Rejoignez la communaut FM sur Facebook

L'argent fait-il le bonheur ?

Libérez l'écrivain à crampons qui sommeille en vous.

Modérateur : Staff FM

Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6053
Enregistré le : lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation : Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Misaki » mar. 01 juin 2010 16:24

Samuel a écrit :Pour le scénario, Misaki n'y a pas touché (pas à mon souvenir en tout cas, si je me trompe, corrige moi Misaki).

Merci pour les conseils, c'est vrai que mes passages extra-sportifs sont sans doute trop rapprochés, je vais corriger ça pour la suite (mince, le prochain épisode reste 100% extra-sportif ^^)
Exactement, je n'interviens pas dans le scénario de Samuel. Je lui apporte des conseils sur les points à développer, à éclaircir. C'est tout.

Après, c'est vrai que tout va vite en ce début de saison. Après il faut voir si Samuel a des idées pour faire durer sa story. Mais pour un mec de 14 ans, c'est déjà bien.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


Publicité

Avatar du membre
Samuel
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1101
Enregistré le : mer. 07 nov. 2007 15:12
Contact :

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Samuel » mar. 01 juin 2010 17:35

Merci WhiteShark pour ton commentaire ;) Je prends note ^^


Avatar du membre
Samuel
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1101
Enregistré le : mer. 07 nov. 2007 15:12
Contact :

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Samuel » mer. 02 juin 2010 13:29

Mercredi 23/07/2009
Notre cellule datait de plusieurs décennies. Et encore, le terme était généreux. Le mur suintant dégageait une odeur de pourriture, les couchages de la cellule étaient humides et froids.
Mon père faisait les cent pas, mon frère martelait frénétiquement une table de ses cinq doigts, le regard perdu. Mon père fut le premier à briser le silence :
-Mais p...... ! Qu'est-ce qu'on fout là ?! Foutu coup monté ! Si je tenais l'abruti qui a fait ça, je le tuerai ! Non mais qu'est-ce qu'on fout là ! C'est pas vrai ! Comment ont-ils pu les croire, comment, vous savez, vous ?

Ce n'était pas dans les habitudes de notre père de s'énerver ainsi. Jamais -d'ailleurs-, je ne l'avais vu dans un pareil état.

-On ne peut pas rester ici ! C'est pas possible ! Mon bon à rien de remplaçant va faire que des misères !
-On joue dans deux jours, ajouta mon frère, et personne n'est actuellement en mesure de prendre les commandes de l'équipe. Heureusement que ça reste un match amical...
-Non, on peut pas rester, on doit se tirer d'ici.

Je restais taciturne. Ne prenant pas part à la discussion qu'entretenait mon père et mon frère. Je ne savais que penser. Je risquais de rater ma préparation si mon séjour en prison s'éternisait. Et nous voulions tous les trois sortir. Je crois d'ailleurs que la seule solution était de sortir seuls de cette prison peu agréable et de prouver notre innocence une fois en-dehors. J'exposai ma réflexion à mes deux compagnons de cellule.
-Oui, enfin on n'aura pas assez de temps pour trouver les responsables, ils ne mettront pas longtemps avant de nous remettre le grappin dessus.
-Mouais, ça sera pas facile étant donné qu'on n'a aucune piste fiable.
-Aucune piste tout court d'ailleurs...
-Ok, donc on reste là à se morfondre en tôle ?
-C'est quoi ton plan ?
-On va faire classique... La bouche d'aération du plafond est moisie, je ne sais pas où elle donne mais ça se tente.

Finalement, on opta pour mon plan. Vers 22h30, après la ronde du gardien, je dégoupillai sans mal la charnière rouillée d'une grille d'aération et mon frère me faisait la courte échelle pendant que mon père guettait le couloir. Après une ultime effort, je saisissais une visse qui dépassait et m'en servais d'appui pour pénétrer dans l'étroit corridor.
Mais notre projet se compliqua, la carcasse d'un mètre 95 de mon frère et ses 105 kilos ne parvint pas à passer par la grille d'aération. Nous en conclûmes donc qu'il fallait que j'aille chercher les clés pour ouvrir notre cellule. 5 minutes s'étaient déroulées depuis la ronde du gardien, il en restait 20 avant qu'il ne repasse devant notre cellule. Par chance, le conduit d'aération passait au-dessus du local où les clefs étaient entreposées. Sans un bruit, je remontai notre clef en prenant soin de ne pas déranger les autres.
En une minute, l'affaire était réglée. Je repris le chemin inverse et sortis devant la porte de la cellule.
Un clic retentit, la porte s'ouvrit en grinçant légèrement.
D'après ce que l'on avait vu et d'après nos calculs, le gardien devait avoir dépassé la première sortie, nous décidâmes donc d'utiliser celle-ci. Soudain, mon père se jeta sur moi et m'écrasa contre le sol. Lentement, et sans un mot, il me fit comprendre qu'il fallait faire demi-tour tout en rampant. Je m'exécutai.
-Il y avait une caméra de surveillance. Normalement, elle n'a pas pu nous repérer, mais il faudra se méfier.
Mon frère intervint, toujours à voix basse :
-Il y en aura partout, il nous reste 17 minutes pour sortir de l'enceinte de la prison. Il faut absolument se dépêcher. Quand j'ai fait mes études de plombier, on avait vu que dans les enceintes publiques se trouvaient souvent un petit égout en-dessous des sanitaires, on peut tenter le coup, en espérant qu'ils utilisent le même système en France qu'au Mexique. Je repassai par le local du gardien où je récupérais une barre en fer.
Nous arrivâmes dans les toilettes alors qu'il ne restait plus qu'un bon quart-d'heure. En effet, à mes coups contre le sol carrelé répondait un bruit creux, il y avait du vide en dessous. Je rentrai la barre entre deux carreaux et nous fîmes appui à trois sur le levier ainsi improvisé. Le sol céda, laissant place à un conduit humide et sentant un mélange d'urine et de déjections. Nous n'avions pas le choix, je m'engouffrai en premier et progressai à quatre pattes pendant que mon père tentait de remettre les carreaux.. Au bout de quelques mètres, il ne restait plus qu'un conduit humide parcourue d'un ruisseau au milieu, nous permettant de respirer une air moins désagréable. Finalement, l'égout déboucha sur une courte échelle puis sur une plaque ronde relativement lourde. Mon frère s'apprêtait à l'ouvrir :
-Non, on va procéder autrement, s'ils nous voient, on est fichu ! Je vais disposer quelques bouts de verre sur la plaque par les trous et essayer de voir les reflets.
Ma technique fonctionna à peu près. Elle nous permit de voir qu'ils étaient loin mais qu'un faisceau lumineux tournait aléatoirement sur la cour. Finalement, nous nous élançâmes sur la pelouse. La rosée était tombée et les gouttelettes d'eau nous accompagner dans notre fuite. Au bout de quelques secondes, le faisceau suivit notre course puis dévia sa trajectoire vers son expéditeur. Cependant, il revint à la charge, croisant devant nous, puis derrière nous. Puis la catastrophe se produisit, la lumière toucha la montre de mon frère et un reflet en résulta. Le faisceau revint vivement vers nous, nous eûmes juste le temps de nous jeter dans un fossé remplit d'épineux. 3 minutes. Le temps était passé affreusement vite, et le plus dur restait à faire : sortir de l'enceinte de la prison, entourée d'un mur de 2 mètres 50 environ et surmontée d'un barbelé électrifié. Mon frère eut alors une idée périlleuse mais finalement, obligatoire. Il saisit un long bâton souple par terre, tombé d'un arbre après une tempête certainement, et entama une course d'élan. Il se servit du bâton comme une perche et passa au-dessus du mur. Raphaël passa la perche au-dessus du mur, mon père et moi évitâmes un nouveau passage du faisceau lumineux et passâmes à notre tour en-dehors de la prison. Deux minutes nous restaient. Deux minutes pour courir le plus vite possible et le plus loin possible.


Avatar du membre
Samuel
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1101
Enregistré le : mer. 07 nov. 2007 15:12
Contact :

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Samuel » sam. 03 juil. 2010 10:51

Bonjour !
Cette story n'est pas morte, j'ai écris un nouvel épisode mais il n'était pas concordant avec le rezste, alors je vais le réécrire, mais je le posterai certainement après ma semaine de vacances !


Avatar du membre
Samuel
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1101
Enregistré le : mer. 07 nov. 2007 15:12
Contact :

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Samuel » mer. 11 août 2010 9:38

Au bout d'une trentaine de seconde, nous arrivâmes dans un bosquet. Celui-ci s'étirait en longueur sur une trentaine de mètre. Il couvrit notre fuite, encore menacée par le faisceau lumineux interrogateur. En effet, le reflet lumineux de tout à l'heure avait du être aperçu par les gardiens.
A la sortie du bosquet, nous retrouvâmes la route. Il était un peu moins de 22h55 mais des voitures circulaient encore. Mon père décida de faire du stop. Nous courûmes encore sur une centaine de mètre. Mon chrono indiquait 25 minutes et 33 secondes. Quand une voiture s'arrêta, l'alarme de la prison retentit. A travers la brume, la sirène avait quelque chose de lugubre, de fantomatique. Pour eux, c'était trop tard.

Jeudi 24/07/2009
4 Heures du matin. Le téléphone sonne et réveille la maisonnée. Mon père saisit le combiné :
-Allô ?
-Bonjour Monsieur Chatel. Nous n'avons décidément pas à faire à un professionnel !
Je le reconnus dès sa première phrase. C'était « Señor Gomez », comme on l'appelait. Le policier que nous avions rencontrer à propos de notre maison et des deux meurtres.
-Rassurez-vous monsieur, je ne suis pas là pour vous rechercher et vous remettre en taule.
-Ah Bon ? Vous nous dites juste un petit bonjour je suppose ?
-Ne jouez pas à ça avec moi... Vous savez, je crois, que je suis le seul flic de la police mexicaine à vous croire innocent dans cette affaire. Mais c'est pas à moi de décider qui va en taule et qui reste en liberté. Depuis maintenant plusieurs mois je suis la piste d'un gang mexicain qui a déjà procédé à plusieurs reprises de la sorte. Mais attention, ils ne font jamais ça pour eux. Ce sont, en quelque sorte, des mercenaires. Ils sont payés pour réaliser des forfaits. Ceux-ci peuvent être divers, assassinat, vol, escorte illégale, ou encore faire accuser les autres... Je crois que vous avez été victime de ce gang. Ils se trouvent généralement à Mexico mais un de mes hommes les ont aperçu en ville cette semaine.
-Pourquoi ne pas les arrêter ?
-Personne n'a de preuves. Et les rares que nous arrachons sont blanchies par le procureur. Dur d'être flic dans ce pays de vendu.
-Et pourquoi nous laisser en liberté ?
-Vous avez trois jours, dans 72 heures, je ne pourrai plus vous blanchir, en attendant, vous êtes tranquilles. Trois jours pour vous disculpez. Pour cela, pas d'autres solutions que de trouver les coupables.
-Et pour se faire liquider ?
-Il va falloir courir le risque. Mes hommes protégeront votre baraque dans l'espoir qu'ils reviennent, ils les prendront sur le fait. En tous cas, je suppose que vos agresseurs ne se trouvent pas à Guadalajara. Croyez-en mon expérience, ici, chacun fait sa loi lui-même ou avec ses hommes de main. Los Ojos Negros agissent très souvent pour des étrangers. Je vous laisse, je vais dormir un peu.
-Au revoir.

La suite de la journée se passa dans une intense réflexion et attention. Nul n'osait sortir. Mon frère laissa l'adjoint prendre l'entraînement, et je m'y rendais sous une escorte policière.

Samedi 25/07/2009
Dernier match amical d'avant-saison. Dernière chance de se rattraper après une préparation décevante. La procession des 22 acteurs s'approche du rond central. Nul songe à autre chose qu'à la victoire. J'englobe en un coup d'oeil les gradins peu remplis. Clara Hardford, l'infirmière, me jeta un petit sourire, je lui rendis, mal assuré.

Le match commença tambours battants, Bottinelli me lança dans la profondeur par une splendide transversale. Mon contrôle, bien qu'approximatif, me permit de distancer mon vis-à-vis. Dans l'axe, Cabañas et Adriano croisèrent, mon centre, déposé au sol dans la surface de but, surprit le gardien et Adriano put pousser au fond sans problème.
Les locaux essayèrent de réagir dans la foulée, en vain. Ochoa capta et relança immédiatement vers la gauche pour Perez qui lança Cabañas dans la profondeur. Le paraguayen rata le cadre.

34ème minute de jeu, Bottinelli récupère un ballon perdu, efface un défenseur, deux défenseurs et centre devant le but. Le gardien sort mais Cabañas lui souffle le ballon et transforme, 2-0.

Retour aux vestiaires rassurant, avec deux longueurs d'avance. La deuxième mi-temps ne verra pas non plus nombre d'occasions. A un quart d'heure de la fin, Ayala dévie un coup-franc d'Adriano et ajoute un troisième but, 3-0.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ai vu que je n'avais pas posté cet épisode (à mon étonnement d'ailleurs !)

Je pense pas qu'elle continuera, mais bon, c'eût été dommage d'écrire pour rien !


Avatar du membre
Atom Tan
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 3121
Enregistré le : sam. 21 mars 2009 16:15
Localisation : Centre

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Atom Tan » mer. 11 août 2010 13:04

Salut, j'ai pas eu le temps de lire ce nouvel épisode, mais comme je l'avais fait remarqué dans une autre story, étant donné que tu n'as pas publié depuis un sacré bout de temps, et par soucis pour tes lecteurs, ce serait peut être sympa de faire un petit résumé de quelques lignes des épisodes précédents, histoire que ceux-ci soit pas trop largués et moi le premier !

Je ne sais pas ce que tu en penses ? Moi perso je trouve que ce serais pas une mauvaise idée. :oops:


Avatar du membre
heinz38
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 131
Enregistré le : sam. 21 août 2010 11:05
Localisation : Grenoble

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par heinz38 » lun. 23 août 2010 22:44

j'ai lu ta storie et je la trouve très réussi.
A quand la suite????


ZlAtAn60
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 260
Enregistré le : mer. 22 avr. 2009 19:03

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par ZlAtAn60 » dim. 29 août 2010 1:42

je crois pas qu'il va la continué! perso j'ai aimé ta story en espérant que tu revienne! la scène de la prison ma bien fait rire, ça ne faisait pas trop réaliste, on se croyait dans prison break, toi dans la peau de mickael scoffeild ton frère lincoln borows et ton père abruzzi :mrgreen: faut la mettre dans les insolites celle-là! bonne suite si il y en a une :wink:


Avatar du membre
msd77420
Réputation Continentale
Réputation Continentale
Messages : 570
Enregistré le : lun. 09 févr. 2009 14:09
Localisation : champs/marne

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par msd77420 » sam. 04 sept. 2010 19:29

Waouuu ! Changement considérable entre l'introduction qui laissait paraître un récit d'une qualité moindre, mais plus les épisodes passent plus je me dit qu'il y a une progression fulgurante au niveau du langage choisit, de l'orthographe, du vocabulaire, franchement l'aide de Leosplr t'as beaucoup aidé, Bravo à lui :wink:
Sinon concernant le récit lui même je trouve ça pas mal, mais c'est vrai que que le dernière épisodes était un remake de Prison Break version mexicaine, mais bon sachant que c'est un récit qui t'apprend les bases, c'est tout à fait normal qu'il y est des petites erreurs, pense comme même à avoir le fil conducteur de ton histoire en tête et à mieux organiser la suite des épisodes, qui à mon goût, est mal organisé...
J'espère te voir continuer ce récit puisque de toutes manières je veux voir ta progression et puis je veux connaitre la suite ! :P
PS: Concernant l'Atlas très bon défi, sinon Adriano, Ochoa, Cardenas, dis donc il a les thunes le "Padre"
ONE, TWO, THREE, VIVA L'ALGERIE!!!
encore-le-yoyo-by-msd77420-t21198.html


Avatar du membre
Samuel
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1101
Enregistré le : mer. 07 nov. 2007 15:12
Contact :

Re: L'argent fait-il le bonheur ?

Message par Samuel » jeu. 21 oct. 2010 20:48

Oyez ! Oyez !

Je suis indigne, indigne de mes lecteurs, indigne de moi aussi.

Tout d'abord, je voudrais expliquer l'arrêt brutal de cette story. Cette fois,pas d'excuse bidon. Manque de courage, manque d'abnégation, manque d'encouragements à un moment donné.
Cet arrêt est aussi dû à une grosse rupture du scénario. Je me suis embarqué dans une histoire de 250 pages à ce rythme, je ne me voyais pas pouvoir ficeler le tout et quand j'ai réalisé ça, ça m'a découragé.

Du reste, je me suis lancé dans une story pour FM2011. Je m'y prends très tôt, afin de mieux ficeler le sénacrio, commencer avec des bases écrites.

Je vous avouerais que sur cette story à venir il y aura une sorte de prologue assez long, mais concernant le foot. Et puis, les gens de ce forum sont là pour lire et se faire plaisir en lisant, alors qu'importe :)


Autant cette stroy était basée sur l'apprentissage pour moi, autant la future sera la phase finale du teste en quelques sortes. J'ai tiré plusieurs leçons du tutorat de Léo puis Misaki qui me permettront de combler des lacunes importantes.
Ce sera sans prétention, j'espère juste donner du plaisir avec :)


Répondre

Retourner vers « Vos Stories »