le monde connaissait Limon à Santa Marta, au moins de réputation. Très rarement lorsque l'on était amené à le rencontrer, les choses se terminaient bien.

Ainsi, Antoni n'eut jamais vent de la visite avortée de l'inspecteur des finances. Par contre, il rencontra bien Limon ce jour là. Encore plus remonté par l'incident, l'ancien patron d'Antoni était décidé à aller droit au but.

« N'essaye pas de m'embrouiller aujourd'hui, petit. Ton équipe va accéder aux phases finales. Tu sais ce que j'en pense. D'après certains contacts, vous seriez même foutu de vous qualifier pour la dernière marche avant la montée. Apparemment rien ne te fera plier, même la mort de cette fille. Je te propose donc un nouveau marché. »
« Je m'en réjouis d'avance monsieur Limon. »
« Je t'ai dit de ne pas me chercher aujourd'hui. Bon, voilà le plan. Tu vas m'ouvrir le capital du club, et me laisser en devenir le principal actionnaire. Ceci n'est bien sûr pas discutable. Si tu décidais encore de faire la sourde oreille, je pourrais aller causer de tout ça avec ce bon vieux Walter. »

Le sourire sur le visage d'Antoni s'était subitement effacé.
« Limon, actuellement je n'ai qu'une envie, c'est de t'éclater la tronche. Si par malheur, il arrivait quoi que ce soit à Walter, je te promets de t'éclater les boules à coup de hachoir. »
« Tu as toujours eu le sens de l'humour Antoni, ça on ne pourra pas te l'enlever. Mais attention, ici tu es dans la réalité. »


Sur ces mots, Limon et son garde du corps attitré quittèrent le bureau, visiblement satisfaits de l'effet produit.
Pour les deux derniers matchs de la saison, l'U.D. ne put faire mieux qu'un match nul puis une défaite, résultats qui semblaient bizarrement satisfaire Walter lors de la traditionnelle entrevue dans le bureau d'Antoni.

« Impeccable, on termine quatrième. On prend l'Expreso et Soacha dans le groupe, avec Itagui. On ne retrouvera pas Bucaramanga avant la finale. Dans leur groupe, le Patriotas devrait truster la première place. »
« Tu as l'air bien sûr de tes plans Walter. Il nous faudra d'abord sortir de ce groupe. »
« La globalité du stage de mi-saison était destiné à ça, Antoni. Toute l'équipe est en train d'atteindre son pic de forme, et tactiquement nous sommes vraiment au dessus. Nous tenons notre revanche, j'en suis sûr. »


Il avait beau le côtoyer chaque jour, Antoni était toujours impressionné par la métamorphose qu'avait subi Walter depuis le début de la saison. Il débordait de confiance en lui, désormais certain de ses forces.

Et les phases finales ne firent rien pour le contredire. Après une victoire à l'extérieur chez Itagui, Magdalena venait d'étriller la Juventude Soacha à domicile. Le score de 4-0 était sans appel. Les commentateurs étaient unanimes, l'U.D. étaient en route pour la finale. Une euphorie s'était emparée du stade Eduardo Santos, et en regagnant son véhicule, Antoni oubliait presque ses soucis.

Plusieurs fans étaient venus le saluer, le félicitant pour son action à la tête du club. Il avait même dédicacé quelques écharpes et maillots. Voilà finalement pourquoi il continuait, voir le bonheur sur le visage des gens. Il y a quelques mois de cela, il aurait pensé à du sentimentalisme à deux balles, mais lorsqu'on le vivait, la sensation était bien différente.

« Monsieur Recca, pourriez vous signer ma place de match, s'il vous plait. »
L'homme caché sous une casquette aux couleurs du club, devait avoir une soixantaine d'années.
« Bien sûr, à quel nom? »
« Recca, s'il vous plait, avec deux c. »


Les regards des deux hommes se croisèrent un instant. Une seconde qui avait paru une éternité passa. Timidement, Léo tendit maladroitement les bras vers son fils. Voilà des années qu'il n'avait plus étreint personne, et maintenant que l'occasion se présentait à nouveau, s'était son fils qu'il n'avait pas revu depuis près de 20 ans.
Antoni recula d'un pas.

« Qu'est ce que tu fous là? »
« Et bien, c'est à dire que …. j'ai entendu à la radio que le club allait disputer les play-offs. Alors je me suis dit que j'allais venir trainer autour du stade pour espérer te revoir. »
« C'est dingue cette capacité que tu as à balayer le passé d'un revers de la main. D'abord maman et moi, puis maintenant tu voudrais oublier toutes ces années d'absence? »
« Toni, laisse moi au moins essayer de t'expliquer. »
« J'ai pas le temps là, tu vois? »


Sans autre mot, Antoni grimpa dans son véhicule. Léo, lui était resté sur ce parking avec pour seul souvenir de son fils, une place de match à moitié signée. Petit à petit, les supporters quittaient le stade, descendant les rues de la ville pour rejoindre les bars. Les larmes perlaient le visage de Léo alors qu'il regardait la voiture de son fils s'éloignait emportant avec elle un espoir de renouer avec sa vie passée.

Antoni rallongea quelque peu le chemin habituel. Il avait besoin de réfléchir à ce qui venait de se passer. Après des années sans nouvelle, son père était réapparu et il l'avait repoussé. Sur le moment, cela lui avait semblé naturel, normal mais maintenant. Aurait-il dû le laisser s'expliquer? Aurait-il dû écouter ce que son père avait à dire?

Il arrêta le moteur, et se dirigea vers la berge. Il était revenu au Zoulou Bar, à l'endroit même où il s'était entretenu avec Walter pour la première fois cette saison. Il s'assit sur le ponton, désert à cette heure-ci. Les jours de matchs, l'endroit était peu fréquenté, les gens préférant les bars du centre-ville.

Le jukebox diffusait une vieille musique des années 80, mais pas suffisamment forte pour empêcher Antoni d'entendre quelqu'un approcher. Le pas était lent, assuré. Pourtant, Antoni ne s'attendait surement pas à trouver son parrain ici.

« Qu'est ce qui t'amènes ici? »
« Je pourrais te retourner la question Walter. »
« J'avais envie d'être tranquille ce soir, les bars du centre-ville sont bien trop bondés. Et toi alors? »
« Et bien, tu ne vas pas me croire mais j'ai vu mon père ce soir. »
« Je sais. Je l'ai vu aussi. »
« Tu savais qu'il était sur la ville? Pourquoi tu ne m'as rien dit? »
« Parce que je me doutais bien que tu réagirais ainsi. »
« Bon et l'équipe? »
« On va se qualifier comme je te l'avais dit. Puis on pourra retrouver Bucaramanga. »
« D'accord. Je te fais confiance. »
Antoni se leva, et reprit le chemin vers sa voiture.
« Tu devrais discuter avec ton père. »
« On se voit demain au terrain. Bonne nuit, Walter. »


Le lendemain, l'équipe préparait son voyage pour aller affronter l'Expreso Rojo. Pendant cette période de phase finale, la fréquence des matchs s'intensifiaient mais Walter ne semblait pas inquiet outre-mesure. L'équipe non plus apparemment puisqu'elle s'imposa pour la troisième fois consécutive dans cette phase. Fonseca et Vilarete enchainaient les buts, permettant au club de voir tranquillement venir les matchs retour.

C'est ensuite Itagui qui vint se faire corriger au stade Eduardo Santos. L'U.D. n'avait pas encore encaisser de but depuis le début des play-offs. Elle encaissa le premier sur le terrain de Soacha mais s'imposa quand même sur le score de 3-1. Déjà sûr d'être qualifiée pour la finale du championnat de clôture, l'équipe termina pourtant cette phase sur une sixième victoire face à l'Expreso.

Martin, Walter et Antoni repartirent ensemble du stade. Le club de Santa Marta était à deux matchs d'une accession en première division. Ils avaient donc décidé d'aller fêter ça. Mais arrivés à la voiture, une silhouette rôdait sur le parking, une casquette vissée sur la tête. Antoni se tourna vers Walter qui haussa les épaules.

« Nous allons manger par là, tu nous accompagnes? »

Ainsi, il avait décidé d'écouter ce que son père pouvait avoir à lui dire.
Image


Avatar du membre
Atom Tan
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 3121
Enregistré le : sam. 21 mars 2009 16:15
Localisation : Centre

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Atom Tan » dim. 31 janv. 2010 20:32

Bon petit épisode encore une fois...j'étais un peu partie prenante dans l'histoire du padre et je me demandais comment tu allais amener leur rencontre...et je trouve qu'elle est réussie un peu courte mais d'à-propos. Heureusement qu'il a bon cœur le petit.

Le personnage de Walter devient de plus en plus sympa et son assurance fait plaisir à voir quand tu penses la loque que c'était...

Limon...c'est une autre affaire..."y va y avoir du sport et moi je reste tranquille"


Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6053
Enregistré le : lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation : Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Misaki » lun. 01 févr. 2010 18:22

Le premier contact avec le père est difficile, Antoni est rancunier. Et finalement, il se fait une raison sur la fin et accepte de discuter avec lui. Cela va être spécial avec Walter en plus.

C'est de toi Atom, l'épisode où on est dans la peau de Léo alors ?


Bref, c'est du très bon, Canto et dire que tu as failli arrêter.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


Avatar du membre
Clem95
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 9654
Enregistré le : jeu. 03 déc. 2009 18:00
Club préféré : Arsenal

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Clem95 » lun. 01 févr. 2010 22:03

Walter revient ! Tu l'as un peu laissé à l'abandon.
Je continus de suivre ce récit passionnant.


Avatar du membre
Cantona
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1443
Enregistré le : ven. 15 mai 2009 16:25
Localisation : Toulouse

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Cantona » dim. 07 févr. 2010 9:27

XXI.

Le hall de la gare était quasiment désert à cette heure-là. Les gens étaient sûrement tous chez eux ou dans un bar. Après avoir consulté les horaires une nouvelle fois, Léo déposa son sac sur un siège et s'installa à côté. Un homme d'une cinquantaine d'années était assis face à lui, et le fixait depuis quelques secondes. Il devait se dire qu'il connaissait ce visage, mais impossible de mettre un nom dessus. Quoi de plus normal, Léo avait changé depuis le titre sous les couleurs de l'U.D. Magdalena.

D'ailleurs, le match allait commencé. Le son était assez fort pour couvrir les bruits de pas, et après la coupure publicitaire, Léo tourna instinctivement la tête en direction du poste de télévision.

« Bonsoir, et bienvenue sur Sports Colombia pour assister à la finale du championnat de deuxième division qui verra s'affronter Bucaramanga et Magdalena. A mes côtés ce soir, Nelson Montero. »
« Bonsoir Manuel. Comme vous venez de le dire, vont s'affronter ici à Bogotá, les équipes vainqueurs des championnats d'ouverture et de clôture, puisque l'U.D. a battu Baranquilla mercredi dernier. »
« Alors, il faut bien expliquer à nos téléspectateurs que c'est un véritable événement qui va avoir lieu ce soir. Pour vous dire, j'ai même aperçu toute à l'heure en montant, Steven Soderbergh, réalisateur américain qui a tourné récemment dans la région. »
« Vous avez raison Manuel, le stade El Campin est plein à craquer ce soir. C'est une vraie fête à laquelle nous allons assister. J'ai d'ailleurs moi aussi une petite exclusivité puisque c'est Shakira qui donnera le coup d'envoi fictif de cette rencontre. »


« Bien, passons sans plus tarder à la présentation des équipes si vous le voulez bien Nelson. Dans les cages de Bucaramanga ce soir: Carlos Perez. »
« Oui le pauvre n'avait pas été à la fête lors du dernier match qu'il a disputé face à l'U.D »
« La ligne arrière ensuite, avec de gauche à droite: Rivas, Morales, Borilla et Ramos. »
« Une défense classique, avec tout de même Peralta sur le banc qui semble avoir du mal à se remettre d'une blessure. »
« Sur les ailes, Cordoba et Cardenas. »
« Surement un des meilleurs atouts de cette équipe, leur capitaine Cardenas. Il est capable d'apporter le danger devant le but. »
« Au centre, Valloyes et Gallo, classique. »
« Oui deux bons milieux relayeurs, qui n'hésitent pas à défendre. On n'attend peut-être de leur part un peu plus de prises de risques. »
« Et enfin en attaque, Segura et Osorio. »
« Osorio a apparemment était préféré à Cassiani, mais c'est un très bon attaquant avec un jeu de tête intéressant. Il est une tour de contrôle pour ses coéquipiers. »


« Maintenant l'effectif de Magdalena, dirigé par Walter Hugo. »
« Il avait beaucoup critiqué à son arrivée à la tête du club, mais force est de constater qu'il est capable de grandes choses sur un banc de touche. »
« Rien de très innovant non plus dans cette composition. Saaverda sera de nouveau le dernier rempart de l'équipe. »
« Il a pris la place de Granados à la mi-saison, et il est maintenant titulaire indiscutable. »
« La défense avec: Utria, Ortégon, Pelaez et Garcia. »
« Ces derniers temps Sanchez avait pris la place de Pelaez, mais il se ressent peut-être d'une petite douleur. »
« Au milieu ce sera, Valencia et Antero. »
« Incontournable ces deux là cette année. Antero s'est vraiment imposé comme le maître à jouer de l'équipe. La presse le comparait d'ailleurs récemment à son entraineur. Puis Valencia, un peu timide à son arrivée, il a su muscler son jeu à force de séances d'entrainement et il apporte vraiment un plus. »
« Sur les ailes, Cordoba et le jeune Joli Tête. »
« Voilà la réelle surprise concoctée par l'entraineur des rouges et bleus ce soir. Alors que l'on attendait Candelo sur l'aile gauche, c'est finalement ce jeune joueur de 16 ans qui va débuter. »
« Et en pointe, Fonseca et Vilarete. »
« Carlos Vilarete, le capitaine de cette équipe puis Edison Fonseca qui est l'atout majeur de Magdalena ce soir. A noter quand même que Vilarete avait signé un triplé lors de son dernier match face à Bucaramanga. »
« Pour finir, c'est Monsieur Ortega qui officiera au centre du terrain ce soir. »
« Un arbitre qui a l'expérience, il connait la première division, on devrait donc assister à une belle rencontre. »


« Merci Nelson pour ces analyses, et sans plus attendre le coup d'envoi. Le stade retient son souffle pour l'affrontement final. Et c'est parti. »

1'
« Bucaramanga renvoie ce ballon derrière, on joue côté droit, Ramos lance un long ballon, Cordoba à la course. Mais Joli Tête revient. C'est impressionnant, en quelques instants il a déjà fait les dix mètres qui le séparaient de Cordoba. Ça risque de se jouer à l'épaule entre les deux joueurs.
Oh! Incroyable! Alors qu'il le dépasse d'au moins une tête, Cordoba se retrouve au sol après la charge régulière du jeune ailier. »
« Joli Tête qui remonte ce ballon sur son côté gauche, il est face à Ramos, crochète intérieur. Le pauvre défenseur reste sur place. Joli Tête arme une frappe du gauche … Oh … Transversale! Un véritable boulet de canon qui vient s'écraser sur la barre. »
« Alors que l'on joue depuis à peine une minute. On comprend maintenant mieux le choix de Hugo. Je suis impressionné par la rapidité de ce petit. »


12'
« Le portier de Bucaramanga capte le ballon. Il va relancer rapidement au pied... Un long dégagement, bien dosé entre les lignes de Magdalena... Ortégon va être un peu court... Ah non, il a réussi à combler la distance et balance un coup de tête. Une chose est sûre Nelson, il n'est plus le défenseur pataud que l'on a connu au début de la saison. »
« Et en plus, il oriente son dégagement qui va atterrir dans les pieds de Cordoba, côté droit. Il remonte le terrain. Gallo qui vient défendre. Cordoba stoppe sa course et cherche une solution dans l'axe. Ah, non! Il vient de mettre un petit pont à Gallo, qui le retient par le maillot. L'arbitre siffle la faute. Le temps que tout le monde se calme, regardons le ralenti. »
« Voilà, c'est ici que ça se passe. Il stoppe le ballon, et se tourne vers l'axe pour feinter une passe. Dos à Gallo, il effectue une talonnade qui va passer entre les jambes du pauvre Gallo, il n'a plus qu'à le contourner. »
« En tout cas Manuel, je suis impressionné depuis le début de ce match par la présence physique des joueurs de Magdalena. Ils sont plus rapides, plus costauds, et comme on vient de le voir toujours technique. »
« Vous avez raison, ils sont en train d'imposer leur domination sur le match, même si l'on a pas encore vu de réelles occasions à part cette frappe sur la barre de Joli Tête. »



25'
« Joli Tête, encore lui, surement le plus en vu depuis le début de ce match. Il remet derrière lui à Utria. Un ballon en l'air, Joli Tête va aller le disputer de la tête, au duel avec Morales, il est au dessus... Faute! Ah, on dirait qu'il est mal retombé. Borilla est arrivé en retard et l'a semble t-il touché. »
« Ça s'agite sur le banc de l'U.D. Walter semble en colère. »
« Ah et il y a de quoi Nelson, on voit bien sur le ralenti que Borilla lui met un coup de coude. Le jeune joueur est à terre. Il semble sonné. »
« Je crois que le soigneur vient de faire signe à son banc. Remplacement demandé. Walter Hugo est fou de rage. »
« On demande à German Candelo d'accélérer son échauffement. Le pauvre Joli Tête est K.O. Il sort du terrain, soutenu par Antero. Et monsieur Ortega qui ne sort pas de carton. Décision discutable au vu des ralentis. »


33'
« Antero remonte le couloir gauche, Candelo a combiné dans l'axe. Fonseca maintenant, redescendu pour jouer ce ballon. Il décale Antero côté gauche qui va provoquer. Un crochet sur Ramos, il accélère. Borilla est venu prêter main forte dans ce couloir, Antero tente une feinte à droite, il réussit le grand pont. Il lève maintenant la tête, Fonseca arrive comme une balle, plein axe. »
« Walter Hugo se prend la tête entre les mains, nous sommes en train de revivre la même action qu'en 1969 et la blessure de Recca, le stade retient son souffle. »
« Le centre est parti, le gardien sort, il va encore heurter l'attaquant. »
« Non, Fonseca dévie sa course, il prend la profondeur. Le centre de Antero est plus puissant que prévu. Perez s'est troué, il a raté sa sortie. La balle semble un peu loin, Fonseca va être court. »
« Il frappe, reprise de volée … Buuuuuuuuuuuuuuuut, un missile sous la transversale! Quelle action. Quel centre, quelle frappe! Même si Perez était resté dans ses cages, impossible d'arrêter ce ballon. »
« Et Magdalena qui mène,1-0. Hugo est en train de danser sur le bord de la touche, c'est du délire. »



45'
« Le ballon dans les pieds de Cardénas, il lève la tête et tente de lancer Segura. »
« Ortégon à bien fait remonter sa ligne de défense, hors-jeu. »
« Non, ça n'a pas été sifflé, Cardénas peut contrôler, il est face à Saaverda, la frappe à l'entrée de la surface, elle part bien. »
« Claquée par le gardien, très bel arrêt mais ce n'est pas fini, le ballon revient dans les pieds de Osorio, il s'avance, arme sa frappe. Beau retour de Garcia qui contre cette frappe en taclant. »
« Penalty! Penalty sifflé par l'arbitre, monsieur Ortéga. Il reproche à Garcia d'avoir touché le ballon de la main semble t-il. Pas évident. »
« Cardénas pour le tirer. Il prend son élan. Buuut! Au ras du poteau gauche, bien frappé. Ce qui permet à Bucaramanga de recoller au score alors que la mi-temps est sifflée. »
« Gros, gros mécontentement dans le stade. L'arbitre n'est pas à la fête ce soir. »



61'
« Les débats se sont équilibrés, et la possession est partagée. »
« Valencia au milieu de terrain qui sert Antero. Il évite un tacle. Fonseca croise avec Vilarete et fait un appel côté droit. Évidemment il est suivi par deux défenseurs. Antero choisit l'autre option et lance Vilarete dans la profondeur. Bien joué! »
« Il n'a plus que le gardien à battre, Perez vient à sa rencontre, Vilarete conserve la balle. Il pique son ballon juste au dessus du portier. L'expérience du capitaine de Magdalena, Rivas tente de récupérer le ballon, trop tard il franchit la ligne, Buuuuuut! Un joli ballon piqué de Vilarete, bien lancé par Antero. Deuxième passe décisive pour le milieu de terrain, et l'U.D reprend l'avantage, 2-1. »


75'
« C'est l'heure des changements pour l'U.D. Granados remplace Fonseca, on va donc passer à un 4-5-1. Antero va sortir, laissant sa place à Blanco, c'est du poste pour poste. Et enfin Sanchez va prendre la place de Pelaez. Impressionnant, écouté le public, ils ont réservé une standing-ovation pour les héros du soir, Antero et Fonseca. »

81'
« Ce but marqué il y a vingt minutes a endormi le match. Les rouges et bleus font tourner le ballon.
Garcia pour Cordoba, étrangement seul dans son couloir droit. »
« Il va provoquer, mais Rivas et Morales le marquent de près. Il repasse par l'axe avec Blanco, qui décale Valencia, grosse frappe du milieu de terrain … et buuuuuuuuuuuuuut! Une frappe de 30 mètres qui vient se loger dans la lucarne du pauvre Perez qui ne pouvait rien faire. Une frappe de mule qui permet à Magdalena de plier le match, 3-1. C'est mérité, Nelson. »



90'
« Et voilà, coup de sifflet final. L'U.D. Magdalena remporte le titre, et accède en Première Division. Quand on voit la deuxième partie de saison de cette équipe, c'est amplement mérité. »


Ils l'avaient fait. Antoni avait réussi son pari de ramener le club de Santa Marta parmi l'élite. Après une franche accolade avec Martin, et quelques compliments à la belle chanteuse, adulée au pays, il lui semblait primordial d'aller féliciter le principal acteur de cette réussite. Walter. Pourtant impossible de le trouver. Ni dans les vestiaires, désormais désert, ni à la réception d'après-match.
Image


Avatar du membre
Atom Tan
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 3121
Enregistré le : sam. 21 mars 2009 16:15
Localisation : Centre

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Atom Tan » dim. 07 févr. 2010 10:01

...déjà Misa faisait super est là tu t'y mets, on se croirait devant la télé...pour la finale.
Bravo et je te piquerais l'idée !

Cette victoire qui assure la montée...et bien sûr comme ce n'est pas si simple...Walter qui disparait...et Léo qui se barre...bref on en sort pas !

Je me demande ce qu'Antony va faire et toi par la même occasion...tu continues encore hein ?


Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6053
Enregistré le : lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation : Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: Jeux, Tue, Ils

Message par Misaki » dim. 07 févr. 2010 20:48

Quand c'est bien fait, ce genre d'épisodes est très sympa à lire et là c'est bien fait.

Joli Tête, c'est quoi ce joueur ? Un match haletant où j'ai bien cru que l'UD aurait pu se faire avoir après l'égalisation mais visiblement, ils étaient meilleurs.

Toutefois, la fin n'indique rien de bon pour la suite. Et c'est ce qui est intéressant.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


Répondre

Retourner vers « The Hall of Fame »