Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Le Topic des Modos

Y'en a des comme ça...

Modérateur : Staff FM

Avatar du membre
Cali
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 7192
Enregistré le : lun. 01 oct. 2007 20:32
Partie actuelle : La Mienne
Club préféré : Olympique Lyonnais
Localisation : Saint Jean de thurigneux

Message par Cali » ven. 12 sept. 2008 11:50

Avec Jerzy je craint le pire, après un super héros, un violeur d'enfants, un sniper et pour mayem je n'est pas lu, je me demande ce qu'il trouvera à dire sur ma ganache.


Publicité

Avatar du membre
OeMeric
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 403
Enregistré le : lun. 29 oct. 2007 15:48

Message par OeMeric » ven. 12 sept. 2008 11:58

ça parlera de prostitution vu ton passage dans la vie de Mayem ! :wink:


Avatar du membre
Sim
Modérateur
Modérateur
Messages : 24458
Enregistré le : mer. 06 déc. 2006 16:25
Partie actuelle : Lausanne
Club préféré : OM
Localisation : Lausanne
Contact :

Message par Sim » ven. 12 sept. 2008 12:28

Ben, mis à part Mayem, Jerzy a fonctionné dans l'ordre d'inscription sur le fofo... Donc p'tet que le tour de Tonton n'est pas loin.
Image


Avatar du membre
Jerzy
Modérateur
Modérateur
Messages : 14976
Enregistré le : jeu. 05 juil. 2007 9:28
Localisation : Perth

Message par Jerzy » ven. 12 sept. 2008 13:08

@Sim : Ce n'est que le hasard :D.
Le prochain sera Bormeen en principe, vu que c'est lui qui m'inspire le plus.

Sinon comme Oemeric l'a fait remarqué, le proxénétisme est l'un des évènements marquants de la vie de Cali, mais pas seulement ...
Image

Image

Image


Avatar du membre
Bormeen
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6562
Enregistré le : sam. 01 déc. 2007 14:15

Message par Bormeen » ven. 12 sept. 2008 14:23

jerzy59 a écrit :Le prochain sera Bormeen en principe, vu que c'est lui qui m'inspire le plus.
Et ben.. On est pas dans la merde les enfants. :mrgreen:
Un Kokiri hors de la forêt est un Kokiri mort.


Avatar du membre
Unkle P
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 10418
Enregistré le : lun. 26 mars 2007 15:50

Message par Unkle P » ven. 12 sept. 2008 19:24

Bormeen a écrit :
jerzy59 a écrit :Le prochain sera Bormeen en principe, vu que c'est lui qui m'inspire le plus.
Et ben.. On est pas dans la merde les enfants. :mrgreen:
Surtout quand on connait les moeurs dissolues de l'elfe lambda ... :107:


Avatar du membre
souin
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 4048
Enregistré le : lun. 29 oct. 2007 16:09
Localisation : Dijon

Message par souin » ven. 12 sept. 2008 19:42

jerzy59 a écrit :Après une enfance sans histoire, le petit Sim se découvre une passion au collège : les comics. Passant son temps entre les dessins de Superman, SpiderMan, DareDevil mais aussi Super Dupont, le brave futur modérateur a sa révélation. C’est sûr, plus tard il deviendra super-héros. La seule question qui trotte encore dans sa tête, est quel super héros. Et surtout pour combattre quel super vilain ?

Tout en réfléchissant à cela, Sim perfectionne son amour pour la bande dessinée américaine, méprisant les mangas, et s’inventant une vie dans sa tête, une vie ou, vêtu d’une combinaison moulante, et tous muscles saillants bien à la vue de tous, il sauve des gens, majoritairement des filles blondes à forte poitrine, qui par la suite savent bien s’y prendre pour remercier leur sauveur.

Lorsqu’il arrive au lycée, le tableau est moins enchanteur. N’ayant jamais pratiqué la musculation et ayant un penchant immodéré pour le chocolat fourré au camembert, les muscles abdominaux de Sim peuvent toutefois être comparés vulgairement à une plaque de chocolat qui aurait fondu. Toutefois, toujours avide de nouvelles bandes dessinées, il entretient sa bibliothèque, et découvre toujours plus de nouveaux héros, mais sans son cœur, il n’y en a qu’un, et celui là, c’est Super Dupont.

Super Dupont est le modèle de Sim, pour la bonne raison que les super héros sont toujours croqués parfaitement, bien musclés, beaux, et les adaptations cinématographiques vont allègrement dans ce sens. Super Dupont montre à Sim que l’on peut être un super héros tout en ayant une tête de gros beauf, et c’est ça qui lui plaît.

Au lycée, en terminale plus précisément, il fait la rencontre d’Olga, une charmante polonaise du Nord aux cheveux aussi blonds que les blés. Une rencontre choc, car Sim, jusque là raillé pour ses goûts concernant les hommes aux super pouvoirs, lui conférant une bonne réputation dans le petit milieu gay du lycée, trouve enfin quelqu’un qui le comprenne. Non pas que Olga soit fan de ce genre d’écrits, mais c’était une personne très compréhensive, et qui encourageait Sim à vivre sa passion à fond. Et c’est grâce à elle que Sim se confectionna un costume.

« Ce n’est pas grave si tu n’as pas de super pouvoirs » disait-elle. « Ce qui compte ce ne sont pas tes aptitudes, ce qui compte c’est ton courage, et ce que tu fais des aptitudes que tu possèdes ». Une révélation pour lui. Ayant quelques capacités en couture elle lui proposa de l’aider à se faire un costume. Il faut la totale. Une cagoule, ou au moins quelque chose pour masquer une partie de son visage. Lui voulait des lunettes, mais ça faisait trop penser à DareDevil. La cagoule ça passe partout, et c’est une signature visuelle. Puis la couleur. Jaune ? Non, c’est l’apanage de Wolwerine. Bleu, rouge ? Non, Spiderman et Superman entre autres sont les fers de lance de cette association bicolore. Rose ? Ouais, rose c’est bien. Cela peut permettre à Sim de développer son style. Alors vous pouvez vous dire que Olga se foutait simplement de sa gueule, mais sincèrement ce n’était pas le cas. Sim était enfermé dans son monde de BD et vraiment elle voulait le mieux pour lui.

Ainsi naquit la combinaison rose, et noire sur les flancs. Il avait de l’allure avec. Bien sur sa morphologie alliée au costume pouvait prêter à sourire. Mais au moins maintenant Sim était un super héros. Super Sim. La première fois qu’il a porté son costume, il se sentait invincible. Olga lui a proposé de faire un petit jeu de rôle, pour qu’elle puisse voir ce que ça fait de se faire sauver par un homme en combinaison rose. Elle simula un danger, et Super Sim vint la sauver. Et comme dans ses vieux fantasmes, la récompense était à la hauteur du travail fourni. Puis il laissa tomber cette fille, car un super héros ne doit pas avoir de sentiment, pour ne pas risquer de se laisser corrompre par eux. Olga ne l’a jamais oublié, et lorsqu’elle repense à ses moments, quelques larmes poignent au creux de ses yeux, et les mots « qu’ais-je fait » sortent péniblement de sa jolie bouche couverte de gloss.

A la fac, le jour, Sim est un étudiant comme les autres. Travaillant sérieusement pour avoir des diplômes. Le soir, il est Super Sim. Il erre les rues dans sa belle combinaison, et parfois sauve quelques personnes. Pourtant il n’a jamais fait d’art martiaux, ce n’est pas un professionnel du close combat. Mais il leur faisait la spéciale Sim. « Tous les hommes ont le même point faible, qu’il soit petit, grand ou gros » disait-il. Et comme dans ses fantasmes, parfois, les femmes savaient le remercier. Toutefois, ces soirées lui rappelaient la belle Olga, qu’il a perdu il y a maintenant un petit moment, et parfois il est possible que Sim se surprenne en train d’éprouver une once de regrets.

Puis, pour se donner une allure un peu impressionnante, il se fait confectionner des fulgoro-poings avec la paye qu’il obtiens chaque mois en nettoyant les toilettes de la gare de sa ville. De quoi ressembler encore plus à un super-héros.

Arriva le soir ou Sim, en tenue de ville, mais la belle combinaison dans son sac, vit cette demoiselle se fait invectiver dans la rue par un jeune lascar. La légende murmure que cette femme attendait l’arrivée de Super Sim, car il commencait à se faire une petite réputation, et les journaux s’amusaient de celui qui se prenait pour un justicier, en le félicitant toutefois pour les personnes qu’il a pu sauver de quelques emmerdements toujours désagréables.

Sans hésiter, Sim va se changer. Super Sim vient au secours de la demoiselle. Et tout se passa vite, très vite. Il repoussa le jeune homme, au moment ou un bus lancé à pleine vitesse passait sur la rue. L’homme fut retrouvé avec un trou de balle dans le front, et malgré l’absence d’arme pour Sim, il fut malgré tout condamné à 3 ans de prison.

En prison, Sim est du côté des mâtons. Une vulgaire balance comme on dit dans le milieu. Il est bien vu des gardes, et forcément cela entraîne des scènes douloureuses dans les douches. Difficile au début, avec notamment la pose de quelques points de suture, qui furent explosés le lendemain, Sim finit par prendre goût à ce qui est devenu un rituel. D’aucuns le soupçonnent d’ailleurs d’avoir volontairement abusé de sa complicité avec les gardiens afin d’y avoir droit, comme on dit, plus tard dans la soirée. Il fit également la rencontre d’Adriano, au parloir, un homme qui lui apprit qu’il est le véritable responsable de la mort de cet homme. Sim n’était pas rongé par la culpabilité. Il a cru la fille en danger, il l’a sauvée et pour lui il n’y a que ça qui compte. Une complicité s’installe entre les deux hommes, qui se voient de plus en plus souvent, mais jamais Adriano n’obtint de droit de visite privée, à leur grand regret.

Un autre vint le voir également, il se présenta sous le nom de Babos, un personnage énigmatique aux cheveux poivre et sel. Il déclara tout connaître du passé de Sim, et que sa mentalité de super héros serait la bienvenue dans son équipe de super-modos. Enthousiaste, Sim accepta, bien que Babos lui interdit formellement le port de la combinaison rose. Enfin, Sim allait être payé pour ce qu’il aime, sauver les gens et bouter les impies hors du territoire. Sa nouvelle vie allait commencer.

A sa sortie de prison, il noua une relation privilégiée avec Adriano. Ils s’installèrent ensemble, se pacsèrent, pour ne plus avoir à payer trop d’impôts, puis se marièrent face à l’équipe de modération, dans une cérémonie cosy menée de main de maître par Tussjean. En apparence, Sim est un homme heureux, avec son passé loin derrière lui.

Mais si l’on y regarde un peu plus attentivement, parfois, le soir, un homme en combinaison rose erre ça et là dans les méandres de son territoire. Il prétend ne pas savoir trouver le sommeil. La vérité est que parfois, malgré les bras réconfortants d’Adriano, Sim éprouve le désir de revenir à sa vie d’avant. Il enfile sa combinaison, et joue au justicier, comme quand il était jeune. D’aucuns pensent que c’est également pour respecter le souvenir d’Olga, la seule femme qu’il ait jamais aimé, et qui est morte alors qu’il était en prison. Mais ne le répétez pas, il me semble que Sim ne soit pas au courant. C’est à elle qu’il pense en enfilant sa combinaison rose qui a mal vieillie. C’est à elle qu’il pense lorsqu’il ferme les sujets à qui mieux mieux, le soir, essuyant aux passages quelques larmes chargées de regrets. Il se murmure qu’il doute même de son amour pour Adriano. Oui, en apparence Sim est une personne heureuse, mais il est l’un de nos hôtes les plus tourmentés.


Image
[url=http://www.footmanager.net/forum/sutra120063.php#120063][img]http://i212.photobucket.com/albums/cc9/giantsouin/Bannire2.jpg[/img][/url]

j'dis ca, j'dis rien !


Avatar du membre
Albiceleste
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 4406
Enregistré le : mer. 07 nov. 2007 22:34

Message par Albiceleste » ven. 12 sept. 2008 19:58

Excellent ! Bravo Souin !


Avatar du membre
Sim
Modérateur
Modérateur
Messages : 24458
Enregistré le : mer. 06 déc. 2006 16:25
Partie actuelle : Lausanne
Club préféré : OM
Localisation : Lausanne
Contact :

Message par Sim » sam. 13 sept. 2008 1:20

J'aime... les couleurs, la libellule et la ceinture made in K-Way.

J'aime pas... les gants de boxe que j'aurais vu noirs, la gueule de ce gars (j'préfère quand même la mienne, je mettrai une photo potable un de ces 4) et la forme bizarroïde et incongrue du paquet qui me sert de couilles.

Good job.
Image


Raymond Lascience
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1684
Enregistré le : jeu. 05 juin 2008 8:27

Message par Raymond Lascience » lun. 15 sept. 2008 8:02

Souin, un tout grand merci pour la photo retrouvée de Super Sim !
C'est superbe !
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15587.php/]Passes[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15657.php/]Pressing[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15754.php/]Fatigue[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15705.php/]Communication[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15538.php/]PT[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic9610.php/]Finances[/url]


Avatar du membre
Jerzy
Modérateur
Modérateur
Messages : 14976
Enregistré le : jeu. 05 juil. 2007 9:28
Localisation : Perth

Message par Jerzy » lun. 15 sept. 2008 11:38

Les images défilent sur le petit écran bleu de 32 cm, dans son lit l'homme regarde et se masturbe, discrètement sous sa couette. Sa porte n'a jamais fermé à clef, sa mère pourrait débarquer n'importe quand, ni vu ni connu, l'homme se graisse la paluche, devant ce film qu'il a vu de nombreuses fois, mais qui lui procure le même plaisir inexorablement. Ce film c'est speed. Keanu Reeves est vraiment le modèle du male moderne. Sa relation homosexuelle avec son partenaire Jeff Daniels crève l'écran. Seulement la censure moraliste américaine a dû changer le scenario. Foutu vieil esprit. Mais qu'importe, le duel avec Dennis Hopper est magnifique, on peut ressentir toute la beauté de la chose, la scène de corps à corps sur le toit du métro dans le tunnel est vraiment sensuelle, le plaisir arrive au paroxysme…Rhaaaaaa, ça y est, Hopper est mort, l'homme a joui !!! Il s'en veut car ce n'est pas la scène la lus torride. Pas celle là. Il attend un peu, et voilà Jack est maintenant enchainé à la barre, il se prépare à mourir. A chaque fois il se dit la même chose, Ce cageot de Sandra Bullock gâche le film. Et elle gâche ce final magnifique…Il soupire, blasé, il n'a regardé la fin qu'une fois, la première fois. Mais cette scène où ils s'embrassent au milieu des photographes et de la foule le ferait presque vomir…
Beurk… A table, sa mère le convoque pour manger, il revient à la réalité, des mouchoirs ont été prévu, c'est bon. Hop hop hop, il descend l'escalier, et engloutit le poisson aromatisé glace miel nougat, son plat préféré …
Une fois terminé il enfile son uniforme de la RATP et va retrouver sa magnifique machine, SON bus , l'unique….

C’est tous les jours la même routine. Enfin, il y a quand même des choses qui varient selon qu’il desserve la ligne A ou la ligne B. Parfois lors, des vacances scolaires, lorsque le flot d’étudiants est quasiment inexistant, il se fait muter sur la ligne C, sa préférée. La ligne qui lui permet de passer devant chez Aurélien, le petit coiffeur de la rue Saint-Michel, ce coiffeur dont il est sûr de l’homosexualité, ce visage qu’il peut presque apercevoir quand il stoppe son bus a peu près au milieu de la rue, avec une vue directe sur son amour secret. Puis il continue sa route, et passe devant le vieux théâtre de la rue Boileau. Ce théâtre dont il aimerait tant fouler les planches, se faire repérer, et vivre son rêve de jeune premier dans le cinéma, de préférence les films d’actions, de préférence avec Keanu Reeves. Puis après de nombreuses navettes journalières, il rentre chez lui, enfin, chez sa mère, et se met un DVD. Le plus souvent, il choisit un de ses films cultes, l’un de ceux qu’il a vu des milliers de fois, mais qui lui procure toujours un plaisir intense. Son préféré est Point Break, il aime lorsque Keanu Reeves ne parvient pas à tuer son ami, qui est pourtant celui qu’il recherche. Puis il se met à tirer en l’air, simplement parce qu’il n’y arrive pas. Et ces surfers sont si beaux.

Depuis quelques temps, son bus est une clé essentielle du trafic de drogue de la ville. Un gros bonnet venu un jour lui demander un droit de transit par le bus. L’homme lui a proposé plus du double de son salaire pour, une fois par semaine, faire un crochet par la zone industrielle, à la fin de son service. Zone qui se trouve sur les chemins des lignes A et B. Le mode de fonctionnement est simple. Un jour, un homme aux allures de bouchers des Carpates est venu aménager un espace sans fond dans le bus. Et chaque jour, les petits producteurs à la solde du gros bonnet local viennent mettre discrètement des substances dans la cachette. Et à la fin notre chauffeur dépose le tout dans cet endroit préétabli. Parfois de l’herbe, parfois de la coke, parfois de l’héro, des médicaments. Un peu de tout. Et puis ça met un peu de piment dans sa vie. Depuis toutes ces années que sa mère lui demande de quitter la maison. Avec cet argent qu’il met de côté il espère se payer cash un appartement bientôt, et prendre son envol dans la vie. Non pas que sa vie actuelle ne lui plaise pas, mais il est toujours agréable d’avoir vraiment son chez soi.

Notre modérateur mène donc une vie plus ou moins tranquille, avec une double face. Celle du chauffeur de bus et celle de livreur de drogue. Un jour, un jeune homme de 17 ans a fait une overdose. Sa coke venait de ce bus. Un autre jour, un homme complètement arraché au speed tue une femme dans la rue sous les yeux de son compagnon. La came venait du bus. Et cet homme qui complètement stone est tombé dans le fleuve pour s’y noyer, celui qui est mort d’avoir mélangé alcool et médicaments, et ceux qui sont morts pour ne pas avoir respecté scrupuleusement les doses à fournir. Parce que parfois notre chauffeur prélevait un peu de la cargaison pour sa consommation personnelle. Sans le savoir il mettait sa vie en danger. Sans le savoir, il tuait indirectement nombre de personnes.

Un jour habituel, ligne A, fin de service, au terminus, un homme monte. Le chauffeur lui stipule que sa journée est finie. Mais l’homme veut parler. Il ne l’a jamais vu lui, que ce soit dans le bus a planquer de la came, ou près du vieil entrepôt ou il dépose la marchandise chaque semaine. L’homme déclare s’appeler Babos. Il a dans les mains un dossier épais comme le bras. Il le donne au chauffeur, puis descend du bus. Il dit qu’il reviendra lors de la prochaine livraison. Il demande de réfléchir.

En rentrant chez lui, le chauffeur de bus regarde dans le dossier, après s’être masturbé en voyant Néo s’infiltrer dans ce bâtiment, tuant tous les agents de la matrice. Ce dossier est équivoque, il présente les victimes de la drogue dont le chauffeur en est directement, ou indirectement responsable. Cherchant à refouler sa culpabilité, il brûle le dossier, se disant que ce n’est que foutaise.

La semaine suivante Babos revient, et propose au chauffeur de bus d’oublier son passé et de venir faire de la modération. Pourquoi lui ? Il l’ignore. Mais il refuse cette proposition, puis livre la came et rentre chez lui. Le lendemain, sur la ligne A, un gosse qui a été payé pour délivrer un message lui donne un papier. L’impensable. « A partir de maintenant, si ton bus passe sous les 90km/h, il explose ». Il se retrouve dans un film, ce film qui a fait dégager des litres de sperme de son corps. La menace est elle sérieuse ? Il accélère et rate le premier arrêt. A l’intérieur les gens commencent à paniquer. Et dans le rétroviseur il peut voir la silhouette de ce Babos, venu assister personnellement à la destruction de la vie d’un chauffeur de bus et de ses utilisateurs.

Dans la rue La Fontaine, il ne voit pas cet homme en costume rose, il ne voit pas le sniper en haut d’un bâtiment, il ne voit pas cet homme qui fait un écart sur la route. Et il le percute de plein fouet. Dans la rétroviseur il voit Babos se lever, s’approcher. Et il lui dit : « Maintenant tu es un criminel ». Puis il se rend compte que le bus n’a pas explosé. Que tout ça n’était qu’une mauvaise blague. Et que maintenant il a du sang sur les mains. « Je te retrouverai » dit Babos.

Quelques jours plus tard, notre chauffeur, qui a été licencié, se masturbe dans le salon, profitant de l’absence de sa mère. Babos entra sans crier gare, provoquant la gêne de notre homme. Babos lui apprit que ses anciens employeurs mafieux ne sont pas contents. Et que sa tête est mise à prix. Que la seule solution est d’entrer dans la modération. Et que ça l’aiderait à évacuer sa culpabilité, que ça donnerait un but à sa vie. Déjà rongé par la culpabilité, et dans l’attente d’une convocation pour déterminer sa responsabilité dans la mort du jeune Mayem, il accepta la proposition. Et Babos demanda au chauffeur de choisir un nom, un nom d’emprunt, celui qui doit définitivement effacer sa vie, sa vie d’avant. Alors il réfléchit. Et bredouilla … « Entium, appelez moi Entium… »


(Merci au Doc pour la collaboration)
Image

Image

Image


Raymond Lascience
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1684
Enregistré le : jeu. 05 juin 2008 8:27

Message par Raymond Lascience » lun. 15 sept. 2008 12:21

Encore une fois génial !
C'en est dommage que je ne connaisse pas plus les modos : je suppose que tu y mets beaucoup d'allusions.
Je n'ai jamais "vu" Entium je pense.
Avec autant d'exercices, il doit avoir un bras droit comme sa jambe...
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15587.php/]Passes[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15657.php/]Pressing[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15754.php/]Fatigue[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15705.php/]Communication[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic15538.php/]PT[/url]
[url=http://www.footmanager.net/forum/ftopic9610.php/]Finances[/url]


Répondre

Retourner vers « Inclassables »