Rejoignez la communaut FM sur Facebook

Une passion, une ambition, un métier

C'est ici que se trouvent les plus belles histoires du forum

Modérateur : Staff FM

Répondre
ivo
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 431
Enregistré le : ven. 09 oct. 2009 7:01

Une passion, une ambition, un métier

Message par ivo » jeu. 17 juin 2010 22:10

Préface
Image
Passion et ambition. Voici mes deux plus grosses motivations pour réussir ma carrière professionnelle.

Tout d'abord, la passion. Pour le sport, pour le football, ce sport qui provoque tant d'émotions chez les petits comme les grands. Ce sport capable de soulever des foules, de les faire pleurer de bonheur ou de tristesse. Ce sport capable de faire oublier tous ces problèmes à n'importe quel peuple le teps d'un match ou d'une compétition. Moi aussi, je suis tombé dedans quand j'étais petit et depuis je grandis avec. Mon père m'y a initié et m'a transmis tout son ressentit pour ce sport. Mais ma passion pour le football ne s'arrête pas là où les émotions commencent. Bien au contraire, j'aime ce sport pour sa complexité et sa précision. La préparation physique, la préparation technique, la mise au point tactique et la mise en condition psychologique sont autant de facteur qui peuvent dicter la réussite ou non d'une équipe. J'aime analyser, décortiquer et travailler sur ces quatre points pour tirer le meilleur de mes équipes, le meilleur des mes joueurs individuellement. Je suis un passionné de mon métier, celui d'entraîneur.

Puis, vient l'ambition. Qui n'a jamais rêvé d'être le meilleur dans son métier ? Que celui qui ne l'a jamais voulu me jette la première pierre ! Et bien je n'échappe pas non plus à cette règle simple. Je désire faire partie du gratin, du top des entraîneurs mondiaux. Pas forcément être le meilleur, car je pense que l'être est totalement subjectif. Qui de José Mourinho ou de Pep Guardiola est le meilleur ? Certains diront l'un, d'autres diront l'autre, selon leurs propres critères, leurs envies et leurs goûts. Par contre, faire partie des meilleurs entraîneurs du monde est une récompense basée sur l'objectivité. Mourinho, Guardiola, Ferguson, Capello, Lippi... Ceux-là sont incontestablement dans le top 10 des entraîneurs. C'est dans ce cercle que je veux rentrer !

Pour réussir dans mon métier, je ne me contente pas de ces motivations. Je sais que pour réussir là où bons nombres ont chuté, il faut de la connaissance, de la compréhension et du feeling. Pour ce dernier, ça ne s'apprend pas. Ou vous l'avez et savez l'utiliser à bon escient ou alors vous ne l'avez pas et nul sert de chercher. Par contre, pour la connaissance et la compréhension, l'affaire est tout autre. Il faut de longues heures d'observation, de conversation et de réflexion. Je m'estime sur ces trois aspects être un homme chanceux. Le feeling, je l'ai. La connaissance et la compréhension, je les ai apprises. Et pas n'importe où, ni avec n'importe qui. Simplement avec les meilleurs...

Aujourd'hui, je suis prêt à me lancer dans le grand bain. J'ai les qualités pour réussir. J'ai également la motivation pour conquérir. Tout est entre mes mains. A moi de jouer...

...
Modifié en dernier par ivo le lun. 22 août 2011 8:55, modifié 2 fois.


Publicité

Avatar du membre
Cali
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 7192
Enregistré le : lun. 01 oct. 2007 20:32
Partie actuelle : La Mienne
Club préféré : Olympique Lyonnais
Localisation : Saint Jean de thurigneux

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par Cali » jeu. 17 juin 2010 22:20

Je ne suis pas un grand adepte du commentaire d'épisode d'introduction, car souvent ils sont pauvres en information sur la partie qui va suivre et c'est effectivement le cas ici. Ce qui ne veut pas dire que cela soit mauvais, bien au contraire je trouve cela très bien écris donc une bonne première impression même si reste sur ma fin pour le contenue, je vais donc attendre la suite. Par contre il y a une micro faute:
à n'importe quel peuple le teps d'un match


Avatar du membre
elvis
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 1134
Enregistré le : mer. 25 avr. 2007 17:10

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par elvis » ven. 18 juin 2010 21:55

J'aime bien cette introduction, j'ai l'impression qu'on va vite aller au sportif. Ca donne envie de voir la suite :)


ivo
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 431
Enregistré le : ven. 09 oct. 2009 7:01

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par ivo » lun. 21 juin 2010 5:55

Chapitre 1
La Rencontre
Image
Porto, le 17 Octobre 1977.

Neuf mois que mes parents m'attendent. Aujourd'hui est le jour « J ». J'essaie de sortir tant bien que mal. La lumière se fait de plus en plus forte, la chaleur diminue de plus en plus. Je n'arrive plus à ouvrir les yeux, la lumière m'aveugle. Je sent quelque chose que me tire de mon habitat naturel, La tête, les épaules, puis tout le reste. Les odeurs, les voix ne me disent rien tandis que je n'arrive toujours pas à ouvrir les yeux. Je hurle de toutes mes forces pour appeler mes parents.
Ca y est, je reconnais son odeur, sa voix, son rire et sa douceur. C'est ma mère. Elle me prend dans ses bras. J'y suis bien.

« Luis André, Luis André... Bemvindo filho... E ruivo... »

C'était la première fois que j'entendais si bien ma mère parler. Le son était clair et proche. Mais rapidement j'entends d'autres voix dont une qui m'est familière. Elle aussi, je la connais bien. Je l'entendais souvent mais jamais de manière aussi proche, aussi distincte.

« Luis André, meu filho... »

C'est mon père, je le reconnais. Je n'ai maintenant plus rien à craindre. Ils sont là pour me protéger.

xxxxx

« O ruivo » (Le rouquin), c'est le jour de ma naissance que j'ai pour la première fois entendu ce mot. Il sortait à l'époque de la bouche de ma mère. Depuis, il revient souvent et est devenu mon image de marque, mon surnom. Un portugais rouquin, c'est plutôt rare. Alors forcément, ça devient un signe distinctif. Mais comme chaque chose a une explication, ma rousseur n'échappe pas à cette règle. Je viens d'une noble famille de baron où mon grand-père a choisi pour femme une belle anglaise, Margaret Neville Kendall. J'en déduis que ma rousseur fait partie de mon côté anglais. Ce n'est d'ailleurs pas le seul héritage culturel que ma grand-mère m'ait laissé. Elle m'a également appris l'anglais, dès mon plus jeune âge, dans la plus pure tradition anglo saxonne. C'est aujourd'hui l'une des raisons de mon excellent niveau d'anglais.
Mon deuxième signe distinctif, c'est ma passion pour le football. Au premier abord, rien de très particuliers. Le football est une espèce de religion au Portugal où 90% des hommes sont croyants et pratiquants. Mais moi, ce que j'aime, ce sont les statistiques, les analyses, les tactiques. Je porte un regard sur le foot comme aucun autre adolescent de mon âge. A 15 ans, mes copains pensent plutôt à imiter les exploits de Paulo Futre ou Fernando Gomes. Moi, je rêve de devenir un Artur Jorge ou un Sven Goran Eriksson. Mes heures creuses, je les passe sur Championship Manager, une simulation d'entraîneur. Mes potes ne comprennent pas l'intérêt démesuré que je porte à ce jeu. J'y vois un moyen de mettre mes idées en application et d'alimenter mon souhait d'un jour diriger une équipe depuis un banc de touche.

Et quand ce n'est pas devant mon écran que je vis ma passion, c'est dans le stade que j'analyse les matchs. Mon père a l'habitude de m'emmener avec lui au « Estadio das Antas » pour voir les matchs du club dont nous sommes supporters, le FC Porto. Chaque rencontre est pour moi un moment particuliers. Muni de mon bloc note, je regarde le match en analysant chaque détail. La mise en place tactique, le rendement des joueurs, les changements et améliorations possibles. Je décortique chaque phase de jeu et prend des notes précises. Mon père n'est même plus interpellé par ma manière d'agir. Il connaît ma passion et ne désire qu'une chose, que je réussisse. Alors, de son côté, il laisse place à ses émotions. Ce qui ne veut pas dire que je n'en n'ai pas non plus, des émotions. Je suis également un fervent supporter de mon club. Mais j'aime, au dessus de tout, analyser tous les faits de match et en tirer des enseignements pour les prochains.

xxxxx

Comme tous les matins, je me prépare pour partir au lycée. Sac à dos sur les épaules, je quitte toujours mon domicile à la même heure, huit heures. J'en ai pour vingt à vint-cinq minutes de marche. Mon bloc note m'accompagne toujours et souvent, je suis perdu dans mes pensées. Des pensées qui, de manière invariable, sont tournées vers le ballon rond. Et ce matin n'échappe pas à la règle.

Sir Bobby Robson est depuis quelques semaines le nouvel entraineur du FC Porto. Les choses devraient changer avec son arrivé. Nous avons laissé filer le titre l'année dernière mais j'espère que nous allons le récupérer avec sa venue. Il a déjà réussi de beaux parcours avec ses clubs précédents, le PSV et le Sporting notamment. Donc il y a avec lui, le moyen de réussir quelque chose. Mais pour en revenir à mes pensées matinales, des rumeurs circulent depuis deux jours sur la possibilité qu'il emménage dans le quartier. Depuis que j'ai entendu ce ragot, je m'imagine le croiser et lui faire part de mes analyses. Devant mon bol de céréales, j'imagine la conversation...

« Luis André ! Tu vas être en retard ce matin. »

Maria a raison. A force de rêver éveillé, je vais être en retard. Il faudra que j'accélère le pas sur le chemin. J'enfile ma veste, prend mon sac et mon bloc note. C'est parti...

« Merci Maria. A tout à l'heure. »
« De rien, petit rêveur. Bonne journée. »

Maria est notre employé de maison. Je l'ai toujours connu et je la considère comme ma deuxième mère. Ca fait vingt ans qu'elle travaille pour mes parents. C'est comme si elle faisait partie de la famille. Maria est le stéréotype de l'employé de maison. Âgée de la cinquantaine, elle doit faire entre un mètre cinquante et un mètre cinquante cinq, pèse dans les 70 kilos et porte toujours un tablier sur elle. Mais au delà de l'apparence, ce sont ces compétences qui font qu'elle est très appréciée par la famille. Travailleuse sans relâche, elle tient la maison de main de maître. Tout est toujours impeccable. De plus, elle possède cette gentillesse et cette douceur qui la rendent si attachante.

Alors que Maria me salue de l'autre côté de la porte, j'attends que l'ascenseur desserve mon étage. Nous habitons au quatrième d'un immeuble composé de sept paliers. Il est huit heures et dix minutes. Chaque seconde d'attente me paraît une éternité. Enfin le voilà. Je tape avec la main droite sur le bouton du rez-de-chaussé tout en saluant Maria de la main gauche.

« Je vais être en retard... Je vais être en retard... Et mince, en plus je m'arrête au troisième. J'espère que je ne vais pas faire tous les étages un par un. »

La porte de l'ascenseur s'ouvre. En face de moi, un homme se situant entre la fin de la cinquantaine et le début de la soixantaine années se prépare à rentrer. Il est d'une taille et d'une corpulence normale, habillé d'un costume croisé et d'une cravate.

« Bom dia » me lance-t-il avec un fort accent de je ne sais où. Je ne l'ai jamais croisé dans l'immeuble mais son visage me dit quelque chose.
« Ola, bom dia »

Il entre dans l'ascenseur, se retourne et appuie, lui aussi sur le bouton du rez-de-chaussé. En quelques secondes, j'ai comme un flash. Cette personne, je la connais. La rumeur était bien vrai.

« Sir Bobby Robson ? »
« Oui ? »
« C'est un plaisir de vous croisez ici. Soyez le bienvenu dans notre ville. J'espère que vous vous y plairez. » lui dis-je dans mon anglais parfait. C'est d'ailleurs à ce moment là que j'ai une forte pensée pour ma grand-mère et ses cours d'anglais.
« Merci jeune homme. J'ai une très bonne première impression. Je crois que je vais me plaire ici. »
« Vous avez emménagé dans l'immeuble ? »
« Hier dans la soirée. »
« Alors, soyez également le bienvenu. Et si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas. J'habite au quatrième. Je m'appelle Luis André. Vous pouvez m'appeler André. »
« Merci jeune homme, c'est très gentil. Mais dis moi, d'où te viens cet anglais si parfait ? »
« De ma grand-mère qui est anglaise. »
C'est à ce moment là que l'ascenseur est arrivé au rez-de-chaussé.

« Je suis obligé de vous laisser car je suis en retard. Je vous souhaite une bonne journée et à bientôt. »

C'est avec un large sourire que je me lance dans une course sans relâche jusqu'à mon lycée tout en repassant chaque seconde, chaque image de ma rencontre avec le grand Bobby Robson. Mais ce qui me rend le plus heureux, est que cette rencontre est sûrement la première d'une grande série...
Modifié en dernier par ivo le jeu. 06 janv. 2011 14:38, modifié 1 fois.


ZlAtAn60
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 260
Enregistré le : mer. 22 avr. 2009 19:03

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par ZlAtAn60 » mar. 22 juin 2010 18:54

Ton premier épisode est intéressant ivo, même si la rencontre avec Sir Bobby Robson dans l'ascenseur je trouve ça un peu trop simple comme coïncidence :P! Continue comme ça :)


ivo
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 431
Enregistré le : ven. 09 oct. 2009 7:01

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par ivo » mer. 23 juin 2010 5:32

Comme je l'ai dit sur un autre forum, je m''attendais à cette réflexion. Néanmoins, sans vouloir en dire trop, je tiens à signaler que le personnage est réel et que cette storie est en partie, du moins jusqu'au moment où FM rentrera dans celle-ci, basé sur le passé de ce personnage. En gros, la storie est inspirée d'une histoire vrai.

Je tiens à remercier tous les lecteurs et ceux qui commentent.


Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6053
Enregistré le : lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation : Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par Misaki » mer. 30 juin 2010 15:52

Ouais évidemment, c'est un peu plus qu'une simple coïncidence cette rencontre avec Bobby Robson dans l'ascenseur. Mais il faut bien quelque chose pour démarrer l'histoire. Et l'ensemble est plutôt réaliste.

Si cette story est du même acabit que la précédente dont j'ai oublié le titre, alors je te suivrai sans problème, ivo.

Bon courage pour la suite.
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


ivo
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 431
Enregistré le : ven. 09 oct. 2009 7:01

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par ivo » mer. 28 juil. 2010 9:21

Chapitre 2
Un cadeau qui vaut de l'or
Image
Voilà trois semaines que je n'ai plus le moindre contact avec celui que je considère déjà comme mon voisin préféré. Trois longues semaines où les seules nouvelles que je reçois, me viennent par l'intermédiaire de la presse sportive. Je suis mon club avec assiduité et sous les ordres de Sir Robson, les choses ont l'air de reprendre forme afin de reconquérir un titre qui nous a échappé la saison précédente. Je suis tellement positif sur la saison à venir que j'ai même fait ma carte de « socio » (adhérent) du club.
De mon côté, je continue avec mes analyses des matchs et mes notes sur mon carnet. Je me surprend souvent à rêver que ces notes tombent entre les mains de quelqu'un de compétent qui décèlerait en moi un potentiel pour un jour devenir entraîneur de football. Parfois, je pense même à Sir Bobby Robson. Mais souvent, je finis par me dire que ces rêveries sont stupides et irréalisables. Pourtant, consciemment ou inconsciemment, je persiste.
Comme chaque vendredi après les cours, je me joins à quelques amis pour boire un verre et discuter de tout et de rien. C'est l'un de ces moments que j'affectionne tout particulièrement. Le football, le futur, la politique, les filles... Tous les sujets y passent, du plus banal au plus important. Mais ce vendredi est encore plus spécial que les autres. Demain, je fête mes 16 ans.

« Alors André, qu'est-ce tes parents vont t'offrir, à ton avis ? »
« Aucune idée. Nous n'en avons pas discuté. »
« T'as pas d'idée ? »
« Franchement je sais pas. »
« Alors, qu'est-ce qui te ferait plaisir ? »
« Huummm... Le prochain Championship Manager en avant première! »
« Tu vas jamais arrêté avec ce jeu... »
« C'est impossible de toute façon... Non franchement, j'ai pas besoin de grand chose pour le moment alors un peu de blé, ça ferait plaisir. »
« T'as raison. C'est jamais en trop. »
« Happy birthday to you! Happy birthday to you!... », toute la salle reprit en simultané ce refrain.
« Joyeux anniversaire André!! Fais un souhait avant de souffler tes bougies... »
« Merci beaucoup... Un souhait?... Si un souhait devrait se réaliser, je désirerais... pouvoir un jour travailler dans le monde du football... »
« Tu changeras jamais. Le foot, le foot et le foot. La passion dépasse souvent la raison. »

Le lendemain, c'était en famille que j'entendais à nouveau ce refrain qui dictait mes 16 ans.

« Nous avons réfléchis, avec ton père, au cadeau que nous pourrions te faire mais nous n'avons pas trouvé d'idée particulière. Alors cette année, nous avons décidé de t'offrir une enveloppe. Tu pourras utiliser ce qu'elle contient à ta guise. »
« Merci. C'est gentil de votre part. »
« J'ai néanmoins un cadeau différent à t'offrir. Ta mère n'est pas au courant. Je m'en suis occupé hier et je pense, du moins j'espère qu'il te fera plaisir. Voilà... »
« C'est quoi ? »

Tout en formulant ma question, je pris des mains le paquet que mon père me tendait.

« Ouvre-le et tu verras. »
« En tout cas, merci... Un livre sur les dispositifs tactiques dans le football. »
« Alors, ça te plait ? »
« Ca à l'air intéressant. »
« Le but est d'expliqué les différents schémas tactiques. Les différentes manières de les appliqués. Les bénéfices, etc. »
« Merci beaucoup. C'est très sympa et ça me fait plaisir... Mais dois-je comprendre que tu m'encourages à me diriger vers une carrière dans le football ? »
« Il n'y a rien à comprendre. Tu dois choisir de faire ce qui te plait. Tu es passionné par ce domaine. Ce cadeau a simplement pour objectif de nourrir ta passion. Dans le football, il faut de la compétence, de la passion mais aussi un brin de chance. Tu as déjà un des trois composants. Si tu désires faire un jour carrière dans le football, je ne t'en empêcherais pas mais je veux que tu sortes du cursus scolaire avec un diplôme en poche pour pouvoir rebondir dans un autre domaine. Ta passion et la raison doivent pouvoir cohabiter. »

Le soir même, je fis du manuel mon livre de chevet. Chaque soir, je le lis, réfléchis et pris des notes. Il m'ouvrit des perspectives nouvelles, enrichit mes connaissances et m'aida à assimiler des principes fondamentaux que je n'avais pas encore compris. Ce fut l'un des cadeaux les plus importants et intéressants de ma courte vie jusqu'alors. Il approfondit ma vision tactique. Du coup, mon bloc note se remplit plus rapidement. Mes notes de matchs se transformèrent en rapport de match constitué en trois parties. La première traite de la tactique utilisée, la deuxième des performances individuelles et la troisième des améliorations possibles tant au niveau collectif qu'individuel. De quelques lignes, mes rapports font aujourd'hui des pages.
D'ailleurs, je ne suis pas le seul à prendre plaisir à rédiger et lire mes rapports. Mon père s'y est mis. Lui ne rédige pas mais lis attentivement mes notes. Quelque chose à changer dans sa manière de voir ma passion. Souvent il me demande mon avis pendant les matchs. Aurait-il envie que je réussisse dans le football ? Aurait-il décelé en moi des indices qui le pousse à croire que je peux réussir ? Je n'en sais rien mais le futur le dira.
xxxxx
Nous nous approchons de la fin de la saison et Sir Bobby Robson est en train de ramener le titre de champion chez nous. Mieux un doublé coupe-championnat est possible. C'était un truc encore inimaginable en début de saison. Il a entièrement conquis les « Portistas » qui lui ont déjà trouvé un surnom, « Bobby Five-0 ». Ce surnom est dû au nombre de match que l'équipe gagne par le même score fleuve, 5-0. Tout le monde milite pour qu'il prolonge son bail d'un an. J'espère aussi qu'il va continuer au moins encore une saison.
Au cours des quelques mois qui ont passé, j'ai croisé Bobby Robson deux, trois fois dans l'immeuble. Rien de très particuliers à redire, un échange de banalités ponctué par un encouragement envers celui que je considère de plus en plus comme mon idole. J'essaie, en plus des matchs, d'assister à tous les entraînements ouverts au public. Ainsi, j'atteins deux objectifs. Celui de voir des joueurs et membres du staff mais aussi de pouvoir analyser les ateliers d'entraînements préparer par le boss et son adjoint, un certain José Mourinho. Sir Robson m'a reconnu dès ma première visite. Il m'a fait faire un tour des installations, présenter quelques membres du club et joueurs. Je n'ai pourtant pas osé lui faire part de mes idées sur le football ni de mes souhaits pour le futur. J'étais trop impressionné. Je regrette un peu. J'ai peut être laissé passer ma chance. Peut-être pas...
Modifié en dernier par ivo le jeu. 06 janv. 2011 14:43, modifié 1 fois.


ZlAtAn60
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 260
Enregistré le : mer. 22 avr. 2009 19:03

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par ZlAtAn60 » jeu. 29 juil. 2010 1:51

Enfin :107: tu nous revient avec un belle épisode , pas trop surchargé , assez tranquille , on est de plus en plus a l'intérieur du personnage.. J'aime et je suis ta story :wink:

PS: post un peu plus souvent sur le forum si tu le peut :) je m' impatiente :75:


ivo
Réputation Nationale
Réputation Nationale
Messages : 431
Enregistré le : ven. 09 oct. 2009 7:01

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par ivo » jeu. 29 juil. 2010 6:07

Je te remercie.
Pour les posts, j'aimerais en faire un par semaine mais j'ai du mal pour le moment. Je te promets de faire de mon mieux. :wink:


Avatar du membre
WhiteShark
Modérateur
Modérateur
Messages : 13054
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 15:49
Club préféré : Lyon
Localisation : Lyon

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par WhiteShark » ven. 30 juil. 2010 8:59

Une petite avancée dans le temps, toujours à un âge où le métier d'entraineur n'est pas envisagé mais rêver, je dirais qu'on avance doucement mais surement, sans en apprendre quelque chose de nouveau. C'est ce qui est un peu dommage. L'épisode est très bien fait, la croissance du bonhomme bien faite, mais on reste très axé sur ce qu'il aime (quoi de plus normal en même temps) sans dévoiler quelque chose de nouveau.

Mais continue comme ça :wink:
"Ce n'est pas parce qu'il y a un gardien qu'il n'y a pas but."

Plabennec - FM 2012
Image


Avatar du membre
Misaki
Réputation Mondiale
Réputation Mondiale
Messages : 6053
Enregistré le : lun. 15 déc. 2008 12:37
Localisation : Moréac (56) - Tu connais pas ? Tu devrais.

Re: Une passion, une ambition, un métier

Message par Misaki » ven. 06 août 2010 14:30

Juste pour te dire que j'ai lu et apprécié.

Si tu fais comme dans la story précédente, il se pourrait qu'on attende longtemps avant d'entrer dans le vif du sujet mais ça ne me dérange pas plus que ça. Tant que le petit gars ne devient pas entraîneur à 16 ans, tout ira bien. :mrgreen:
ImageImage
Venez participer au quizz multi-sport.


Répondre

Retourner vers « The Hall of Fame »