Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Mafiarosa - Episode 5

Libérez l'écrivain à crampons qui sommeille en vous.

Modérateur : Staff FM

Avatar du membre
energumene
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 2632
Enregistré le : lun. 13 juil. 2009 15:12
Partie actuelle : Globetrotter
Club préféré : OM
Localisation : Entre le Var et l'Hérault.

Mafiarosa - Episode 5

Message par energumene » dim. 17 juin 2012 20:17

Bonjour à tous. Après "Owl", une première tentative de story dans le monde du football anglais, je reviens avec "Mafiarosa", qui se déroule en Italie, à Palerme, plus précisément. Le but de cette story n'est pas d'être à 100% réaliste. Elle est de divertir, de faire rêver, de procurer des émotions. Certaines choses pourraient vous paraître incohérentes, ou tout simplement grotesque. Voyez ce pilote comme celui d'une série télé, sans les publicités.

En espérant que ce premier épisode vous plaise !
________________________________________________________________________________________________________________
" Mafia : Organisation dont les fonds propres sont faits d’argent sale. »

« Dans la lignée des Soprano et du Parrain, cette story vous plonge au cœur de la mafia sicilienne. Vic « le Cruel », patriarche de la grande famille Obero et parrain de Palerme, vient d’acquérir le club de la ville, et souhaite en faire une place forte du football européen. Blanchiment d’argent, corruption, intimidation et attaques de hooligans, pour Vic Obero, tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. »

DRAMATIS PERSONAE

PERSONNAGES PRINCIPAUX

Victor « Vic » Obero, dit le Cruel : Patriarche dans la grande famille Obero, il est le chef du clan, et contrôle de nombreuses institutions locales. Réputé pour son sadisme et son sang-froid, il ne recule jamais devant rien.

Giovanni « Oncle Gio » Obero : Frère de Vic, très aimé dans la famille pour sa sympathie naturelle et son enthousiasme. Il considère ses neveux comme ses propres enfants et tient aux liens du sang plus que quiconque.

Giuseppe « Pepe » Obero : L’aîné des enfants de Vic. Dur en affaire, il marche sur les traces de son père depuis son adolescence. Il est l’héritier désigné de Vic, mais suscite les convoitises de son frère Vincenzo.

Leonardo « Leo » Obero : Cadet des enfants de Vic, c’est l’homme d’affaire de la famille, celui qui gère l’argent. Il est nommé président de l’US Palerme par son père lors du rachat du club.

Vincenzo Obero : Le plus jeune fils de Vic. Impulsif, jaloux, et rongé par la haine pour ses frères, il cherche souvent à tirer profit des situations, et à s’accaparer le mérite. Il reste tout de même un criminel très professionnel.

Tomi Obero, dit le Fou : Fils aîné de Pepe, psychopathe en puissance, il traine une réputation de cannibale du crime derrière lui, et doit souvent réprimer ses ardeurs pour ne pas dérailler.

Quentin « Tino » Obero : Le plus jeune fils de Pepe. A peine âgé de dix-neuf ans, il est très récemment entré dans l’affaire familiale, plus par défaut que par vocation. Il est très protégé par son père.

Phillip « Phil » Clarkson, dit l’Américain : Homme de main originaire du Queens, Phil est venu en Sicile sur ordre de son patron, Abraham Bronson, un baron du crime dont le commerce a été un temps associé à celui de Vic Obero, pour maintenir l’entente entre les deux camps. Père de James Clarkson.

James Clarkson, dit Junior : Jeune joueur, intégré dans l’équipe junior de l’US Palerme dès la prise de pouvoir des Obero au club, même s’il ne brille pas par son talent. Il est le meilleur ami de Tino.
_______

Vincenzo but une nouvelle gorgée de son whisky. Il fit la grimace.

« Qu’est-ce que c’est que cette pisse ?! »

Il vida le contenu à même le sol, sous les yeux médusés de Zamparini. D’un claquement de doigt, il ordonna qu’on lui amène sa flasque. Le goût de son propre breuvage le fit sourire.

« Il n’y a que les Obero pour fabriquer une telle merveille. »

Satisfait, il posa le flacon sur la table. A ses côtés, le président tremblait littéralement. Une goutte de sueur tomba du bout de son nez.

« Que disiez-vous, déjà ?
- Que le … le club n’était pas à vendre.
- Ah oui. »

Vincenzo entrelaça ses doigts puis les étira, provoquant une rafale de craquements. Zamparini déglutît. Vincenzo, lui, ricana.

« Ca alors ! Je vous croyais plus dur que ça. On dit de vous que vous êtes … « volcanique », c’est ça ? »

Vincenzo se pencha vers le président.

« Vous voulez que je vous dise ? Vous n’êtes pas plus volcanique que votre whisky pur malt.
- Êtes… Êtes-vous là pour… pour me faire une offre ou m… m’intimider ?
- Hmm... Les deux mon général. »

Image

Pas si dur que ça, ce Maurizio...

Il fixa Zamparini dans les yeux. Celui-ci baissa immédiatement la tête.

Vincenzo sourît.

« Savez-vous qui je suis ?
- Vous avez parlé des… Obe… Obero, non ?
- Exact. Mon nom est Vincenzo Obero. Mon père, Victor Obero est à la tête d’un empire du crime presqu’aussi large que la Sicile entière. Enfin, c’est la version officielle, celle qui ne dit pas tout. On pourrait aussi dire qu’il est à la tête de l’empire du crime le plus avide de sang et le plus intimidant de l’Histoire. Enfin, une dernière version serait de dire qu’en plus de posséder l’empire du crime le plus avide sang et le plus intimidant de l’Histoire de l’humanité, il est l’homme le plus cruel d’Italie. »

Des larmes de peur coulèrent des orbites tremblotantes du président.

« Alors, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Quand je suis entré, vous avez dis deux choses : l’un correcte, et l’autre incorrecte. Oui, je suis bien venu pour acheter votre club. Et, je vous assure, ce club est bien à vendre. »

Nouveau claquement de doigts, et l’un des gorilles amena une enveloppe blanche très fine. Vincenzo s’en saisit et la tendit à Zamparini, qui, sans se faire prier, l’attrapa et l’ouvrit à la volée.

« Trente-deux millions. C’est notre première offre. Mais c’est aussi la dernière. »

Zamparini leva les yeux. Les hommes de main de Vincenzo braquèrent leurs semi-automatiques sur lui. L’un d’eux s’offrit même le luxe de le recharger, pour se donner un peu de classe.
_

MAFIAROSA

Pilote

« Le Clan des Siciliens »
_
« Si tu veux mon avis, Marlon Brando est le meilleur acteur de tous les temps.
- Ouais. Dommage qu’il soit mort. »

James fronça les sourcils.

« Il est pas mort.
- Bah, si, il est mort.
- Mais non !
- Mais si, il est mort, raide mort, ça fait un bail !
- Non mais, en fait, je crois que tu n’as pas saisi ce que je voulais dire.
- Explique-toi.
- Je veux dire, Marlon est toujours là, parmi nous. Il ne nous a jamais quitté. Cette gueule, ce charisme, cette présence, a marqué à tout jamais, le cinéma, la société, les gens. Et quand je te dis qu’il n’est pas mort, c’est pas comme les gens qui disent que Paul McCartney a été remplacé par un sosie après sa mort accidentelle, non. Ou même comme les malades qui disent avoir vu un fantôme blanc comme un norvégien dans les allées sombres d’un cimetière. Non, c’est rien de tout ça. Marlon Brando est bien vivant, et, chaque fois que tu te trouveras en face de quelqu’un qui te diras le contraire, tu te trouveras en face d’un putain de menteur.
- Mais qu’est-ce que t’as fumé ?
- Je ne fume pas, tu le sais bien. C’est mauvais quand on est un sportif de haut niveau.
- Tu viens à peine d’intégrer l’équipe des jeunes et tu te prends pour un putain de sportif ? Ca y est, tu te prends déjà pour Alessandro Nesta ?
- En attendant j’y suis, dans l’équipe. Toi, non, et c’est pas avec ce bourrelet que tu vas y arriver. »

Il pinça affectueusement la brioche de Tino, qui se dégagea vivement de lui.

« Va te faire foutre. »

Image

Streets of Palermo...

Ils marchaient maintenant depuis une heure dans la cité, sous un soleil de plomb, et apparemment, James ne semblait pas prêt de s’arrêter.

« Tu peux me rappeler où on va ?
- Pour la centième fois, au Vincere ! Bon sang, Tino, arrête de prendre de la drogue !
- Primo, j’en prends pas, et deuxio, c’est pas moi qui spécule sur Marlon Brando, que je sache.
- Ça n’a aucun rapport, si tu ne comprends pas pourquoi je spécule, c’est parce que tu n’as aucune imagination. Sérieusement, ton père veut forcément qu’on fête ça ! C’est un grand moment dans l’histoire de la famille !
- Comment peut-on vouloir fêter une transaction aussi peu équitable que celle-là ? C’est pas comme si Palerme avait gagné la Série A en faisant jouer la réserve ! Ils ont fait une offre de dingue tout en braquant Zamparini. Tu parles d’une surprise, il allait pas refuser !
- Oublie tout ça. Les Obero sont maintenant les heureux propriétaires d’un club professionnel, et pour très longtemps. »

Un quart d’heure plus tard, ils entraient dans le club, connu pour appartenir à la famille depuis de nombreuses années. Et visiblement, la fête avait déjà commencé.

« Leo, tu peux m’expliquer ce qu’Oncle Gio fout sur le billard ?
- Il est un peu éméché.
- Un peu ?
- Il a trop forcé sur la grappa. »

Le père de Tino, Pepe, s’approcha tout sourire, et prit sont fils par les épaules.

« Alors, fils, heureux ?
- Tellement.
- Pourquoi je sens de l’ironie dans ta voix ?
- Parce qu’il y en a. »

Image

Leo.

Leo soupira.

« Allons, Tino, réjouis-toi !
- C’est facile à dire pour toi, tu vas être président.
- Ce que tu peux être rabat-joie. Tiens, prend une bière.
- Non, merci. »

Leo haussa les épaules, et s’éloigna vers le bar, en compagnie de James.

Tino tira la manche de son père.

« Où est grand-père ?
- Il règle deux ou trois choses, mais il sera bientôt là. Tu peux me dire ce qui ne va pas ? »

Tino fit une moue étrange.

- On s’est séparé avec Angela.
- Oh, tant mieux, c’était une petite conne.
- Tu trouves ?
- Ouais. Tu mérites mieux, fils. Oublie cette connasse, et viens boire un canon. »

Ils s’approchèrent du bar, et trinquèrent avec les autres.

« A la famille Obero ! Per sempre ! »

Tino grimaça en buvant.

« Qu’est-ce que c’est que ce truc ?! Un crapaud est mort dedans ou quoi ?
- Non, trois ! »

Rire général. Tino ne put s’empêcher de sourire. Aussi attristé qu’il fût par sa séparation avec Angela, le simple fait d’être avec son clan le réconfortait immédiatement.

Oncle Gio vint de derrière lui et passa un bras par-dessus son épaule.

« Mon petit-neveu adoré !
- Salut Oncle Gio. Déjà bourré ?
- Toujours bourré. L’alcool attise le désir, sache-le !
- Alors éloigne-toi de moi ! »

Nouvel éclat de rire collectif. Gio sourit et lui ébouriffa sa tignasse de cheveux bruns et bouclés.

« C’est qu’il a de la répartie, le gamin !
- Et de l’éloquence ! Il est né pour négocier les affaires familiales !
- Papa…
- Attend-toi à avoir de la concurrence, Leo !
- Mouais, je pourrais en faire un assistant.
- Assistant ? Quand t’auras quatre vingt dix ans, ouais, pour t’aider à chier !
- C’EST QUOI CE BORDEL ? »

L’euphorie collective s’arrêta brutalement, et tous se retournèrent. Dans l’encadrement de la porte, la silhouette caractéristique de Victor Obero, dit Vic le Cruel, silhouette aussi culte qu’un film de Tarantino.

Image

Le vic des mauvais jours...

« C’est quoi ce bordel ? Je m’absente cinq minutes et ça y est, c’est la bamboula ? Vous voulez pas non plus inviter Dino Castellazzi, tant que vous y êtes ? Ici c’est mon bar, et c’est moi qui décide quand on bringue, c’est clair ?
- Ne sois pas si dur, Vic, c’est un grand jour !
- Ferme la, Gio. T’es déjà aussi plein d’alcool qu’un réservoir de bagnole ! Alors modère-toi. Où est Vincenzo ?
- Il n’était pas avec toi ?
- Si, mais on s’est séparé, il a dit qu’on se rejoindrait ici. J’en ai marre de ce petit con. Maintenant je vais aller poser ma pêche, et quand je reviens, je veux que tout soit propre et rangé, sinon vous allez déguster. »

Silence de mort. Gio, le regard indescriptiblement sévère, progressa dans la salle et disparut derrière la porte des toilettes.

Pepe siffla.

« C’est le Vic des mauvais jours, ça. Bizarre, bizarre.
- Ca cache quelque chose.
- Ouais, mais en attendant on la boucle et on range. »
*
Le bureau de Vic était, à comparaison, d’une impeccable propreté. Du mobilier de luxe aux tableaux de valeur accrochés aux murs olive, tout brillait intensément. Aussi Tino se demandait-il pourquoi Vic, en bon maniaque du nettoyage qu’il était, autorisait-il qu’on y organise les réunions d’affaires.

Confortablement assis dans son fauteuil de cuir, il buvait les paroles des anciens du clan et tentait de bien tout enregistrer.

« Hors de question. On toucherait au secteur d’Ignazio Florio en faisant ça, c’est donc proscrit. On agit dans les souterrains de cet île, dans l’illégalité, bordel, alors laissons les compagnies maritimes faire leur boulot. »

Comme de coutume, Vic parlait avec autorité et ne faisait aucune concession.

Il se tourna vers Leo.

« J’ai réfléchis, et je vais lancer ton idée de taxis clandestins. On pourra y faire passer un peu de coke, histoire de renflouer les caisses. Rien de bien méchant. Une tonne, tout au plus. T’as eu une idée grandiose sur ce coup-là.
- Merci, papa.
- Si ça marche bien on en remettra une couche. »

Il tourna la tête vers Vincenzo, à sa gauche.

« Maintenant, dis-moi où tu étais hier ?
- Suis allé payer les gars.
- Ne fais plus jamais ça.
- Les payer ?
- Disparaître et ne pas réapparaître au moment où tu m’as dis que tu réapparaitrais.
- J’étais juste allé payer les gars.
- Plus jamais, Vincenzo. Compris ?
- Oui, papa…
- Maintenant foutez le camp, je dois dire un mot à Tino. »

L’adrénaline emplit la poitrine du jeune homme. Ses oncles et son père sortirent en silence, et Vic vint s’asseoir sur le fauteuil à côté de lui.

Image

Tino et son premier costard...

« C’était ta première réunion. J’espère qu’il y en aura de très nombreuses après celle-ci, pour toi. Maintenant que tu es dans notre business, tu ne peux plus en sortir. Notre affaire, c’est comme la famille, c’est pour la vie. C’est clair ?
- Oui, grand-père.
- Pour commencer tu feras des petits boulots avec ton oncle Vincenzo. Il t’apprendra les ficelles, les erreurs à ne pas commettre, les trois A, tout ça. Si tu t’en sors bien, on avisera. Comme mes fils, tu toucheras des commissions à chaque boulot. Ça dépendra de ce que c’est. Des questions ?
- Rien de dangereux ?
- Tu as peur de mourir ?
- Non, mais j’ai peur de mourir trop jeune.
*
« J’en reviens pas. Je me souviens quand ils t’ont apporté. Je t’ai vu, et, je le jure devant Dieu, tu m’as souris. Là, j’étais vraiment heureux. J’ai crié : « Il m’a sourit, mon nouveau né m’a sourit ! ». Je crois que les infirmières se sont un peu foutues de moi, mais bon, je m’en tapais. Et aujourd’hui, dix-neuf ans après, je te conduis à ta première mission. C’est beaucoup d’émotion.
- Tu vas pas pleurer j’espère ? »

Pepe rit de bon cœur.

« Hé, je dois dire que c’est quand même assez émouvant.
- Qu’est-ce que ça sera quand je vais me marier. Enfin, si je me marie un jour.
- J’espère bien que tu te marieras ! Surtout ta mère ! Elle arrête pas de m’en parler, et moi je lui dis que t’es trop jeune, mais elle en rêve déjà. Tu sais comment elle est. Par contre, évite d’épouser une pétasse comme ton ex.
- Je crois que je suis devenu difficile, maintenant.
- A la bonne heure. »

Un long silence s’installa. Tino n’aimait pas les silences, aussi réfléchit-il vite pour trouver un sujet de conversation.

« C’est bizarre que Zamparini ait lâché le morceau comme ça.
- Disons qu’on lui a fait une offre qu’il ne pouvait pas refuser. »

Ils rirent.

Image

Papa Pepe.

« Plus sérieusement, ce mec était devenu une merde. Les rumeurs qui le prétendaient mafieux, des conneries. Il était vaguement appuyé par les Castellazzi dans le temps, c’est vrai, mais c’était juste pour assurer le coup. Au final, il les a délaissé et a perdu son aura auprès de ces connards, c’était donc le moment idéal pour agir. En plus, il avait perdu beaucoup d’argent avec la construction du stade, et comme le club n’avait pas les résultats escomptés… En fait, d’un autre côté, je crois qu’on lui a rendu service.
- Haha, ouais, un sacré service.
- Ce club va assurer notre pérennité et celle de nos descendances pour au moins un siècle. C’est une bonne chose.
- J’ai l’impression que ça emmerde grand-père plus qu’autre chose.
- Vic ne se focalise pas sur ce qui brille. Nous, on voit Palerme, le club de notre cœur, et ses supporters, l’engouement que ça suscite sur cette île. Pour Vic, l’important, c’est la famille, la faire manger, lui donner un toit, satisfaire ses besoins et surtout ses envies, même les plus folles. A force de faire des affaires, tu comprendras comment ça fonctionne dans sa tête.
- Ceci dit, je ne crois que Vic aurait accepté d’acheter un club de la botte.
- Ah ça, c’est sûr. Tu as au moins saisi cet aspect de sa personnalité. Tu l’imagines racheter le Milan ou la Juve ? A part pour les couler, peut-être. Mais tu sais, Palerme, c’est toute sa vie, il n’a d’influence qu’ici. Je veux dire, le choix club s’est imposé naturellement. Il n’aurait pas pu en racheter un autre, ça aurait éveillé trop de soupçons. Ici, sur l’île, c’est plus calme, et quand on est établis, c’est dur d’être délogés.
- A part pour les Castellazzi.
- Qu’est-ce que tu connais de cette histoire ?
- Pas grand-chose. Je sais que les Castellazzi dominaient les marchés noirs et les activités illégales de la ville. Puis, ton grand-père a débarqué et a tout raflé de force.
- Il n’a pas débarqué. Ne dis pas ça à Vic, il te tuerait. Son père n’était pas un immigré ou je sais pas quoi. C’était un italien, un pur sicilien, issu d’une longue lignée de siciliens. Je veux dire, moi je m’en fous, dans le fond, mais pas Vic. Pas Vic.
- Okay, j’ai compris. C’est quoi la vraie histoire, alors ?
- Je sais pas si c’est à moi de te la raconter, en fait.
- Je suis dans les affaires maintenant, tu sais.
- Non, vraiment. Vic te raconteras le moment venu. Mais, à ce propos, puisque tu dis que tu es dans les affaires, j’ai une question à te poser.
- Je t’écoute.
- Tu as choisi par défaut ou par vocation ?

Silence. Tino hésita, puis soupira.

« Je vais pas te mentir, papa, j’ai choisi parce qu’on m’a demandé de choisir.
- Je m’y attendais.
- N’empêche que ça a l’air excitant comme boulot.
- Un peu que ça l’est. »

Tino jeta un furtif coup d’œil à son père. Il lut sa déception sur le visage. Tino songea qu’il devrait montrer plus d’entrain à l’avenir.

Cependant, il se dit également qu’il ne voulait pas finir comme son grand frère Tomi. L’aîné de Tino tirait six mois au trou à l’heure actuelle, après s’être fait serrer en possession de drogue. La honte s’était abattu sur la famille, réputée pour sa discrétion. Vic s’était même une fois gargarisé de n’avoir jamais vu de son vivant un Obero pris sur le fait d’un quelconque crime.

Mais il n’y avait pas que ça. Tomi, âgé de vingt-sept ans, n’avait pas volé sa réputation de psychopathe, et glanant au bout de quelque temps le surnom de « Tomi le Fou ». Et bien qu’il eût du mal à l’admettre, ce surnom n’était pas usurpé. Il était même appréciable au vu du vrai état mental de son frère.

Image

Tomi le Fou...

Après un moment, Pepe se gara sur le trottoir.

« On y est. »

Tino reprit soudainement ses esprits, et son cœur s’emballa.
*
« Le premier qui renverse du champagne sur cette moquette, il ira dormir avec les poissons. »

Quelques heures après que Tino et Pepe aient quitté la maison pour partir en mission, Vic avait accepté que l’on fête son succès dans son bureau, mais en petit comité. Champagne et musique italienne étaient de mise.

Oncle Gio leva son verre pour porter un toast.

« Eh bien, à notre nouveau membre, Tino, qui vient de perdre son pucelage ! »

Ils rirent de bon cœur.

Pepe ne pu s’empêcher de faire un récit précis de ce qui s’était passé.

« Si vous l’aviez vu, c’était merveilleux. Il est entré, il a sorti son flingue devant cette ordure de Sentenza, et il a dit, d’une voix parfaitement calme et grave : « T’as le bonjour de Vic Obero, pourriture. » Et bam ! Un pruneau dans le genou ! Je vous jure, ce pédé hurlait sa mère !
- Le genou, y a rien de plus douloureux.
- Ouais, un jour j’ai tiré dans la rotule d’un mec, et je lui ai carrément arraché sa guibole.
- Arrête de dire de la merde, Gio.
- Je vous jure ! »

Tino sourit. Il se sentait bien.
*
« Comme vous le savez, je ne suis pas un grand fan de foot. Mais étant propriétaire de l’US Palerme, désormais, je dois m’en occuper. J’ai nommé Leo président, pour l’argent, tout ça, enfin vous comprenez. Et comme notre but à long terme et de faire des bénéfices avec ce club, cela demande des investissements. Vous allez lui soumettre des noms de joueurs, et il en discutera avec le directeur sportif. Sur ce, démerdez-vous ensemble. »

Vic sortit sans un regard.

Leo toussa.

« Bon. Vous vivez un pur fantasme pour tous les fans de football, et à fortiori, pour tous les fans de Palerme. Alors allez-y. Quels postes nécessitent selon vous d’être renforcés ? Pepe, à toi la parole.
- Gardien.
- Okay, Pepe, t’as des noms ?
- Nicola Leali. La Juve est sur lui mais il est encore temps d’intervenir. C’est le gardien italien le plus prometteur, et il a pour moi le niveau d’un titulaire.
- Je note. Gio ?
- Il nous faut un attaquant. Un vrai buteur. Un tueur. Une star. D’entrée de jeu, je dirais, Gilardino.
- Bonne idée.
- Mouais, tu parles. Ce mec est un éternel espoir. Il n’a même pas fait l’Euro. Et puis on déjà Miccoli et Hernandez.
- On s’en fout, il a les qualités, et s’il se relance chez nous, il peut casser la baraque. Il aura qu’à jouer à côté de Miccoli, ou Miccoli jouera en numéro neuf et demi. Et Hernandez sera remplaçant, un joker de luxe, tu vois ?
- Bon, je note Gilardino. Tino, à toi.
- Je dirais un bon défenseur pour évoluer à côté de Silvestre et concurrencer Munoz. Donc, je dirais… Ogbonna.
- Okay… Heu, attendez, il nous faut pas un entraîneur, aussi ?
- Ouais, ça serait plus pratique.
- Vic a préféré choisir lui. Il a déjà réglé ça à l’ombre des médias.
- Tu rigoles ? Il a choisi qui ?
- Arrigo Sacchi. »
*
« Fais la passe bordel ! »

Quatre mois jour pour jour après la première réunion familiale footballistique, l’US Palerme dominait la Série A. A raison d’un duo d’attaque brillant, le club venait de battre coup sur coup les deux clubs de Milan, et piquer la première place à une Lazio ressucitée. Sacchi, sorti de sa retraite, avait remis au goût du jour son légendaire 4-4-2 qui avait la gloire de son AC Milan, et les médias vibraient pour leur nouveau club chouchou, au grand dépit des grosses écuries italiennes.

Image

Sacchi fait déjà des merveilles...

Evidemment, les soupçons de corruption, d’argent sale, avaient très vite germés dans les esprits des rivaux, et même des officiels, mais les Obero avaient tous mis en place pour ne pas se faire griller et paraitre aussi blanc que neige.

Vic, lui, n’en avait rien à foutre de tout ce tapage médiatique et de ces rumeurs. Il assistait à son premier match de l’année, depuis son bureau, devant son gigantesque écran mural, accompagné des hommes du clan. Palerme menait un à zéro contre le Chievo Vérone.

« C’était pas mon idée de recruter Gilardino ?
- Si, si.
- Et le voilà meilleur buteur du Calcio. J’avais bien raison.
- Tu vas aller te branler ?
- Fermez vos gueules. »

Le silence revint sur cet ordre de Vic. Quelques minutes plus tard, l’arbitre siffla la mi-temps.

« Bon, c’est pas mal tout ça, mais faudra vite faire le break. »

Soudan, la porte s’ouvrit à la volée. Pepe entra dans la pièce, visiblement paniqué.

« Mauvaise nouvelle, Vic.
- Qu’est-ce qui se passe ?
- C’est Mauro Vanezzi.
- Accouche, merde !
- Il s’est fait descendre. »

Silence.

« Par qui ? »

Pepe avala difficilement sa salive.

« Dino Castellazzi. »
Modifié en dernier par energumene le mar. 10 juil. 2012 16:35, modifié 10 fois.


Publicité

PachaDuBled
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 140
Enregistré le : mer. 09 mai 2012 22:58
Localisation : 978 ......

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par PachaDuBled » lun. 18 juin 2012 10:45

Oui!!!!
« O sweet Saint-Martin's Land »


Avatar du membre
energumene
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 2632
Enregistré le : lun. 13 juil. 2009 15:12
Partie actuelle : Globetrotter
Club préféré : OM
Localisation : Entre le Var et l'Hérault.

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par energumene » lun. 18 juin 2012 11:49

PachaDuBled a écrit :Oui!!!!
Haha mais encore ? :hooo:


Step
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 8
Enregistré le : sam. 02 juil. 2011 10:15

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par Step » lun. 18 juin 2012 13:54

Du très bon, je dirais même excellent. Bravo.
Néanmoins si je peux me permettre (désolé si c'était fait exprès) il me semble qu'en Italien on dit "sempre" et pas "siempre"
« A la famille Obero ! Per siempre ! »
Image


Avatar du membre
energumene
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 2632
Enregistré le : lun. 13 juil. 2009 15:12
Partie actuelle : Globetrotter
Club préféré : OM
Localisation : Entre le Var et l'Hérault.

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par energumene » lun. 18 juin 2012 14:03

Step a écrit :Du très bon, je dirais même excellent. Bravo.
Néanmoins si je peux me permettre (désolé si c'était fait exprès) il me semble qu'en Italien on dit "sempre" et pas "siempre"
« A la famille Obero ! Per siempre ! »
Merci beaucoup. :wink:

Oui, tu as sans doute raison, c'est juste que je ne parle pas un mot d'italien, j'ai écris ça comme ça, c'était dans mon imaginaire personnel. Je vais changer.


Avatar du membre
thomasdebordeaux
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 319
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 8:53

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par thomasdebordeaux » lun. 18 juin 2012 15:57

Super story, moi qui adore l'Italie, je suis servi. Les dialogues sont superbement écrits, les personnages très bien présentés, la cadre footballistique est très intéressant. As-tu augmenté les budgets de départ de Palerme pour coller au concept "famille riche" ?
Continue comme ça en tout cas, c'est parfait !


Avatar du membre
energumene
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 2632
Enregistré le : lun. 13 juil. 2009 15:12
Partie actuelle : Globetrotter
Club préféré : OM
Localisation : Entre le Var et l'Hérault.

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par energumene » lun. 18 juin 2012 16:19

thomasdebordeaux a écrit :Super story, moi qui adore l'Italie, je suis servi. Les dialogues sont superbement écrits, les personnages très bien présentés, la cadre footballistique est très intéressant. As-tu augmenté les budgets de départ de Palerme pour coller au concept "famille riche" ?
Continue comme ça en tout cas, c'est parfait !
A vrai dire, le football n'est qu'un prétexte pour l'histoire. Certes je parlerai du côté sportif, mais je ne pense pas faire de partie dans le jeu parallèlement.

Mais pour le budget, il est clair que l'immense fortune du clan va aider à la venue de meilleurs joueurs à prix importants pour que les bénéfices soient là dans un futur proche.

Merci pour ton com :wink:


PachaDuBled
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 140
Enregistré le : mer. 09 mai 2012 22:58
Localisation : 978 ......

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par PachaDuBled » lun. 18 juin 2012 17:36

En Italien le mot "Toujours" se dit "Sempre" et non Siempre qui viens de l'Espagnol!

Bien à toi!

Un Calabrais!!!
« O sweet Saint-Martin's Land »


Avatar du membre
energumene
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 2632
Enregistré le : lun. 13 juil. 2009 15:12
Partie actuelle : Globetrotter
Club préféré : OM
Localisation : Entre le Var et l'Hérault.

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par energumene » lun. 18 juin 2012 17:41

PachaDuBled a écrit :En Italien le mot "Toujours" se dit "Sempre" et non Siempre qui viens de l'Espagnol!

Bien à toi!

Un Calabrais!!!
Malheureusement tu arrives trop tard, j'ai déjà changé sur le conseil de Step.

Bien à toi ! :wink:


Step
Réputation Locale
Réputation Locale
Messages : 8
Enregistré le : sam. 02 juil. 2011 10:15

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par Step » lun. 18 juin 2012 18:36

j'étais pas sur de moi, car je me disais que tu étais peut-être sicilien et que c'était du dialecte. :mrgreen:
En tout cas j'ai vraiment hâte de pouvoir lire ta suite , c'est une story qui s'annonce passionnante!
Image


PachaDuBled
Réputation Régionale
Réputation Régionale
Messages : 140
Enregistré le : mer. 09 mai 2012 22:58
Localisation : 978 ......

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par PachaDuBled » lun. 18 juin 2012 18:39

En sicilien!!!!Ce qu'il faut pas lire ici .......
« O sweet Saint-Martin's Land »


Avatar du membre
energumene
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 2632
Enregistré le : lun. 13 juil. 2009 15:12
Partie actuelle : Globetrotter
Club préféré : OM
Localisation : Entre le Var et l'Hérault.

Re: Mafiarosa - Pilote

Message par energumene » lun. 18 juin 2012 18:57

PachaDuBled a écrit :En sicilien!!!!Ce qu'il faut pas lire ici .......
C'est l'Italie ton bled ? Sinon tu ferais mieux de pas faire le pédant. Si t'as des commentaires à faire sur ma story, c'est le bon endroit. Mais si tu veux écrire des choses inutiles et faire le malin, va ailleurs.


Répondre

Retourner vers « Vos Stories »